Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/06/2015

Nom, Enseign. chap. N° 11 - Intelligence invisible SI ...

Rel-Jésus le Nazaréen Ressemblance ipothétique.jpgReprésentation hypothétique de Jésus le Nazôréen

 

 

Hist. Nom : Jésus le Nazôréen

 

– Ses Enseignements

Dernières phrases du chapitre précédent.

Et puis, ce « Dieu » unique, Shaddaï, désire que l’humain l’aime avec sincérité, par le cœur, c’est l’amour spontané, nous l’aimons, c’est tout, puis il y a l’amour de la boîte crânienne où une multitude de penser, réflexion, méditation se dessinent en images plus ou moins aléatoire avec des paroles sourdes, silencieuses, aphasiques, le tout, étrangement est une prière qui se structure au fur et à mesure des pensées du cœur. « L’Esprit » n’est pas une personne comme le christianisme veut le faire croire à ses ouailles, mais c’est cet amalgame des sentiments qui sortent du cœur et se mélangent aux ondes ouatées, invisibles, secrètes du cerveau formant le véritable « Esprit » qui, si je ne le couche pas par l’écriture s’envole pour disparaître définitivement.

Je viens ci-dessus vous avouer mon imperfection, car comme souvent je le dis, je suis comme vous, même si EL-SHADDAÏ, m’a offert une certaine « Sagesse » et une « Compréhension », un regard nouveau sur les « Textes et Écrits Bibliques », pour que je vous montre le sentier qui mène vers ce « Dieu » unique. En effet seul vous êtes responsable de vous, il n’existe pas de Prêtres, Curés, Pasteurs, Révérends, Anciens, Presbytres, rien de tous ces dignitaires, seul, avec votre propre volonté vous venez vers ce « Dieu » qui est votre Père Céleste, parce que vous le voulez, par votre cœur et votre Esprit, avec sincérité, sans arrière pensée, et moi je ne suis là que pour vous le faire connaître, le reste c’est vous qui le faites, et un pas vers Lui, Lui en fait dix vers vous, cela vous le constaterez avec le temps

 

Volet N° XI

 

Intelligence invisible si …

 

Intelligence visible grâce à la « Parole », à « l’Écriture »

Par l’élocution, la grammaire, fruit de l’Esprit, pardonnez-moi mais ce que je viens d’écrire en deux mots est complètement faux, car « le fruit de l’Esprit » est la façon de raisonner, penser, réfléchir pour le bien, pour le mal, donc je réitère, l’élocution, la grammaire, le raisonnement, la facilité d’enregistrer, de garder en mémoire sont les signes d’une grande intelligence, ajouté à cela, savoir écouter, parler avec calme et gentillesse quand il le faut est une marque de respect et de sagesse.

Pour la généralité des chrétiens, Orthodoxes, Catholiques, Protestants, toutes les mouvances comprises, du Témoin de Jéhovah  au Scientologue, plus les milliers de sectes accolées à ces trois groupes chrétiens, les Apôtres, uniquement les douze, Matthias ayant remplacé Juda Iscariote qui venait de se suicider, reçurent « d’EL-SHADDAÏ », un « Souffle, un Vent d’Intelligence » alors que pour un chrétien ils reçurent de « Dieu » le « Saint-Esprit » ou « l’Esprit-Saint », pour moi c’est le même, à la Pentecôte.

 Non !

Les douze Apôtres obtinrent d’EL-SHADDAÏ un « Souffle d’Intelligence » puisque l’Esprit est comme le vent, donc ils recueillirent chacun ce qu’il avait besoin en « Intelligence » et vous le savez « l’intelligence » n’est pas égalitaire.

Le terme « Esprit-Saint » ou « Saint-Esprit » est bien écrit ainsi dans le Livre de référence, la Bible partie Nouveau Testament !

Je réitère, ce qui est écrit sur ce Livre vient bien du cerveau d’un ou plusieurs humains afin que la pensé ne se perde pas, à jamais !... Pour ce « Nouveau Testament » c’est bien l’histoire d’un humain, de ces Disciples, dont treize d’entre eux seront nommés, Apôtres, de ces « Enseignements », qui, pour éviter d’être trop transformé, ou ne disparaisse, fut inscrit sur du parchemin, puis quand l’imprimerie fut découverte, les écritures du parchemin furent éditées sur le papier pour la connaissance des générations futures.

Donc, les Apôtres à la Pentecôte n’acquirent pas « l’Esprit-Saint » qui est une vénération car le mot « Saint » écrit ainsi vient de sanctifier, glorifier, vénérer, adorer même, vérifiez sur un dictionnaire, et vous constaterez la justesse de mes propos !

Les Apôtres perçurent à la Pentecôte un « Souffle SAIN » qui leur offrit une intelligence dans des domaines bien ciblé, selon ce que l’Apôtre avait besoin, puisque Jésus le Nazaréen, quelques jours avant par son « Souffle », leur avait ouvert l’esprit à la compréhension des « Écritures », c’est-à-dire que par ce « vent » les Apôtres devinrent plus intelligent dans la signification de certains « Textes » de l’Ancien Testament. Par contre de la part d’EL-SHADDAÏ, c’est un « Souffle » « SAIN », propre, sans tâche, pur, et si les Apôtres furent reconnus d’une intelligence supérieur à la moyenne de leur époque ils avaient une certaine puissance puisqu’ils pouvaient ressusciter des humains par la volonté du Père de Jésus le Nazaréen.

Je réitère aucun Apôtre ne put ressusciter un humain « au Nom de Jésus-Christ », ou pour moi au « Nom de Jésus le Nazaréen », mais toujours au « Nom d’EL-SHADDAÏ », et vous me pardonnerez mais je suis certain que les Apôtres devaient connaître le véritable « NOM » du Père de Jésus le Nazôréen, comme je suis certain qu’il existe des Évangiles où le véritable « NOM » de l’Être Suprême est écrit dessus et que les autorités religieuses chrétiennes et rabbiniques, d’un accord commun, nous cachent.

Les Apôtres et certains Disciples restèrent jour et nuit en compagnie de Jésus le Nazaréen pendant plus de deux ans et demi, celui-ci leur parlant sans cesse de son Père Céleste, pensez-vous sincèrement que pas une seule fois il ne prononça le « NOM » de ce dernier ?

Impossible ! Inimaginable !

Je suis convaincu et je dirai même certain que plusieurs fois Jésus le Nazaréen à dû prononcer le nom de  son Père et que les Apôtres le connaissaient et le citaient dans leur prières sinon pourquoi Jésus le Nazaréen conseillait aux Apôtres de prier ainsi :

« Que ton NOM soit sanctifié ! »

Donc j’en déduis que pour glorifier, adorer un « NOM » il fallait le connaître !

Que pouvez-vous dire contre une telle logique ?

Donc le véritable « Nom » de l’Être Suprême a été supprimé des écrits évangéliques et remplacé par ce nom vulgaire de « Dieu ».

Pour en revenir sur les « écrits » ci-dessus il faut reconnaître ce fait, c’est que, pour ressusciter les morts au « Nom » d’El-Shaddaï, il fallait connaître le véritable « Nom » de ce Dieu seul et uniqueet pour les actions des Apôtres il ne peut être autrement. Dans toutes leurs mésaventures souvent ils durent demander à ceux qu’ils voulaient guérir d’avoir la foi en Jésus le Nazôréen en tant que « Médiateur », « Conciliateur », « Entremetteur » entre l’humain et El-Shaddaï, mais jamais comme un « Dieu ».

Quoique l’humain dans sa dépravation d’ « Esprit », ne voulant pas être reconnu comme une confession judaïque, dû, certainement critiquer cette religion au point  de fomenter une haine féroce par ses ouailles contre cette confession. Et quand nous y réfléchissons bien nous nous apercevons de la bêtise humaine qui historiquement condamnât cette religion tout en considérant comme un « Dieu » son « Messie » qui vient de la lignée Davidique donc de la tribu de Juda. Renier une religion, mais prenant son histoire, l’Ancien Testament, comme pilier et comme livre sacré, il fallait que les dirigeants de la nouvelle religion possédassent une dose d’hypocrisie incommensurable, impardonnable, sans compter de prendre son « Messie » de confession judaïque comme emblème de la nouvelle religion.

Que de contradictions ?

N’oublions pas que si nous lisons les actes des Apôtres nous nous apercevons qu’ils guérissent les malades et autres « par » Jésus le Nazôréens, mais au « Nom » de son Père.

Pendant plus de deux siècles le mot « chrétien » n’est pas usité par la populace, mais on parle beaucoup de la mouvance des Apôtres et de Jésus le Nazôréen, ou Jésus le Nazaréen, souvent nommé aussi le Galiléen de Nazareth, le terme « Christ » ne sera accolé à Jésus que quand toute cette mouvance d’assemblées se structurera avec des « chefs » qui commenceront à établir leurs dogmes, c’est-à-dire que leur compréhension des écrits apostoliques deviendra force de Lois. Ils commenceront à se donner des titres comme « Pères de l’Église » avec ce titre « d’Évêque » qui l’emportera sur « Presbytres » qui signifiait « Ancien ».

Comme souvent je vous l’écris, il ne faut pas oublier que les Apôtres ainsi que les Disciples de Jésus le Nazaréen étaient imparfaits. Ce n’est pas parce qu’ils avaient reçu de la part de Jésus le Nazaréen un « Souffle » pour qu’ils comprissent les « Écritures » puis quelques jours plus tard à la Pentecôte, qu’ils reçurent par EL-SHADDAÏ le « Souffle d’Intelligence » que tout cela leur enlevait leur imperfection ?

En temps qu’humain sur la Terre seul Jésus le Nazaréen fut parfait pendant toute son existence terrestre, les Apôtres et Disciples étaient toujours imparfaits.

Pendant leur ministère sur cette Terre les Apôtres purent retransmettre certains pouvoirs à leurs Disciples, comme la guérison ou encore la possibilité de chasser les démons par imposition des mains au-dessus de la tête. Vous devez comprendre que seule la première génération des Apôtres, et des Disciples de Jésus le Nazaréen pouvait retransmettre une aptitude de guérison corporelle et spirituelle par imposition des mains à certains de leurs Disciples qui méritaient ce droit grâce à leur foi.

Ils étaient les Disciples des soixante-douze Disciples de Jésus le Nazôréen, Apôtres compris. Certains de ces Disciples de la deuxième génération avaient été envoyé sur la surface de la Terre pour annoncer à tous les humains leur libération du joug du « péché » grâce au sacrifice volontaire de Jésus le Nazaréen, par sa crucifixion, torture romaine de l’époque et prouver à tous les humains que « Dame Mort » était vaincue par la résurrection du Fils Bien-Aimé d’EL-SHADDAÏ.

En effet, ce Dieu seul et unique empêcha que le corps terrestres de son Fils, Jésus le Nazaréen ne goûtât  aux affres de la terre, en ressuscitant celui-ci par sa volonté, et prouver à la race humaine qu’il ressuscitera chacun d’entre nous, qui se considèrera comme son « Enfant », et qui avec sincérité, sans arrière pensé, par amour pour Lui, suivra ses Lois et ses Préceptes ainsi que les « Enseignements » de son Fils Emmanuel, considérant ce dernier comme notre Roi  sur la Terre, comme dans les Cieux, et en priant, adorant, glorifiant le « Nom » de son Père, « EL-SHADDAÏ » notre seul et unique Dieu.

Certains de ces humains de la deuxième génération seront appelés « apôtres » par leurs semblables. Non pas « Apôtre » comme Jean, Philippe, Jacques ou Thomas, avec une majuscule comme un « Nom Propre », mais « apôtre » dans le sens « d’envoyé en mission », « serviteur », « envoyé plénipotentiaire » comme dans l’Ancien Testament.

Le Nouveau Testament emploie plusieurs fois le mot « apôtre ». Il s’applique à plusieurs catégories de personnes bien distinctes.

En premier aux humains qui sont témoins de la Résurrection de Jésus le Nazaréen, et là le mot « Apôtre » prend une Majuscule.

En second ceux qui sont envoyé sur la Terre pour l’évangélisation des Nations et comme écrit un peu plus haut c’est un nom commun et le mot s’écrit ainsi « apôtre »

En troisième dans les évangiles de Matthieu et de Luc en désignant le groupe des douze Apôtres

Matthieu X : 1-10  --- En Matthieu, Jésus le Nazaréen ayant choisit ses « apôtres », et là le terme « apôtre » est bien écrit, puisqu’il leur donnât quelques conseils pratiques de comportement, mais aussi d’encouragement, supprimant leur crainte avant de les « envoyés »

« Ayant appelé à lui ses douze disciples, Jésus leur donna pouvoir sur les esprits impurs, de façon à les expulser et à guérir toute maladie et toute langueur.

Les noms des douze apôtres sont les suivants : le premier, Simon appelé Pierre, et André son frère ; puis Jacques, le fils de Zébédée, et Jean son frère ; Philippe et Barthélemy ; Thomas et Matthieu le publicain ; Jacques, le fils d'Alphée, et Thaddée ; Simon le Zélé et Judas l'Iscariote, celui-là même qui l'a livré.

Ces douze, Jésus les envoya en mission avec les prescriptions suivantes :

 « Ne prenez pas le chemin des païens et n'entrez pas dans une ville de Samaritains ; allez plutôt vers les brebis perdues de la maison d'Israël.

Chemin faisant, proclamez que le Royaume des Cieux est tout proche.

Guérissez les malades, ressuscitez les morts, purifiez les lépreux, expulsez les démons. Vous avez reçu gratuitement, donnez gratuitement.

Ne vous procurez ni or, ni argent, ni menue monnaie pour vos ceintures, ni besace pour la route, ni deux tuniques, ni sandales, ni bâton : car l'ouvrier mérite sa nourriture. »

Luc VI : 12-16  --- Luc est beaucoup plus sommaire dans ses « écrits ». Là, vous constaterez que Jésus le Nazôréen a choisi ses disciples et qu’il fait alors un second choix parmi ses Disciples en n’en prenant douze qu’il nomme « apôtres »

Or il advint, en ces jours-là, qu'il s'en alla dans la montagne pour prier, et il passait toute la nuit à prier Dieu.

Lorsqu'il fit jour, il appela ses disciples et il en choisit douze, qu'il nomma apôtres : Simon, qu'il nomma Pierre, André son frère, Jacques, Jean, Philippe, Barthélemy, Matthieu, Thomas, Jacques fils d'Alphée, Simon appelé le Zélote, Judas fils de Jacques, et Judas Iscariote, qui devint un traître.

Par contre, Saül de Tarse, qui après la crucifixion de Jésus le Nazaréen, était un persécuteur des humains qui formaient la mouvance de ce Galiléen, comme exemple nous avons Étienne que Paul a vraiment pourchassé afin de le faire condamner, après avoir eut une illumination, une prise de conscience interne sur la Route de Damas, lui révélant sa véritable nature, puis ayant passé trois années à airer dans la péninsule Arabique, d’un désert à l’autre, de retour à Jérusalem, il repartit, en compagnie de Barnabé évangéliser les juifs de la Diaspora et c’est là qu’il prit, où que certains humains lui donnèrent le titre « d’apôtre », mais jamais il ne fut un « Apôtre » comme Matthieu, André, Thomas ou bien Jean, et reconnaissons sa valeur de « Grand Disciple » de Jésus le Nazôréen.

Tiens, comme j’y suis, faisons un peu d’histoire sur ce Disciple de Jésus le Nazaréen, que toute la chrétienté nomme « Paul », je ne mettrai pas le terme de « Saint » devant ce prénom car en premier je ne vénérerai, adorerai, glorifierai ce « Nom », pas plus, en second, l’homme qui le porte, car ce serai pour moi une action idolâtre !

Avant les prochains écrits et par la lecture de ceux-ci demandez à ce Dieu unique d’acquérir la « Sagesse », car par elle, vous avancerez sur le chemin d’EL-SHADDAÏ et votre transformation de penser et d’action sur cette Terre vous mènera vers un début de Paradis sur celle-ci et une « Demeure » dans les Cieux en attendant votre résurrection.

Portez-vous bien !

Cordiales salutations à Tous !

 

Sig : JP.G. dit « GRANDELOUPO »

Les commentaires sont fermés.