Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/05/2015

Nom, Enseign. Chap. N° 6 - Les Lois et injonctions

Rel-Tables de la Loi.jpgHist. Nom :

 

Jésus le Nazôréen

 

– Ses Enseignements

 

Dernières phrases du chapitre précédent.

 

Comme vous vous en doutez, je parle de ce Dieu unique, seul, que je nomme comme Abraham, EL-SHADDAÏ, « Dieux au-dessus des Montagnes », que les hébreux nomme Yahvé ou Élohim, et que la chrétienté nomme vulgairement « Dieu », c’est le Dieu « Dieu », et que les musulmans nomme Allah ou El-Ilah.

Depuis les années 1960, 1970, la race humaine c’est enfermée dans ce que nous nommons le péché. En effet, depuis ces dates, force est de constater la dépravation de la race humaine, drogue, tabagisme, beuverie, fornication sont les actions de nos jeunes. Quant aux parents qui ont ou sont en approche de la quarantaine, l’hypocrisie, le mensonge, l’argent, l’adultère sont leurs actions quotidiennes, sans parler de l’augmentation de l’homosexualité, de la pédophilie, mais aussi de la perte de foi, ne sachant plus vers quels Dieux se tourner.

Je suis un menteur ! Certes non, il suffit de regarder, constater cette dépravation de l’humain.

 

Volet N° VI

 

Quelques Lois, injonctions.

 

Pour en revenir sur ce livre, l’Ancien Testament, c’est un manuscrit historique contant par plusieurs spicilèges, recueils, assemblages, la vie d’une Nation et de son peuple sur plusieurs siècles et de la relation tumultueuse avec leur Dieu dont le tétragramme « YHWH », avec une vocalisation hypothétique, serait « Yahvé » ou « Élohim », le véritable nom ayant été déclaré par les Grands Prêtres tabou, car imprononçable pour le commun des mortels et trop saint, sauf pour eux, comme il se doit. Ce que les exégètes connaissent sur ce nom, c’est qu’il comporte soixante-douze et qu’il ressemblerait un peu à cela « Sa Majesté Sérénissime, Albert II Prince de Monaco » et que son écriture est un vieil araméen plus connu de nos jours.

L’histoire de ces livres compilés en un Canon nous enseigne en premier un « Décalogue » sur deux livres l’Exode et le Deutéronome. Je vais écrire les commandements les plus importants pour notre époque

Exode XX : 2-18, Deutéronome V : 6-22 

    « Je suis Shaddaï (Yahvé), ton Dieu, qui t'ai fait sortir du pays d'Égypte, de la maison de servitude.

Tu n'auras pas d'autres dieux devant moi.

Tu ne te feras aucune image sculptée, rien qui ressemble à ce qui est dans les cieux, là-haut, ou sur la terre, ici-bas, ou dans les eaux, au-dessous de la terre.

Tu ne te prosterneras pas devant ces dieux et tu ne les serviras pas, car moi EL-SHADDAÏ (Yahvé), ton Dieu, je suis un Dieu jaloux qui punis la faute des pères sur les enfants, les petits-enfants et les arrière-petits-enfants pour ceux qui me haïssent, mais qui fais grâce à des milliers pour ceux qui m'aiment et gardent mes commandements.

Tu ne prononceras pas le nom d’EL-SHADDAÏ  (de Yahvé) ton Dieu à faux, car EL-SHADDAÏ (Yahvé) ne laisse pas impuni celui qui prononce son nom en vain.

Tu te souviendras du jour du sabbat pour le sanctifier.

Honore ton père et ta mère, afin que se prolongent tes jours sur la terre que te donne EL-SHADDAÏ (Yahvé) ton Dieu.

Tu ne tueras pas.

Tu ne commettras pas d'adultère.

Tu ne voleras pas.

Tu ne porteras pas de témoignage mensonger contre ton prochain.

Tu ne convoiteras pas la maison de ton prochain. Tu ne convoiteras pas la femme de ton prochain, ni son serviteur, ni sa servante, ni son bœuf, ni son âne, rien de ce qui est à ton prochain. »

Tout le peuple, voyant ces coups de tonnerre, ces lueurs, ce son de trompe et la montagne fumante, eut peur et se tint à distance. »

Je viens de vous poser quelques Lois où Commandements qu’EL-SHADDAÏ dicta à Moïse pour le bien être de l’humain. Je vous demande de relire attentivement ces Lois ou Enseignements et si vous les mettez tous en pratique alors vous devez vivre heureux, car c’est le début du Paradis.

Je réitère ce livre l’Ancien Testament fait bien partie des livres sacrés de la chrétienté, donc les Écritures sont bien pour que les ouailles, les fidèles de tout le christianisme les lisent et les mettent en pratique

Commençons par les plus faciles !

« Tu ne tueras pas ; tu te souviendras du jour du sabbat ! »

Voilà deux commandements que nous respectons involontairement, car tuer son semblable n’est pas aussi facile que cela, il faut un certain courage pour supprimer, retirer la vie à son prochain, par contre pour le suivant, comme aujourd’hui nous ne travaillons que cinq jours par semaine le sabbat est d’office respecté.

Les autres ordonnances ont pour moi, approximativement la même valeur, alors je vais les poser par ordre du réflexe de la conscience.

« Tu ne voleras pas ! »  

Voilà une action difficile et simple à la fois ; vous allez acheter votre pain et la commerçante se trompe en vous rendant la monnaie ; vous avez l’œil vif et vous constatez que c’est en votre faveur, alors promptement vous glissez ce rendu dans votre poche en gardant le silence, mais ayant cette pensé : « c’est pour les fois où elle me vole » et vous sortez de la boutique ; dans une grande surface vous voyez deux CD que vous aimez, vous les prenez et les glissez dans votre chemise, puis vous mettez dans votre « kadi » les courses qu’il vous faut et vous allez à la caisse payer vos achats en omettant les deux CD ; ce n’est pas grave juste un petit larcin ; comme à votre travail où vous prenez différents matériaux où matériels que vous emmenez à votre domicile. Il existe tout une panoplie de cambrioles plus ou moins importantes, et l’action grande ou petite reste de l’escroquerie, du vol.

De cela, il faut se défaire, car en premier vous avez toujours la peur de vous faire prendre, mais encore si le commerçant vous connaît et c’est aperçu de son erreur, il aura une méfiance envers vous et parlera de vous avec une mauvaise langue et vous, vous aurez toujours cette conscience qui vous torturera et comme je l’écris souvent, la torture du corps peut se soigner, s’apaiser, voir disparaître, mais celle de l’esprit est inguérissable.

« Tu ne porteras pas de témoignage mensonger contre ton prochain ! »

La langue se petit organe qui fait partie des cinq sens de la tête créé par El-Shaddaï est une chose merveilleuse et terrible à la fois. En effet elle peut être douce, sucrée, délicieuse comme le miel, et dans l’instant suivant être sifflante et envoyer comme la vipère un venin mortel.

Si par la langue tu portes un faux témoignage de ton prochain devant un Juge, cette attestation peut lui coûter sa tête par la guillotine et devant El-Shaddaï que trouveras-tu à dire avec ta langue, pour te sauver toi, du Jugement Suprême, car par ta langue tu es devenu un assassin ?

Gardes toi bien de ce petit muscle qui peut-être acéré comme l’épée, tirer des flèches empoisonnées, qui devant toi, fera un rapport élogieux, et une fois loin attestera des vilénies, fourbe, sournoise, hypocrite qu’elle est, et dès ton retour te fera des ronds de jambes doucereux, mielleux, cauteleux.

Combien d’humains ont perdu la vie à cause de ce petit organe ?

Qui dirige se petit muscle ? Ce ne peut être que toi et personne d’autre !

Par cet attribut des Rois perdirent leur royaume, leur Empire et des vagabonds, des gueux, des clochards devinrent des Princes, Ducs, Barons.

Comme souvent je l’écris pour vous, l’Esprit de sanctification tel que la chrétienté nous l’explique n’existe pas ; dans tout l’Univers seul l’Esprit d’EL-SHADDAÏ est Saint car nous humains nous sanctifions notre Dieu SHADDAÏ donc nous consacrons  aussi sont « Esprit » qui fait partie aussi de sa personne, même si cet « Esprit » est volatil, car « l’Esprit » est une réflexion, un raisonnement, une pensé, un sentiment, donc pour El-Shaddaï nous pouvons dire qu’il possède un « Esprit-Saint » mais qu’il a avant cela un « Esprit-Sain », propre, sans tache, parfait, clair comme le cristal.

Par quel organe sanctifions-nous EL-SHADDAÏ si ce n’est la langue, et c’est par le même que nous le maudissons. Car ce petit instrument dans notre bouche dévoile par la parole une partie de notre esprit de nos pensées, mais vous constaterez qu’avec ce petit muscle dans l’instant même, nous pouvons faire les éloges de notre prochain et penser le contraire.

De la source de la rivière sortira toujours une eau claire et limpide, nous ne pouvons pas dire et écrire la même chose de la bouche, car de celle-ci sort le bon et le mauvais grâce à la langue. 

Une langue dans une bouche sert pour le goût, le bon et le mauvais, le chaud et le froid, le sucré et l’amer, mais aussi pour le langage, la parole révélatrice de l’existence du cerveau, alors voyons les enseignements de Jésus le Nazôréen et ce qu’il disait en parlant aux Pharisiens

Matthieu XII : 34-37

« Engeance de vipères, comment pourriez-vous tenir un bon langage, alors que vous êtes mauvais ? Car c'est du trop-plein du cœur que la bouche parle.

L'homme bon, de son bon trésor tire de bonnes choses ; et l'homme mauvais, de son mauvais trésor en tire de mauvaises.

Or je vous le dis : de toute parole sans fondement que les hommes auront proférée, ils rendront compte au Jour du Jugement.

Car c'est d'après tes paroles que tu seras justifié et c'est d'après tes paroles que tu seras condamné. »

Matthieu XV : 7-20  --- Jésus le Nazôréen parle aux Pharisiens et à la foule présente qui représente le « peuple » d’El-Shaddaï, car comme aujourd’hui avec la chrétienté, ce sont les dogmes humains qui comptent plus que les paroles et Lois d’El-Shaddaï voilà pourquoi le verset sept commence ainsi :

 « Hypocrites ! Isaïe a bien prophétisé de vous, quand il a dit :

« Ce peuple m'honore des lèvres, mais leur cœur est loin de moi. Vain est le culte qu'ils me rendent : les doctrines qu'ils enseignent ne sont que préceptes humains. »

Et ayant appelé la foule près de lui, il leur dit :

« Écoutez et comprenez ! Ce n'est pas ce qui entre dans la bouche qui souille l'homme ; mais ce qui sort de sa bouche, voilà ce qui souille l'homme. »

Alors s'approchant, les disciples lui disent :

« Sais-tu que les Pharisiens se sont choqués de t'entendre parler ainsi ? »

Il répondit :

« Tout plant que n'a point planté mon Père céleste sera arraché. Laissez-les : ce sont des aveugles qui guident des aveugles ! Or si un aveugle guide un aveugle, tous les deux tomberont dans un trou. »

Pierre, prenant la parole, lui dit :

« Explique-nous la parabole. »

Il dit :

« Vous aussi, maintenant encore, vous êtes sans intelligence ?

Ne comprenez-vous pas que tout ce qui pénètre dans la bouche passe dans le ventre, puis s'évacue aux lieux d'aisance, tandis que ce qui sort de la bouche procède du cœur, et c'est cela qui souille l'homme ?

Du cœur en effet procèdent mauvais desseins, meurtres, adultères, débauches, vols, faux témoignages, diffamations.

Voilà les choses qui souillent l'homme ; mais manger sans s'être lavé les mains, cela ne souille pas l'homme. » »

Je pense que vous avez remarqué que Jésus le Nazaréen dit à ses Apôtres qu’ils sont encore sans intelligence, Pierre étant obligé de demander une explication de la parabole à celui-ci. Ce passage des écritures permet de dater l’évènement sachant que le ministère de Jésus le Nazaréen ne dura que trois ans.

Jésus Ben Sira dans l’ecclésiastique écrit XXVIII : 15-22

« La langue a fait répudier des femmes parfaites, les dépouillant du fruit de leurs travaux.

Qui lui prête l'oreille ne trouve plus le repos, ne peut plus demeurer dans la paix.

Un coup de fouet laisse une marque, mais un coup de langue brise les os.

Bien des gens sont tombés par l'épée, mais beaucoup plus ont péri par la langue.

Heureux qui est à l'abri de ses atteintes, qui n'est pas exposé à sa fureur, qui n'a pas porté son joug, qui n'a pas été lié de ses chaînes.

Car son joug est un joug de fer et ses chaînes des chaînes d'airain.

Une mort terrible, la mort qu'elle inflige, et le shéol lui est préférable.

Elle n'a pas d'emprise sur les hommes pieux, ils ne sont pas brûlés à sa flamme. »

Jacques fils d’Alphée surnommé le Mineur, le Petit, le Juste, frère de Matthieu, Jude nommé aussi Thaddée, Joseph surnommé Barnabé, Justus, que la Bible par erreur le considère comme un « frère » de Jésus ce qui complètement impossible et expliqué dans les chapitres sur « Les Couleuvres avalées par … », écrit sur la langue :

Jacques III : 5-11

« De même la langue est un membre minuscule et elle peut se glorifier de grandes choses ! Voyez quel petit feu embrase une immense forêt : la langue aussi est un feu. C'est le monde du mal, cette langue placée parmi nos membres : elle souille tout le corps ; elle enflamme le cycle de la création, enflammée qu'elle est par la Géhenne.

Bêtes sauvages et oiseaux, reptiles et animaux marins de tout genre sont domptés et ont été domptés par l'homme.

La langue, au contraire, personne ne peut la dompter, c'est un fléau sans repos. Elle est pleine d'un venin mortel.

Par elle nous bénissons le Seigneur et Père, et par elle nous maudissons les hommes  faits à l'image d’EL-SHADDAÏ.

De la même bouche sortent la bénédiction et la malédiction.

La source fait-elle jaillir par la même ouverture le doux et l'amer ? »

Pour conclure nous devons savoir que la langue c’est nous même qui la dirigeons, dans le bien, vers le mal, de ce petit muscle nous sommes responsable volontairement car c’est lui qui dévoile aux autres semblables ce qu’il y a dans notre cerveau et notre cœur, et en même temps c’est celui qui cache par la même, nos véritables pensées, sortant de belles paroles par la bouche.

Proverbes XIII : 2-3-

« Par le fruit de sa bouche l'homme se nourrit de ce qui est bon, mais l'âme des traîtres se repaît de violence.

Qui veille sur sa bouche garde sa vie, qui ouvre grand ses lèvres se perd »

Comme vous le voyez il faut vraiment faire attention à ce petit muscles et avant de s’en servir faire fonctionner notre cerveau à grande vitesse en pensant à EL-SHADDAÏ afin qu’il nous aide à maitriser ce petit muscle indomptable.

« Tu ne convoiteras pas la maison de ton prochain. Tu ne convoiteras pas la femme de ton prochain, ni son serviteur, ni sa servante, ni son bœuf, ni son âne, rien de ce qui est à ton prochain. »

Pensez bien à ce commandement qui fait partie des commandements les plus simples à respecter et qui en réalité aborde de grandes difficultés.

Convoiter c’est-à-dire vouloir, mais vouloir quoi, lui prendre ou par jalousie en avoir une plus belle que lui ?

Pour l’instant je parlais de la maison, de la matière !

Quand est-il avec les êtres vivants ?

 Toujours la même question, convoiter les serviteurs, les animaux pourquoi ?

Les serviteurs sont plus courageux que les tiens, plus serviables, plus robustes ; les bêtes de somme plus grasses, aux poils chatoyant, rutilant, luisant prouvant qu’ils ont une nourriture saine et en abondance. Être envieux de tout ceci, ne serait-ce pas une sorte de jalousie de ta part ?

Quand à convoiter sa femme, pourquoi ? Si c’est dans un esprit désirable tu commets déjà l’adultère, et pourquoi guigner sur la compagne de ton prochain, à cause de sa beauté ? Mais ton épouse à tes yeux était belle puisque tu l’as prise pour femme !

L’épouse de ton semblable est peut être une femme fidèle, mais aussi une grande travailleuse qui se lève tôt le matin pour préparer le petit déjeuner, faire toute les vacations matinales avec les enfants, le ménage, la cuisine. Épouse qui quand il y a des invités parle peu, juste quand il le faut, avec sagesse, de tout cela tu es avide, envieux.

La convoitise amène l’humain vers divers péchés, en premier par jalousie il fera agir sa langue en mal, de plus il cherchera à commettre l’adultère et si la femme accepte les avances, le résultat risque d’être catastrophique pour les deux couples. Ils jouent à ce jeu de perdant, perdant.

Pour ce jour je vous laisse à votre réflexion, votre raisonnement.

Portez-vous bien et prenez soins de votre maisonnée en accord avec les Lois d’EL-SHADDAÏ et les Enseignements de Jésus le Nazaréen !

Salutations cordiales à Tous !

Sig : JP.G. dit « GRANDELOUPO »

 

 

 

Les commentaires sont fermés.