Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/06/2014

Résurrection, Élévation ...Chap. N° 4 - Joseph d'Arimathie et le Sanhédrin

320 - Mise au tombeau.jpg

Embaumement du corps de Jésus le Nazaréen

Résurrection,

Ascension, Pentecôte

 

Me voilà arrivé au quatrième chapitre  de la Résurrection à la Pentecôte et il y a un cinquième chapitre. L’Ascension est passée ainsi que la Pentecôte et je suis toujours entrain d’écrire sur le sujet.

Je reconnais que j’écris pour vous avec plaisir, me posant toujours la même question sachant impertinemment bien que jamais, oui, je dis bien, jamais  je n’aurai la réponse. En effet sur le nombre d’humains qui me lise tous les mois et qui augmente tout doucement mensuellement combien de ces Lectrices et Lecteurs ont changé leur mode de vie pour suivre le sentier caillouteux qui mène à ce Dieu seul et unique que vous nommez certainement comme moi, après une vérification sur la Bible, du nom d’EL-SHADDAÏ, « Dieu au-dessus des Montagnes ». Quand vous priez et que vous dites : « mon Père créateur, toi dans les cieux que ton nom résonne…. » Ton « Nom », oui vous lui avez donné un nom que vous pouvez glorifier : « Que ton Nom soit sanctifié … » là votre prière à un sens et Jésus le Nazaréen s’empresse d’amener votre prière de cœur à son Père car il est notre Roi et pour le moment notre médiateur, notre assesseur. Oui comme je l’ai écris ci-dessus j’espère que vous êtes un parangon pour vos semblables, c’est-à-dire un exemple pour eux.

Chacun de nous a une pierre d’achoppement alors c’est là que vous devez combattre jusqu’au jour où ce péché n’existe plus. Exemple vous êtes attiré vers le sexe opposé et vous êtes marié, des coups de canifs dans le contrat de mariage vous ne les comptez plus, alors là, sera votre campagne personnelle. Je vous ai mis cet exemple car c’est celui d’un ami qui aussitôt qu’il voyait un jupon, c’était plus fort que lui, il fallait qu’il saute dessus.

Un jour qu’il réparait ma télévision je me suis permis de parler de ses incartades. Après trois heures de discussion il me dit « T’as vu ce que tu me demandes ?  --- Oui je sais, mais pense un peu à Mimine puisque tu l’aimes et voilà plus de vingt ans que vous êtes ensembles ! », lui dis-je. Je n’ai rien fait juste lui faire travailler sa conscience ! Il a mis plus d’un an pour tout arrêter et aujourd’hui quand on en parle il se marre et me dit merci car il est plus attentionné envers son épouse ainsi que ses enfants, il a du temps à leur consacré et il se sent plus heureux qu’auparavant car il n’a plus besoin de mentir, de s’inventer des excuses et la conscience !...

Alors ! Oui, je pense à tout cela quand je vous écris, pour que vous soyez un maximum les « Enfants » de ce Dieu seul et unique, ce Dieu d’amour, ce DIEU SHADDAÏ !

 

Dernière phrase du chapitre précédent

 

Comme la « Bible » officielle ne nous offre aucun renseignement sur l’Ascension de Jésus le Nazaréen, quarante jours après sa mort par la torture romaine de la crucifixion et non la résurrection, continuons de nous instruire par la littérature apocryphe digne de foi.

Le « Procès » d’un « Jésus » par Pilate en Syrie-Palestine fut inscrit et conservé dans les archives romaines, Justin de Naplouse en fait référence dans son « Apologie » tout comme le prêtre théologien français Jean-Pierre Lémonon qui écrit :

« En consultant les Actes de Pilate, les Romains auquel Justin de Naplouse destine son œuvre, pourront vérifier la réalisation des prophéties dans les événements qui ont marqué la passion du Christ »

L’historien romain Tacite fait aussi référence aux « Actes de Pilate » dans les « Livres des Annales » qui couvrent la période du Procès de Jésus par Pilate jusqu’à la destruction du Temple de Jérusalem en 70 de l’EC.

Ci-dessus j’ai écrit le temps passé du crucifiement de Jésus le Nazaréen à sa résurrection, avec l’ensevelissement par Joseph d’Arimathie aidé par Nicodème et quelques femmes dont la Mère de Jésus le Nazaréen.

Joseph d’Arimathie faisait partie du Sanhédrin, tout comme Nicodème, qui lui en plus de Joseph, possédait un statut important au sein du Sanhédrin.

 

Chapitre N° 4

 

Joseph d’Arimathie et le Sanhédrin

 

Maintenant, mes semblables, Lectrices et Lecteurs, venant certainement de tous les horizons, je vous invite à faire un petit exercice de mémoire. Voilà plusieurs jours que Joseph d’Arimathie est sortie par on ne sait quel mystère de son cachot, la serrure de la porte ayant été scellée après que Joseph d’Arimathie fut jeté dedans et que Caïphe en présence d’Anne et des juifs, fit faire un double tour à la clef pour fermer la porte. Puis, devant l’assistance, Caïphe fit sceller par un sceau la serrure et les gonds de la porte et mit en faction des gardes romains devant celle-ci.

Caïphe, Anne, les prêtres, les lévites et les juifs avaient-ils peur de quoi pour prendre autant de protection contre un homme qui faisait partie des leurs ?

Je reviens aux écrits des Actes de Pilate.

Dans la nuit du samedi, jour de Sabbat, au dimanche minuit, premier jour de la semaine, Jésus le Nazaréen ressuscita délivrant de même Joseph d’Arimathie de sa prison le transportant chez lui et lui interdisant de sortir de sa maison pendant quarante jours.

Les « Juifs » le firent chercher dans toute la Galilée et la Judée sans le trouver.

Comme les écrits canoniques bibliques ne nous donnent aucun renseignement sur « l’Élévation » de Jésus le Nazaréen par obligation nous sommes obligés de croire à ces textes apocryphes avec quand même une foi importante envers EL-SHADDAÏet son fils Jésus le Nazaréen. Ces textes suivent de très près les écrits canoniques puisqu’ils dévoilent assez bien l’hypocrisie du Sanhédrin, nous prouvant que le procès de Jésus n’était qu’une mascarade et qu’Anne et Caïphe cherchèrent vraiment à se débarrasser de Jésus par la mort.

Évangile de Nicodème XIII : 3 

3. Ces propos inquiétaient les Juifs. Ils dirent :

« Il ne faut pas que cette nouvelle s'ébruite et que tous se convertissent à Jésus. »

Et après avoir délibéré, ils se cotisèrent et remirent un bon pécule aux soldats avec cette consigne :

« Dites que la nuit, pendant que vous dormiez, ses disciples sont venus et l'ont dérobé. Si l'affaire parvient aux oreilles du gouverneur, nous nous chargeons de l'amadouer et nous vous épargnerons les ennuis. »

Les soldats empochèrent l'argent et firent comme on leur avait dit. (Mt XXVIII : 12-15)

De part les écrits bibliques je sais que pendant les quarante jours, de la résurrection à l’Ascension définitive, Jésus le Nazaréen est monté aux Cieux plusieurs fois retrouver sont Père géniteur, la première fois étant le premier jour de la semaine après avoir vu sa mère Marie, et non Marie de Magdala comme la chrétienté veut le faire avaler à ses ouailles, ce qui est d’une logique absolue, car c’est en son sein que Jésus le Nazaréen fut conçu en tant qu’être humain, pour recevoir par son Père son investiture.

Évangile de Nicodème XIV : 1-2

1.Phinéès, un prêtre, Adas, un docteur et Aggée, un lévite, s'étant rendus de Galilée à Jérusalem firent ce récit aux chefs de la synagogue, aux prêtres et aux lévites :

« Nous avons vu Jésus et ses disciples, assis sur la montagne appelée Milkom, et il disait à ses disciples :

 « Allez par le monde entier, proclamez à toute la création : celui qui croira et sera baptisé sera sauvé ; celui qui ne croira pas, sera condamné. Et voici les signes qui accompagneront ceux qui auront cru ; par mon nom ils chasseront les démons, ils parleront en langues nouvelles ; ils prendront des serpents, et s'ils boivent quelque poison mortel, ils n'en éprouveront aucun mal ; ils imposeront les mains aux malades et ceux-ci seront guéris. »

 Jésus parlait encore à ses disciples, quand nous le vîmes enlevé au ciel. »

2.Phinéès le prêtre, Adas le docteur et Aggée le lévite dirent aux chefs de la synagogue, aux prêtres et aux lévites :

« Si les paroles que nous avons dites et dont nous témoignons constituent un péché, eh bien, nous sommes ici devant vous. Faites de nous ce que bon vous semble. »

Ils prirent la loi et les firent jurer de ne répéter à personne ce qu'ils avaient dit. Puis, ils leur donnèrent à manger et à boire et les chassèrent de la ville, en leur donnant de l'argent et trois hommes pour les raccompagner jusqu'en Galilée. Et ils rentrèrent sans incident.

Mais les « Juifs » toujours dans la même crainte envoyèrent des missiles chercher Jésus le Nazaréen.

Évangile de Nicodème XV : 1

1. Nicodème se leva, et debout devant le Conseil, il dit :

« Vous parlez fort bien ! Mais, l'ignorez-vous donc, peuple du Seigneur ? Les gens qui sont descendus de Galilée craignent EL-SHADDAÏ ; ils ont assez de bien et sont parfaitement désintéressés. Ce ne sont pas des fanatiques. Ils vous ont affirmé sous serment qu'ils avaient vu Jésus sur le mont Milkom avec ses disciples, auxquels il enseignait tout ce que vous avez entendu là, puis ils l'ont vu enlevé au ciel. Mais nous avons omis de leur demander de quelle façon il avait été enlevé. »

« Et maintenant, écoutez-moi : envoyons des hommes par tout le territoire d'Israël et voyons si par hasard ce Jésus n'aurait pas été enlevé par un esprit et déposé sur l'une des montagnes. »

Cette idée convint à tous. Ils dépêchèrent des éclaireurs dans tout le pays d'Israël et ils cherchèrent Jésus, mais sans succès. A Arimathie, ils trouvèrent Joseph ; personne n'osa l'arrêter.

De source sûr et historique, en dehors des Apôtres, Jésus le Nazaréen fut aperçu pendant ces quarante jours par plus de cinq cents personnes qui après avoir conversé et fait plusieurs miracles, c’est élevé vers le ciel.

Plusieurs fois il alla voir les onze Apôtres pour aplanir leurs divergences, les enseigner sur le Royaume de son Père EL-SHADDAÏ en l’annonçant à leurs semblables, les fortifiant dans leur foi afin qu’ils aient le courage d’affronter le monde.

Revenons aux Actes de Pilate ou à l’Évangile de Nicodème

Les quarante jours après la résurrection étaient passés et Jésus le Nazaréen était monté aux Cieux définitivement et les Douze Apôtres n’avaient pas encore reçu le « Souffle d’Intelligence »d’EL-SHADDAÏ.

Le Sanhédrin convoque Joseph d’Arimathie, se dernier acceptant, se rend à Jérusalem et loge chez son ami Nicodème

Évangile de Nicodème XV : 5-6

5.Le lendemain, qui était un vendredi, chefs de la synagogue, prêtres et lévites se rendirent en hâte chez Nicodème. Celui-ci sortit à leur rencontre et leur dit :

« Paix à vous ! »

Ils firent écho : « Paix à toi et à Joseph, à toute ta maison et à la sienne ! »

Il les fit entrer. Tout le Conseil prit place et Joseph vint s'asseoir entre Anne et Caïphe. Mais nul n'osait lui adresser la parole.

Alors Joseph dit :

« Pourquoi m'avez-vous convoqué ? »

Ils firent signe à Nicodème de lui répondre. Celui-ci ouvrit la bouche et dit à Joseph :

« Eh bien, les vénérables docteurs, les prêtres et les lévites aimeraient entendre de toi une parole. » 

« Dites-moi donc laquelle », dit Joseph.

Anne et Caïphe prirent le livre de la loi et adjurèrent Joseph en ces termes :

« Glorifie le Dieu d'Israël et confesse son nom ! Adjuré par le prophète Josué, Achar ne faillit pas à ses serments, mais il lui révéla l'entière vérité, sans en omettre un mot. Toi non plus, ne nous cache rien. »

Joseph répondit : « Je ne vous cacherai rien. »

Ils lui dirent : « Nous étions très fâchés que tu aies demandé le corps de Jésus, que tu l'aies roulé dans un linceul tout blanc et déposé dans le tombeau. C'est pour cela que nous t'avons enfermé dans une maison sans fenêtre, que nous avons muni l'entrée de clés et de cachets, tandis que des gardes surveillaient ta captivité. Mais le lendemain, quand nous ouvrîmes la porte, tu avais disparu. Cela nous plongea dans de cruelles alarmes et jusqu'à hier, le peuple du Seigneur était tout désemparé. A présent donc, raconte-nous ce qui s'est passé. »

6.Joseph prit la parole : « Vous m'avez enfermé le vendredi, vers la dixième heure, et je suis resté là tout le sabbat. Mais à minuit, tandis que j'étais debout à prier, la maison où vous m'aviez enfermé se souleva par les quatre coins et une sorte d'éclair vint éblouir mes yeux. Épouvanté, je tombai à terre. Alors quelqu'un me prit par la main et m'enleva de l'endroit où je gisais, et une eau fraîche coula sur moi de la tête aux pieds, tandis que des effluves de myrrhe emplissaient mes narines. Il m'essuya le visage, m'embrassa et me dit :

« Ne crains pas, Joseph. Ouvre tes yeux et regarde quel est celui qui te parle. »

 Levant mon regard, je vis Jésus. Mes frayeurs redoublèrent. Je pensai que c'était un fantôme et je me mis à réciter les commandements. Mais il les récita avec moi. Or vous ne l'ignorez pas, quand un fantôme entend réciter près de lui les commandements, il prend la fuite. Voyant qu'il les disait avec moi, je m'écriai :

« Rabbi Élie! »

 Il me dit : « Je ne suis pas Elie. »

 « Qui es-tu, Seigneur », lui dis-je.

Et il me dit :« Je suis Jésus. Tu as demandé mon corps à Pilate, puis tu m'as enveloppé dans un pur linceul et tu as couvert mon visage d'un suaire, puis tu m'as déposé dans ton caveau neuf et tu as roulé une grande pierre à l'entrée de la tombe. »

Et je dis à celui qui me parlait : « Viens me montrer l'endroit où je t'ai placé. » Il me conduisit à cet endroit et me le montra. Le linceul y traînait encore, et le suaire qui avait couvert son visage. Alors j'eus la preuve qu'il était Jésus.

Il me prit par la main et toutes portes closes, me transporta au milieu de ma demeure. Il me conduisit auprès de mon lit et me dit :

« Paix à toi ! »

Il m'embrassa encore et ajouta :

« Tu ne sortiras pas de chez toi avant quarante jours. Car voici, je vais rejoindre mes frères, en Galilée. »

Ce texte qui est une répétition de celui posé un peu plus haut est là pour bien faire comprendre au lecteur que Jésus le Nazaréen ressuscita à minuit ou zéro heure ou encore milieu de la nuit, dans la nuit du Samedi jour de « Chabbat » au Dimanche premier jour de la semaine. De plus, ce texte dit apocryphe suit correctement les écrits des évangiles synoptiques ainsi que l’évangile de Jean. Il donne une confirmation du livre prophétique de Jonas qui resta trois jours et trois nuits dans le ventre d’un gros poisson tout comme Jésus le Nazôréen resta trois jours et trois nuits dans l’Hadès, soit exactement soixante-douze heures, nombre symbolique qui fait penser aux soixante-douze érudits qui traduisirent la Bible de l’hébreu au grec dans l’ile de Pharos où fut élevé le phare d’Alexandrie, puis aux soixante-douze Disciples choisit par Jésus le Nazaréen. (Luc X : 1, 17)

Je certifie que de sa « Résurrection » à son « Élévation » définitive Jésus le Nazôréen est monté plusieurs fois voir son Père géniteur et par la même je certifie encore une fois que Jésus le Nazaréen, le Jésus-Christdes chrétiens, n’est pas un « Dieu » et n’est pas l’égal de son Père,la Bible nous fournissant plusieurs preuves particulièrement pendant ces quarante jours.

Des preuves flagrantes, indémontables, qui j’espère vous feront réfléchir, raisonner, sur l’authenticité de mes écrits, et qui vous feront prendre le sentier qui mène à EL-SHADDAÏ, ce « Dieu » seul et unique, pour que vous deveniez ses « Enfants » afin de vivre sur cette Terre dans son Nouveau Royaume éternellement avec son fils engendré, non créé comme l’humain, comme notre Roi.

Jésus le Nazaréen vient de ressusciter et en premier va voir sa mère Marie.

Jean XX : 17

« Jésus lui dit : « Ne me touche pas, car je ne suis pas encore monté vers le Père. Mais va trouver mes frères et dis-leur : je monte vers mon Père et votre Père, vers mon Dieu et votre Dieu.» »

Comme déjà écrit, donc je réitère, maintenant qu’il a vu sa Mère, il monte aux Cieux recevoir par son Père son intronisation au Ciel en premier, puis sur la Terre au jour défini par son Père, mais pour l’heure il a son trône à la droite de son Père. Maintenant qu’il a reçu puissance et gloire par son Père géniteur il peut redescendre sur Terre investit de certaines tâches qu’il ne pouvait pas faire avant. Je vous fais constater en premier qu’il fait allégeance à son Père disant qu’il est son « Dieu » et qu’il est notre Père, je rajoute créateur, et notre « Dieu ».

Cela prouve que Jésus le Nazaréen n’est pas un « Dieu » puisqu’il nous dit bien que son Père est son « DIEU » !...

Là, vous ne pouvez me démentir, la preuve est flagrante, indémontable !

Continuons !

Matthieu XXVIII : 16-18

« Quant aux onze disciples, ils se rendirent en Galilée, à la montagne où Jésus leur avait donné rendez-vous.

Et quand ils le virent, ils se prosternèrent ; d'aucuns cependant doutèrent.

S'avançant, Jésus leur dit ces paroles :

« Tout pouvoir m'a été donné au ciel et sur la terre. » »

Comme dans l’Évangile de Nicodème, simplement que la Bible omet de citer le nom de la montagne en Galilée.

D’autres écrits prochainement, dans un peu plus d’une semaine !

Pour le moment soyez en accord avec votre conscience et essayez d’avoir un « Esprit SAIN » pour prier ce Dieu seul et unique son fils étant notre médiateur, lui qui doit attendre son couronnement comme notre Roi sur la Terre après les terribles tribulations des dernières générations.

Portez-vous bien et prenez soins de vous !

Salutations cordiales !

Sig : JP.G. dit « GRAND-LOUP » ou « GRANDELOUPO »

02:21 Écrit par Grandeloupo dans Fêtes de toute la Chrétienté | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.