Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/07/2015

Nom et Enseig. Chap. N° 12 - Apôtres

Rel-Enseignement - Sermon de Jésus le Nazôréen sur la montagne.jpgHist. Nom :

 

Jésus le Nazôréen –

 

Ses Enseignements

Dernières phrases du chapitre précédent.

Par contre, Saül de Tarse, qui après la crucifixion de Jésus le Nazaréen, était un persécuteur des humains qui formaient la mouvance de ce Galiléen, comme exemple nous avons Étienne que Paul a vraiment pourchassé afin de le faire condamner, après avoir eut une illumination, une prise de conscience interne sur la Route de Damas, lui révélant sa véritable nature, puis ayant passé trois années à airer dans la péninsule Arabique, d’un désert à l’autre, de retour à Jérusalem, il repartit, en compagnie de Barnabé évangéliser les juifs de la Diaspora et c’est là qu’il prit, où que certains humains lui donnèrent le titre « d’apôtre », mais jamais il ne fut un « Apôtre » comme Matthieu, André, Thomas ou bien Jean, et reconnaissons sa valeur de « Grand Disciple » de Jésus le Nazôréen.

Tiens, comme j’y suis, faisons un peu d’histoire sur ce Disciple de Jésus le Nazaréen, que toute la chrétienté nomme « Paul », je ne mettrai pas le terme de « Saint » devant ce prénom car en premier je ne vénérerai, adorerai, glorifierai ce « Nom », pas plus en second l’homme qui le porte, car ce serai pour moi une action idolâtre !

 

Chapitre XII

 

Apôtres !

 

Choix judicieux par un humain parfait

 

Tellement proches,

 

tellement éloignés !

 

Paul, de son nom de naissance Saül de Tarse, « Saül » en hébreu et araméen signifiant « Paul », né en l’an 8 de l’EC ou J-C, à Tarse en Cilicie pays qui côtoyait la Galatie le tout formant l’empire d’Anatolie qui du Bosphore à l’Arménie descendant au Golfe Persique était une partie des Montagnes d’Ararat, là ou était situé le Territoire d’Éden et où l’Arche de Noé c’est posée.

Vous le savez, je l’écris assez souvent je n’ai pas d’atomes crochus avec le « Disciple » Paul, car je n’aime pas trop ceux qui se font « Apôtre », alors qu’il serait mieux « apôtre » et encore mieux « Disciple » de Jésus le Nazaréen. Comme vous le constatez, comme « Disciple » de Jésus, j’ai un grand respect pour cet homme là, et beaucoup moins pour l’humain vaniteux et orgueilleux qui se dit « apôtre » en se faisant appeler « Apôtre » alors que le dernier à porter se titre fut Matthias choisi par les onze restants après le suicide de Judas Iscariote et le tirage au sort entre Barnabé et Matthias, ce dernier nommé sera alors témoin de l’Ascension de Jésus le Nazaréen dans les Cieux avec ses onze comparses.

Pardonnez mon insistance sur ces dernières actions de la présence de Jésus le Nazaréen sur la Terre, car Jésus n’a pas choisit douze juifs comme « Apôtre » au hasard. En premier que pouvons-nous dire si ce n’est ce choix disparate de ces humains qui seront « Apôtre ». Quatre pêcheurs de la mer de Génézareth, qui font partie de la classe moyenne, car à l’époque comme maintenant un bateau coûte cher. De plus tout le monde connaît la réputation des pêcheurs pour être des hommes possédant une certaine force et n’étant pas des tendres au niveau caractère. Donc parmi les humains qui porteront le nom « d’Apôtre » il y a quatre pêcheurs, puis Matthieu Alphée le publicain, c’est-à-dire le percepteur des douanes, et son frère Jacques, quant aux autres Apôtres, j’ai cherché leur profession sans trouver. Une chose est certaine ils ne faisaient pas partie de la classe noble, ni de la classe des pauvres, donc j’en déduis personnellement que tous les Apôtres, comme Jésus le Nazaréen, faisaient partie de la classe bourgeoise, artisanale, avec certains privilèges.

Vous, Lectrice et Lecteurs des « Textes » de « Grandeloupo », connaissez l’importance que je porte à la vérité de l’histoire des humains qui ont écrits ce « Livre Bible » qui, théoriquement, devrait poser les textes qui ont été inspirés, sans en changer la texture et le sens, et pourtant ! …   

Oui ! Et pourtant !

Des copistes où des traducteurs pensant sans doute bien faire, changèrent tel mot, telle tournure de phrase pour qu’elle soit plus agréable à la lecture, sans s’apercevoir qu’ils en changeaient complètement le sens.

Combien de fois ai-je écrit que les « Textes Divinement Inspirés » du Nouveau Testament étaient tronqués, falsifiés … !

Le « Temps » qui s’écoula entre le moment où EL-SHADDAÏ déposa les deux premiers humains, homme et femme sur la Terre en Territoire d’Éden et le Déluge nous l’ignorons, mais un jour je trouverai bien le moyen de le calculer, en attendant voici une prophétie datant de six mille ans environ.

Personnellement je tiens à préciser une réalité qui en fera bondir quelques uns, alors que cela est une réalité. Les deux premiers humains déposés sur la Terre étaient parfaits de corps et d’Esprit c’est-à-dire qu’ils avaient une intelligence et un QI de cent pourcent. Ce sont ces deux premiers humains qui donnèrent un « Nom » aux animaux, bêtes et bestioles, mais aussi un « Nom » à la faune et à la flore, ainsi qu’arboricole sauvage et fruitier. Tout cela nous oblige à penser à la mémoire phénoménale qu’ils devaient posséder. Leur descendance, même si à chaque croisement perdait de leur perfection, avait un degré d’intelligence très important comparé à nous. Ce sont ces premiers humains qui, par obligation, inventèrent les outils pour travailler le sol, mais aussi pour ce vêtir même s’il ne pleuvait pas sur la Terre, mais que la terre était arrosé par la rosée :

Genèse II : 6-7

« Toutefois, un flot montait de terre et arrosait toute la surface du sol.

Alors EL-SHADDAÏ modela l'homme avec la glaise du sol, il insuffla dans ses narines une haleine de vie et l'homme devint un être vivant. »

Les premiers humains durent tout inventer de A à Z, comme le couteau, la ceinture, le vêtement pour être décent vis-à-vis de l’autre. Le seul avantage qu’ils possédaient, si l’on peut nommer cela un avantage, c’est le peu de différence de température qu’il existait entre les deux pôles et l’équateur, une trentaine de degré maximum

 Cette « Prophétie » donne plusieurs indices sur ce qu’elle nomme le « Grand Siècle », mais encore le « Temps des dernières générations » et pour être plus précise le « Temps des dernières décennies ».

Pour moi je trouve le terme « Générations » un peu vague, tandis que « Décennies » signifie moins de dix décennies où au maximum dix ce qui est l’équivalent du Siècle et le « Grand Siècle » peut représenter dix fois dix plus quelques années mais moins de dix ans.

Livre d’Hénoch CIII : 2-11

 2. Ayez donc bon espoir ; car si vous avez été en butte aux maux et aux afflictions de cette vie, vous brillerez dans le ciel comme des astres, et les célestes barrières s'abaisseront devant vous. Vos cris demandent justice, et vous serez vengés de tous les maux que vous avez soufferts depuis le commencement, et de tous ceux qui vous ont persécutés, ou qui ont été les ministres de vos persécuteurs.

3. Attendez donc, et ne vous laissez point abattre ; car vous jouirez d'une joie égale à la joie même des anges ; et au jour du jugement vous n'aurez aucune condamnation à craindre.

4. Ne vous découragez donc pas, ô justes, quand vous voyez les pécheurs heureux et florissants dans leurs voies !

5. Ne devenez point leurs complices ; mais tenez-vous loin de leur foule persécutrice ; vous êtes associés aux troupes célestes. Pour vous, pécheurs, qui dites : Toutes nos transgressions seront oubliées ; sachez au contraire que tous vos crimes sont soigneusement inscrits dans le livre du ciel.

6. De sorte, je vous le dis encore, que la lumière et les ténèbres, le jour et la nuit, seront des témoins contre vous et vos fautes. Ne commettez donc plus l'impiété, ni le mensonge ; ne faussez plus la vérité, ne vous élevez plus contre la parole du Saint et du Puissant. Ne vous inclinez plus devant de vaines idoles ; car vos péchés, vos impiétés serontjugées comme de très grands crimes.

7. Maintenant, écoutez le mystère qui vous concerne : Beaucoup de pécheurs corrompront et fausseront la parole de la vérité.

8. Ils prononceront de mauvaises paroles, commettront le mensonge, composeront des livres dans lesquels ils déposeront les pensées de leur vanité. Mais s'ils y déposaient mes paroles,

9. Ils ne les changeront, ni ne les altéreront point ; mais ils écriront avec exactitude tout ce que j'ai dit sur eux depuis le commencement.

10. Je vais vous révéler encore un autre mystère : Des livres de joie seront donnés aux justes et aux sages ; et ils croiront en ces livres qui contiendront les règles de la sagesse.

11. Et ils s'en réjouiront et tous les justes seront récompensés parce qu'ils ont appris à connaître toutes les voies de l'équité.

Livre d’Hénoch CIV : 1-2

 « 1. Dans ce temps-là le Seigneur leur ordonnera de rassembler les enfants de la terre, afin qu'ils prêtent l'oreille aux paroles de sa sagesse ; il leur dira : Montrez-leur cette sagesse, car c'est vous qui êtes leurs chefs et leurs maîtres ;

2. Montrez-leur la récompense qui doit échoir à tous ceux qui en suivront les préceptes ; car Moi et mon Fils, nous ferons société éternelle avec eux, dans les voies de la justice. Paix à vous, enfants de justice, joie et félicité. »

Je reprends

Jésus, le Bien-Aimé aurait sûrement dit ceci 

« Ceux qui falsifient les Écritures sur un mot le feront également sur une phrase, un paragraphe, un chapitre »

---[ Bien avant la venue de Jésus le Nazaréen, EL-SHADDAÏ son Père, avait fait écrire à Hénoch ceci :

Manuscrits de la Mer Morte :

« ….//….les Pasteurs, Anciens, Presbytres, Prêtres, ces pécheurs, altèrent et récrivent les paroles de vérité ; ils en changent la plupart, ils mentent et forgent de grandioses fictions, ils rédigent des Écritures en leur « NOM ». Ces hommes détournent et corrompent beaucoup et ils disent des paroles mauvaises,[……..].. Si seulement ils écrivaient en leur « NOM » toutes mes paroles, fidèlement, sans les abolir ni les altérer, mais en rédigeant fidèlement les témoignages que je leur transmets !…..//… » ---- ( voir le Livre d’Hénoch CIV : 10 )

Ceci est pour tous ceux qui se disent « Enfant d’El-Shaddaï » et certifient que Jésus le Nazaréen n’est pas à égalité avec son Père, il n’est pas un « DIEU », mais un enfant obéissant, respectant son Père.

Ceci est pour tous ceux qui certifient que Jésus-Christ est l’égal de « Dieu » et est « Dieu »

Isaïe : 44 : 24 :

« « Ainsi parle EL-SHADDAÏ, ton rédempteur, celui qui t'a modelé dès le sein maternel, c'est moi, EL-SHADDAÏ, qui ai fait toutes choses, qui seul ai déployé les cieux, affermi la terre, sans personne avec moi. » »

Le Père de Jésus le Nazaréen, EL-SHADDAÏ, fait bien comprendre qu’il est l’Unique DIEU et que son Fils n’est pas un « Dieu » et n’est pas « Dieu » . Il nous dit bien que lui seul a …, sans personne avec Lui. Son Fils n’était pas présent, cela est une certitude !

Voici un autre exemple de rajout irrécusable :

Évangile de Jean au chapitre 17 qui est la prière de Jésus le Nazaréen.

C’est Jésus de Nazareth, le Bien-Aimé, qui prie :

Jean 17 : 1- 3

Ainsi parla Jésus, et levant les yeux au ciel, il dit :

 « Père, l'heure est venue : glorifie ton Fils, afin que ton Fils te glorifie et que, selon le pouvoir que tu lui as donné sur toute chair, il donne la vie éternelle à tous ceux que tu lui as donnés !

Or, la vie éternelle, c'est qu'ils te connaissent, toi, le seul véritable Dieu !  et celui que tu as envoyé, Jésus-Christ. »

Si cette fin de phrase n’est pas un rajout dites moi ce que c’est !

Ceci a été ajouté uniquement pour vous faire avaler, à vous chrétiens, que votre « Jésus-Christ » est un « Dieu » et démentir la phrase juste avant disant que son Père est le « véritable et unique Dieu »

Ce rajout n’a pas lieu d’exister puisque dessus il est écrit : « glorifie ton Fils … »

Comme je vous l’ai écrit ci-dessus le terme « Christ » n’était pas employé à cette époque, et cette fin de phrase respire la vanité, ce qui est contraire à l’enseignement de Jésus le Nazaréen.

De sources historiques sûres, après la mort de Jésus le Nazaréen, quelque dix à quinze ans après, nous savons que les Apôtres avaient d’énormes divergences et que leurs rencontres étaient plutôt houleuses avec de gros malentendus.

Je cite :

« Les uns sont attachés aux traditions : la famille patriarcale pour Jacques et Jude, l’ordre établi pour Matthieu ou la résistance patriotique pour Simon le Zélote. D’autres portent déjà des noms grecs et sont curieux d’idées claires comme Philippe ou d’action efficace comme André. Il y a aussi Pierre et Thomas les représentants du peuple, spontanés, gaffeurs et utiles. Il y a enfin les férus d’absolu, audacieux intransigeants jusqu’à la violence et pourtant souvent habiles et secrets, les Zébédée, Jacques le Majeur et Jean, surnommés fils du tonnerre, et peut-être avec eux Barthélemy Nathanaël. 

On s’aperçoit avec quelle indifférence aux tendances le Maître avait choisi sa petite douzaine d’apôtres. »

Ceci est pour tous ceux qui certifient que Jésus-Christ est l’égal de « Dieu » et est « Dieu »

Le Déluge eut lieu approximativement mille trois cent cinquante ans après que les deux premiers humains furent placés sur la terre de la Terre. Il est logique de penser que la population mondiale de l’époque devait être près du milliard d’humains, enfants et vieillards confondus. Aillons toujours à l’esprit que plus l’humain se reproduisait et plus la consanguinité se détériorait dû à la transgression des deux premiers humains, donc la perfection et l’intelligence se dégradait.

Dans la ligné direct d’Adam et Ève nous avons Hénoch qui fut le septième patriarche et qui eut la particularité de vivre en année les jours d’une année soit trois cent soixante-cinq ans. En dehors de la Bible éthiopienne qui comporte l’intégralité du Livre d’Hénoch, l’Ancien Testament est, chose étrange, très absente sur le patriarche « Hénoch »

Genèse V : 18-24

« Quand Yared eut cent soixante-deux ans, il engendra Hénoch.

Après la naissance d'Hénoch, Yared vécut huit cents ans et il engendra des fils et des filles.

Toute la durée de la vie de Yared fut de neuf cent soixante-deux ans, puis il mourut.

Quand Hénoch eut soixante-cinq ans, il engendra Mathusalem.

Hénoch marcha avec EL-SHADDAÏ. Après la naissance de Mathusalem, Hénoch vécut trois cents ans et il engendra des fils et des filles.

Toute la durée de la vie d'Hénoch fut de trois cent soixante-cinq ans.

Hénoch marcha avec El-Shaddaï, puis il disparut, car El-Shaddaï l'enleva. »

L’écriture sur Hénoch dans l’Ancien Testament est tout ce qu’il y a, heureusement la Bible Éthiopienne considère les « Livres d’Hénoch » comme canonique et personnellement c’est une chose merveilleuse pour nous et avec force je vous encourage à rechercher les « Livres d’Hénoch » et que ces « Écrits » soient marqués dans votre mémoire et votre cœur. Comme je ne veux pas être égoïste voici pour vous : «  Édition Gallimard, Bibliothèque des Plaiades. La Bible tome III Écrits Intertestamentaires – Prix 60€ environ »

Si vous n’êtes pas bien riche vous pouvez télécharger la version intégrale

« Livre d’Hénoch » en ligne – Mais elle ne correspond pas à la version Éthiopienne dommage, mais utile quand même.

Ne vous faites pas trop de soucis je vais bientôt revenir sur Saül de Tarse dit Paul, mais comme je suis sur le tout début de l’histoire humaine je continue car c’est ce qui me fortifie dans ma foi envers ce Dieu unique, alors ce qui est bon pour moi doit obligatoirement être encore plus pour vous comme cela vous avez une preuve que je cherche toujours à être le plus près possible de la vérité.

Pour ce jour je vous laisse à votre réflexion, votre raisonnement.

Portez-vous bien et prenez soins de votre maisonnée en accord avec les Lois d’EL-SHADDAÏ et les Enseignements de Jésus le Nazaréen !

Salutations cordiales à Tous !

 

Sig : JP.G. dit « GRANDELOUPO »

Les commentaires sont fermés.