Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/11/2014

Déchéance d'une religion Chap. N°14 - Nazôréen, interdiction Messie

Rel-Enseignement - Sermon de Jésus le Nazôréen sur la montagne.jpg

Enseignement de Jésus le Nazôréen

 

Première Religion

Mondiale

le

CHRISTIANISME

 

« N’appeler personne « Père » sur la Terre, car un seul est votre « Père » celui qui est dans les cieux. » ( Épître des Apôtres IV :1, Matthieu XXIII : 9 )

Alors pourquoi un « Très Saint Père = le Pape », pourquoi nommé un prélat « mon Père » ?

« Notre Père qui est aux cieux », cela fait bien partie de la prière la plus importante de toute la chrétienté !

« Queton Nom soit sanctifié… », ton nom ce n’est pas ce nom vulgaire « Dieu » car « Dieu » il en existe des milliers, donc que « ton NOM » comme EL-SHADDAÏ qui signifie Dieu-SHADDAÏ, mais encore « Dieu au-dessus des Montagnes », cela est un « NOM » comme Très-Haut, Tout-Puissant, Roi des Âges, Éternel, Yahvé, etc.

Ce Nom est un nom « Saint » voilà pourquoi il est sanctifier qui signifie vénérer, adorer, glorifier et ce nom ce n’est pas celui de son fils, mais bien le sien à lui, le Dieu seul et unique !

Je viens en une ligne de la Bible, vous démontrer l’erreur du christianisme d’aujourd’hui, et sa déchéance.

Alors voici son histoire et votre liberté d’action car chaque humain est responsable de lui et c’est seul qu’il affrontera le Jugement du Père.

 

Histoire et déchéance de cette Religion

 

Dernières lignes du chapitre précédent :

 

Je vais vous prouver une transgression des ordres de Jésus le Nazaréen.

 Le nom de « Jésus-Christ » signifie pour les chrétiens « Jésus sur la croix » ou « Jésus plus crux » en version latine.

Le terme grec « christos », participe passé d’un verbe qui signifie oindre, graisser, enduire.

 Ce terme fut adopté pour traduire le mot hébreu « Mashia » qui signifie envoyé d’EL-SHADDAÏ --( Dieu pour vous chrétiens ) --, sur lequel repose l’esprit d’EL-SHADDAÏ. Un « Mashia » est un personnage sacré, un envoyé d’EL-SHADDAÏ.

Pour rendre ce terme, « Mashia », les traducteurs de la Septante n’ont pas hésité à prendre le mot grec profane « christos », et du coup ont infléchi ce terme dans un sens religieux « Christos » signifiant « Messie, Oint » d’EL-SHADDAÏ. Ce sens est tellement affirmé que le terme ne sera pas traduit en latin, --( par Unctus ) -- mais simplement transcrit en « Christus » ce qui donner en français, « Christ ».

 

Chapitre N°14

 

Nazôréen, interdiction Messie

 

Les premiers Évangiles, Lettres et Épîtres furent écris en hébreu et en araméen pour une grande majorité, puis en grec. Il faut toujours se mettre à l’esprit que les Apôtres ainsi que les tous premiers Disciples de Jésus le Nazaréen étaient hébreux pur souche, peu hellénisé comme Luc l’Évangéliste, médecin de son état. Dans les « Écrits » originels, le terme « Messie, Oint » était le plus employé.

 C’est vers le milieu du deuxième siècle que les copistes, traducteurs remplaceront le terme « Messie » par le terme profane « Christos, Christ en langue française »

Au cours de sa vie Jésus était nommé Jésus de Nazareth, Nazôréen, Nazarénien, le Galiléen,mais jamais « Jésus-Christ ».

Ceci est un fait historique certifié

Matthieu II : 22-23,

« Mais, apprenant qu'Archélaüs régnait sur la Judée à la place d'Hérode son père, il --( Joseph ) -- craignit de s'y rendre. Averti en songe, il se retira dans la région de Galilée et vint s'établir dans une ville appelée Nazareth, pour que s'accomplît l'oracle des prophètes :

« Il -- ( Jésus ) -- sera appelé Nazôréen. »

Luc XVIII : 37 -- Il est question d’un aveugle :

« On lui annonça que c'était Jésus le Nazôréen qui passait. »

Luc XXIV : 19-20 -- la scène se passe sur la route qui mène au village d’Emmaüs, après sa résurrection, Jésus se mêle à un groupe d’humains qui se dirige vers ce village :

« « Quoi donc ? » leur dit-il.

Ils lui dirent :

« Ce qui concerne Jésus le Nazarénien, qui s'est montré un prophète puissant en œuvres et en paroles devant EL-SHADDAÏ ( Dieu ) et devant tout le peuple, comment nos grands prêtres et nos chefs l'ont livré pour être condamné à mort et l'ont crucifié. »

Actes des Apôtres II : 22-24

« « Hommes d'Israël, écoutez ces paroles. Jésus le Nazôréen, cet homme qu’EL-SHADDAÏ --( que Dieu )-- a accrédité auprès de vous par les miracles, prodiges et signes qu'il a opérés par lui au milieu de vous, ainsi que vous le savez vous-mêmes, cet homme qui avait été livré selon le dessein bien arrêté et la prescience d’EL-SHADDAÏ --( de Dieu )--, vous l'avez pris et fait mourir en le clouant à la croix par la main des impies, mais EL-SHADDAÏ --( Dieu )-- l'a ressuscité, le délivrant des affres de l'Hadès. »

III : 6 -- il s’agit d’un impotent au porte du Temple

« Mais Pierre dit :

 « De l'argent et de l'or, je n'en ai pas, mais ce que j'ai, je te le donne : au nom de Jésus ( Christ ) le Nazôréen, marche ! » -- {( ) ajout de copiste} »

VI : 14 -- arrestation d’Étienne et présentation devant le Sanhédrin

« « Nous l'avons entendu dire que Jésus, ce Nazôréen, détruira ce Lieu ci et changera les usages que Moïse nous a légués. » »

XXII : 8 -- Sur la route de Damas quand le Seigneur ce fait connaître à Saül de Tarse qui deviendra un de ses plus « grand » Disciple.

« Je répondis :

« Qui es-tu, Seigneur ? »

Il me dit alors :

 « Je suis Jésus le Nazôréen, que tu persécutes. » »

XXIV : 5 -- Quand Tertullus accuse le Disciple Paul, Saül de Tarse

« Cet homme, nous l'avons constaté, est une peste : il suscite des désordres chez tous les Juifs du monde entier, et c'est un meneur du parti des Nazôréens. »

XXVI : 9 -- Paul défend sa cause devant le Roi Agrippa

« « Pour moi donc, j'avais estimé devoir employer tous les moyens pour combattre le nom de Jésus le Nazôréen. » »

Tous ces versets bibliques prouvent bien que Jésus était nommé le « Nazôréen » ou Jésus de Nazareth jamais « Jésus-Christ ».

La transgression des ordres et paroles de Jésus le Nazaréen est grande. La marque de l’autorité humaine est impressionnante, car les copistes devaient bien se rendre compte de leurs erreurs.

Ce texte des Actes des Apôtres, XXII : 8, et les suivant, devraient vous faire réfléchir. Il me semble que Saül de Tarse était un grand persécuteur des « Nazôréens » et que Jésus était décédé quand il s’adressa à Paul en ces termes :

« Je suis Jésus le Nazôréen, celui … »

Ce qui nous prouve que les humains qui suivaient l’Enseignement de Jésus, étaient appelés les « Nazôréens » et non le terme de « Chrétien » qui n’existait pas encore. Comme écrit ci-avant, il faut attendre le milieu du IIème siècle pour que ce terme soit employé et uniquement dans la communauté d’Antioche. Le terme « Chrétien » deviendra courant à la fin du deuxième siècle, voir plus sûrement au début du IIIème siècle.

La preuve par ce Nouveau Testament qui relate les faits et gestes ainsi que les paroles de ce Galiléen du nom de Jésus fils adoptif de Joseph le Charpentier.

Jésus le Nazaréen interdit de dire qu’il est le « Mes’hia ou Mashia » en hébreu, « Christos » en grec transformé en « Christ » comme expliqué juste avant et le « Messie » en français.

Jésus le Nazaréen interdit aux démons :

Marc I : 23-25

Et aussitôt il y avait dans leur synagogue un homme possédé d'un esprit impur, qui cria en disant :

« Que nous veux-tu, Jésus le Nazarénien ? Es-tu venu pour nous perdre ? Je sais qui tu es : le Sain d’EL-SHADDAÏ [de Dieu ]. »

Et Jésus le menaça en disant :

« Tais-toi et sors de lui. »

Marc I : 34

Et Jésus guérit beaucoup de malades atteints de divers maux, et il chassa beaucoup de démons. Et il ne laissait pas parler les démons, parce qu'ils savaient qui il était.

Marc III : 11 - 12

Et les esprits impurs, lorsqu'ils voyaient Jésus, se jetaient à ses pieds et criaient en disant :

« Tu es le Fils de Dieu ! »

Et il leur enjoignait avec force de ne pas le faire connaître.

Luc IV : 41

D'un grand nombre aussi sortaient des démons, qui vociféraient en disant :

« Tu es le Fils de Dieu ! »

 Mais, les menaçant, Jésus ne leur permettait pas de parler, parce qu'ils savaient qu'il était le Messie. [ Christ ]

Jésus le Nazaréen interdit aux humains soignés de dire qui il était :

Marc I : 41- 44

Ému de compassion, il étendit la main, le toucha et lui dit :

« Je le veux, sois purifié. »

Et aussitôt la lèpre le quitta et il fut purifié.

Et le rudoyant, il le chassa aussitôt, et lui dit :

 « Garde toi de rien dire à personne ; mais va te montrer au prêtre et offre pour ta purification ce qu'a prescrit Moïse : ce leur sera une attestation. »

Marc V : 41 - 43

Et prenant la main de l'enfant, il lui dit :

 « Talitha koum ! »

Ce qui se traduit :

« Fillette, je te le dis, lève-toi ! »

Aussitôt la fillette se leva et elle marchait, car elle avait douze ans. Et ils furent saisis aussitôt d'une grande stupeur.

Et il leur recommanda vivement que personne ne le sût et il dit de lui donner à manger.

Marc VII : 33 - 36

« Le prenant hors de la foule, à part, il lui mit ses doigts dans les oreilles et avec sa salive lui toucha la langue.

Puis, levant les yeux au ciel, il poussa un gémissement et lui dit :

« Ephphatha ! »

 C'est-à-dire :

« Ouvre-toi ! »

Et ses oreilles s'ouvrirent et aussitôt le lien de sa langue se dénoua et il parlait correctement.

Et Jésus leur recommanda de ne dire la chose à personne ; mais plus il le leur recommandait, de plus belle ils la proclamaient. »

Marc VIII : 25-26

Après cela, il mit de nouveau ses mains sur les yeux de l'aveugle, et celui-ci vit clair et fut rétabli, et il voyait tout nettement, de loin.

Et Jésus le renvoya chez lui, en lui disant :

« N'entre même pas dans le village. »

Et pour terminer

Jésus le Nazôréen interdit aux Apôtres et Disciples de dire qu’il était le Messie :

Matthieu XVI : 15-20 -- Je ne vous poserai pas les versets 18 et 19 qui sont des versets ajoutés n’ayant rien à voir avec les paroles véritables de Jésus le Nazaréen. En effet ils font l’éloge d’un Apôtre au détriment des autres, supprimant l’humilité enseigné par Jésus le Nazaréen.

« Mais pour vous, leur dit-il, qui suis-je ? »

Simon-Pierre répondit :

 « Tu es le Messie [ (Christ) ], le Fils du Dieu vivant. »

En réponse, Jésus lui dit :

« Tu es heureux, Simon fils de Jonas, car cette révélation t'est venue, non de la chair et du sang, mais de mon Père qui est dans les cieux. »

Alors il ordonna aux disciples de ne dire à personne qu'il était le Messie [ ( Christ) ].

Jean I : 41

Il rencontre en premier lieu son frère Simon et lui dit :

« Nous avons trouvé le Messie »

Marc VIII : 29-30 et Luc IX : 21 qui est une plagia de Marc.

« Mais pour vous, leur demandait-il, qui suis-je ? »

 Pierre lui répond :

« Tu es le Messie [ (Christ) ]. »

Alors il leur enjoignit de ne parler de lui à personne.

Marc IX : 7-9

Et une nuée survint qui les prit sous son ombre, et une voix partit de la nuée :

 « Celui-ci est mon Fils bien-aimé ; écoutez-le. »

Soudain, regardant autour d'eux, ils ne virent plus personne, que Jésus seul avec eux.

Comme ils descendaient de la montagne, il leur ordonna de ne raconter à personne ce qu'ils avaient vu, si ce n'est quand le Fils de l'homme serait ressuscité d'entre les morts. »

Avoir autant d’interdiction et écrire tout au long de ce Nouveau Testament du « Jésus-Christ » dans les Évangiles est un non-respect de la parole de Jésus le Nazaréen et de l’homme qui s’est sacrifié pour permettre à cet humain de recouvrer la Vie Éternelle.

On aurait pu admettre que ce terme, « Jésus-Christ », soit pris dans les Actes des Apôtres, ainsi que les Lettres et Épîtres du NT si le sens avait été dans la direction de « Messie » « Oint » et non dans le sens de crux, « Croix ».

En effet le terme « Jésus-Christ » signifie bien aujourd’hui « Jésus-Croix » et aie bien interprété comme tel par les ouailles de toute la chrétienté. Voilà pourquoi pour commencer et terminer une prière ils se signent du « signe » de la croix en invoquant les trois « Dieux » de la chrétienté, le Père, le Fils, le Saint-Esprit confirmant par le « ainsi soit-il » tout cela agenouillé devant un morceau de bois, de pierre, de fer, représentant une croix avec l’effigie d’un humain fixé dessus.

L’idolâtrie devant toute sa splendeur ! …

Ce flagrant délit, vous le niez !

Et pourtant, quelle réalité !

Jésus le Nazaréen et son Père EL-SHADDAÏ doivent être dans un état d’écœurement, de colère en voyant tous ces humains dans ces Temples Chapelles, Églises, Cathédrales prier de la matière sans vie en invoquant leur NOM.

Autre chose, le terme « Nazôréen » fut appliqué à Jésus dont-il caractérisait l’origine, puis à ses sectateurs. Ce terme s’est maintenu dans le monde sémitique pour désigner les disciples de Jésus, tandis que le nom « chrétien » à partir du IIème siècle prévalu dans le monde gréco-romain.

Dans quelques jours la suite des écrits sur Jésus le Nazôréen et la chrétienté, alors pendant ce temps, prenez-soins de vous, portez-vous bien !

Salutations cordiales à tous !

 

Sig : JP.G. dit « Grand-Loup » ou « GRANDELOUPO »

01:33 Écrit par Grandeloupo dans Déchéance d'une religion | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.