Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/06/2014

Résurrection, Élévation ...Chap. N° 2 - Josepn d'Arimathie

800px-Joseph d'Arimathie, l'ensevelissement (Copier).jpg

 

Résurrection, Ascension, Pentecôte

Pour vous mes semblables, Lectrices et Lecteurs, j’écris sur la fête chrétienne de l’Ascension qui s’avère un peu plus long que ma pensée. Donc je poserai c’est deux fêtes ensemble et en plusieurs chapitres. J’ai aussi, pour être plus près de la vérité cherché sur Internet l’éphéméride de la Palestine à l’ère de la Pâque juive. Les saisons étant un fait perpétuel, le coucher et le lever du soleil est le même maintenant qu’à l’ère de Jésus le Nazaréen. Le jour de la crucifixion de Jésus le Nazaréen l’éphéméride était : lever du soleil 6h02, coucher du soleil 19h03.

Sur l’Ascension de Jésus le Nazaréen, je ne pensais pas écrire autant, mais avant l’Élévation de notre Roi sur la Terre, il y a sa résurrection et là à mon étonnement en cherchant je me suis aperçu que la Bible canonique n’écrivait pas tout. En effet il est intéressant de savoir que Jonas n’a pas été dans le ventre d’un gros poisson, trois jours et trois nuits, juste pour l’histoire.

Cela avait une signification car quand ce gros poisson rejeta Jonas sur la « sèche », c’est-à-dire la terre, c’était une préfiguration de ce qui arriverait à Jésus le Nazaréen qui fut rejeté du tombeau où si vous aimez mieux qu’il ressuscita de la tombe, ce qui le rendait comme un « Guerrier », vainqueur des « Ténèbres » car il venait de tuer la « Mort ».

Il m’a semblé normal de vous expliquer tout ce que la Bible canonique ne dit pas, voilà pourquoi je déborderai sur la Pentecôte, et que cette fête chrétienne sera passée quand j’écrirai dessus. Je pense que pour croire en quelque chose il est important de connaître l’histoire et comme cela touche notre Roi et sa résurrection, il fut normal pour moi d’écrire sur celui qui par son action, nous offre la vie éternelle par la volonté de son Père géniteur, notre Père créateur.

 

Dernières phrases du chapitre précédent.

 

Toujours avec la même sincérité, pour vous mes semblables, afin de vous guider vers ce « Dieu » unique, cet Être Suprême, je me pose là question si « Thomas lui répondit : « Mon Seigneur et mon Dieu » Jésus lui dit : »,n’est pas un ajout grossier de copiste un peu zélé, car ce petit morceau de contexte biblique tenterait de nous faire croire que l’Apôtre Thomas considèrerait Jésus le Nazaréen comme un « Dieu », ce qui bien sûr supprimerait l’unicité d’EL-SHADDAÏ, Père géniteur de Jésus le Nazaréen et aussi le nôtre en temps que « Père créateur ». Je vous laisse seul juge, mais reconnaissez qu’EL-SHADDAÏ éclaire bien mon « Esprit ».

Toujours avec la même attention de vérité pour vous mes semblables, vous discernerez le temps qu’il y a eu entre le premier jour de la semaine, jour où sans doute Jésus le Nazaréen fut ressuscité de l’Hadès, mais également la visite le soir, avant le coucher du soleil, qu’il fit à ses Apôtres barricadés dans leur retraite par crainte des juifs, et cette seconde visite toujours au même endroit, huit jours après, où il se matérialise afin que les Apôtres le voient.

 

Chapitre N° 2

 

Joseph d’Arimathie

 

Ce chapitre XX de Jean se termine avec le « mystère » qui entourait Jésus le Nazaréen et ses Apôtres puisqu’il est venu de nombreuse fois les voir pendant cette période de quarante jours, de sa mort, à son « Élévation ou Ascension définitive », pour les enseigner et les fortifier dans leur foi.

Encore un fait étonnant Jean XX : 16-17

« Jésus lui dit :

« Marie ! »

Se retournant, elle lui dit en hébreu : « Rabbouni ! » - ce qui veut dire : « Maître ».

Jésus lui dit :

« Ne me touche pas, car je ne suis pas encore monté vers le Père. Mais va trouver mes frères et dis-leur : je monte vers mon Père et votre Père, vers mon Dieu et votre Dieu. » »

Le verset 17, qui commence à Jésus lui dit : « Ne me touche pas … » est un verset de renseignement sensationnel, et c’est là que je perçois l’immense attention que ce Dieu unique me porte m’offrant un peu du « Souffle » que reçurent les Apôtres par Jésus le Nazaréen, puis par EL-SHADDAÏ, pour que vous aussi, mes semblables, vous receviez l’intelligence et la compréhension dans votre cœur et votre esprit des « Écrits Bibliques » et de ce que je vous écris.

Juste un peu de logique ; Dimanche matin premier jour de la semaine, qui commence le Samedi, jour du « chabbat », après le coucher du soleil quand au crépuscule, trois étoiles moyennes sont visible à l’œil nu, Marie Madeleine ou de Magdala arrive au tombeau, pas tout-à-fait à l’aurore puisqu’il y avait encore des ténèbres, et voit la pierre enlevée que Joseph d’Arimathie avait roulé et que les romains avaient scellés, trois jours et trois nuits auparavant.

Une chose est certaine, au environ de six heure du matin, Jésus le Nazaréen est déjà ressuscité, et dans la matinée il n’est pas encore monté aux Cieux voir sont Père géniteur, le faisant après avoir parlé à Marie. Le soir, avant le coucher du soleil, quand Jésus le Nazaréen se matérialise dans la pièce où les « Onze » Apôtres sont claquemurés par crainte des représailles juives, il descendait de chez son Père géniteur logeant dans les Cieux, qui lui avait donné tout pouvoir et sa Royauté au Cieux comme il l’aurait sur la Terre. – cf, Mt XXVIII : 18

Souvenez-vous de la critique que je fis sur Thomas par crainte de la perte d’unicité du seul et unique « Dieu » que nous vénérons, j’écris nous, car je pense  que vous adorez, nous adorons le même « Dieu », et constatez ce que dit Jésus le Nazaréen : « je monte vers mon Père et votre Père, vers mon Dieu et votre Dieu », il fait bien allégeance à son Père reconnaissant que c’est son Père qui « est EL-SHADDAÏ, qui est DIEU » et que c’est aussi « notre Père et notre Dieu ». Pensez bien, réfléchissez, raisonnez, à cette phrase biblique qui nous jette la vérité en pleine face, confirmant mes « Écritures ».                         

Vous mes semblables « chrétiens », il est temps pour vous de sortir de votre idolâtrie, et de vénérez qu’un seul et unique « Dieu »et pas trois en un, « Dieu Père, Dieu Fils, Dieu Saint-Esprit ou Esprit-Saint » comme vos dirigeants vous l’enseignent, mais pensez à ce que vous dit ce Dieu seul unique que je nomme, que vous nommez « EL-SHADDAÏ »

Apocalypse XVIII : 4-5

« Puis j’entendis une autre voix qui disait, du ciel :

« Sortez, ô mon peuple, quittez-la, de peur que, solidaires de ses fautes, vous n’ayez à pâtir de ses plaies ! »

Car ses péchés se sont amoncelés jusqu’au ciel, et EL-SHADDAÏ s’est souvenu de ses iniquités.

EL-SHADDAÏ demande bien aux humains qui se considèrent ses « Enfants » de sortir de

« Babylone la Grande » représenté au XXIème siècle par la chrétienté, ses « Enfants » formant la quantité d’un « Peuple ».

Revenons à nos moutons comme le dit si bien le terme populaire !

Matthieu XII : 38-40  --  Jésus le Nazaréen est en compagnie des scribes et des pharisiens qui en général sont des « Docteurs » de la Loi comme l’on disait à l’ère de Jésus, et il leur expliquait qu’un bon arbre donnera de bon fruit, mais qu’un arbre mauvais donnera de mauvais fruit, tout comme la plante ou la semence.

« Alors quelques-uns des scribes et des Pharisiens prirent la parole et lui dirent :

 « Maître, nous désirons que tu nous fasses voir un signe. »

Il leur répondit :

« Génération mauvaise et adultère ! elle réclame un signe, et de signe, il ne lui sera donné que le signe du prophète Jonas.

De même, en effet, que Jonas fut dans le ventre du monstre marin durant trois jours et trois nuits, de même le Fils de l'homme sera dans le sein de la terre durant trois jours et trois nuits. »

L’Évangile de Matthieu dit bien que Jésus le Nazaréen ne restera pas plus longtemps dans le tombeau ou si vous aimez mieux « la tombe », que Jonas resta dans le ventre du « gros poisson » -- Jonas I : 17

Le temps que Jésus le Nazaréen est resté dans le tombeau est un « Signe » et moi je pense à un « Signe Prophétique » dans le temps, car Jésus le Nazaréen a bien dit à ses Apôtres qu’il ressusciterait le troisième jour et son Père le fit renaître ce troisième jour entre la terminaison du jour sabbatique, le début du premier jour de la semaine et les prémices de l’aurore avant l’aube soit approximativement cinq heure du matin, où la dixième heure  du premier jour de la semaine. Fait étonnant, est que Jonas resta dans le ventre du « gros poisson » trois jours et trois nuits soit soixante-douze heures qui est aussi le temps que resta Jésus le Nazaréen dans le tombeau, et ce temps représente les érudits qui ont traduits la Bible en grecque, mais aussi le nombre de Disciples que Jésus le Nazaréen prit pour son ministère.

L’éphéméride du jour de la crucifixion jusqu’au premier jour de la semaine, ou si vous aimez mieux du jour de la mise au tombeau au jour de la constatation des femmes de la résurrection de Jésus le Nazaréen soit coucher du soleil 19h, lever du soleil 6h. Sachant que le lever du jour est approximativement une heure avant le lever du soleil.

Lisons la Bible pour connaître l’heure et le jour de l’ensevelissement !

Jésus le Nazôréen rend l’esprit vers la neuvième heure si l’on compte les heures à partir du lever du soleil soit d’après l’éphéméride 6h du matin, donc le cœur de Jésus s’arrête de battre vers 15h de l’après midi.

Matthieu XXVII : 45-53

« A partir de la sixième heure, l'obscurité se fit sur toute la terre, jusqu'à la neuvième heure.

Et vers la neuvième heure Jésus clama en un grand cri :

« Élie, Élie, lema sabachtani ? »

C’est-à-dire :

« Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m'as-tu abandonné ? »

Certains de ceux qui se tenaient là disaient en l'entendant :

« Il appelle Élie, celui-ci ! »

Et aussitôt l'un d'eux courut prendre une éponge qu'il imbiba de vinaigre et, l'ayant mise au bout d'un roseau, il lui donnait à boire.

Mais les autres lui dirent :

« Laisse ! Que nous voyions si Élie va venir le sauver ! »

Or Jésus, poussant de nouveau un grand cri, rendit l'esprit.

Et voilà que le voile du Sanctuaire se déchira en deux, du haut en bas ; la terre trembla, les rochers se fendirent, les tombeaux s'ouvrirent et de nombreux corps de saints trépassés ressuscitèrent : ils sortirent des tombeaux après sa résurrection, entrèrent dans la Ville sainte et se firent voir à bien des gens. »

Luc XXIII : 44-47

« C'était déjà environ la sixième heure quand, le soleil s'éclipsant, l'obscurité se fit sur la terre entière, jusqu'à la neuvième heure.

Le voile du Sanctuaire se déchira par le milieu, et, jetant un grand cri, Jésus dit :

« Père, en tes mains je remets mon esprit. » Ayant dit cela, il expira.

Voyant ce qui était arrivé, le centenier glorifiait EL-SHADDAÏ, en disant :

« Sûrement, cet homme était un juste ! » »

Jean XIX : 25-30

« Jésus donc voyant sa mère et, se tenant près d'elle, le disciple qu'il aimait, dit à sa mère :

 « Femme, voici ton fils. »

Puis il dit au disciple :

« Voici ta mère. »

Dès cette heure-là, le disciple l'accueillit chez lui.

Après quoi, sachant que désormais tout était achevé pour que l'Écriture fût parfaitement accomplie, Jésus dit :

« J'ai soif. »

Un vase était là, rempli de vinaigre. On mit autour d'une branche d'hysope une éponge imbibée de vinaigre et on l'approcha de sa bouche.

Quand il eut pris le vinaigre, Jésus dit :

« C'est achevé »

et, inclinant la tête, il remit l'esprit. »

Seul l’Évangile de Matthieu rapporte que les tombeaux s’ouvrirentet que certains ressuscitèrent et se firent voir à leurs semblables. Ce que nous pouvons certifier par les écrits c’est que Jésus le Nazaréen, dans la neuvième heure après le lever du soleil soit la quinzième heure à compter du zénith, le cœur s’arrêta et il remit son « Esprit » dans les mains de son Père géniteur.

Avant que son corps ne soit détaché de la croix il se passa quelques heures. En effet le soir venu Joseph d’Arimathie alla voir Ponce Pilate pour récupérer le corps de Jésus le Nazaréen.

Matthieu XXVII : 57-60

« Le soir venu, il vint un homme riche d'Arimathie, du nom de Joseph, qui s'était fait, lui aussi, disciple de Jésus.

Il alla trouver Pilate et réclama le corps de Jésus. Alors Pilate ordonna qu'on le lui remît.

Joseph prit donc le corps, le roula dans un linceul propre et le mit dans le tombeau neuf qu'il s'était fait tailler dans le roc ; puis il roula une grande pierre à l'entrée du tombeau et s'en alla. »

Marc XV : 42-46

« Déjà le soir était venu et comme c'était la Préparation, c'est-à-dire la veille du sabbat, Joseph d'Arimathie, membre notable du Conseil, qui attendait lui aussi le Royaume d’EL-SHADDAÏ, s'en vint hardiment trouver Pilate et réclama le corps de Jésus

Pilate s'étonna qu'il fût déjà mort et, ayant fait appeler le centurion, il lui demanda s'il était mort depuis longtemps.

Informé par le centurion, il octroya le corps à Joseph.

Celui-ci, ayant acheté un linceul, descendit Jésus, l'enveloppa dans le linceul et le déposa dans une tombe qui avait été taillée dans le roc ; puis il roula une pierre à l'entrée du tombeau. »

Luc XXIII : 50-53

« Et voici un homme nommé Joseph, membre du Conseil, homme droit et juste.

Celui-là n'avait pas donné son assentiment au dessein ni à l'acte des autres. Il était d'Arimathie, ville juive, et il attendait le Royaume d’EL-SHADDAÏ.

Il alla trouver Pilate et réclama le corps de Jésus.

Il le descendit, le roula dans un linceul et le mit dans une tombe taillée dans le roc, où personne encore n'avait été placé. »

Jean XIX : 39-42

« Après ces événements, Joseph d'Arimathie, qui était disciple de Jésus, mais en secret par peur des Juifs, demanda à Pilate de pouvoir enlever le corps de Jésus. Pilate le permit. Ils vinrent donc et enlevèrent son corps.

Nicodème - celui qui précédemment était venu, de nuit, trouver Jésus - vint aussi, apportant un mélange de myrrhe et d'aloès, d'environ cent livres.

Ils prirent donc le corps de Jésus et le lièrent de linges, avec les aromates, selon le mode de sépulture en usage chez les Juifs.

Or il y avait un jardin au lieu où il avait été crucifié, et, dans ce jardin, un tombeau neuf, dans lequel personne n'avait encore été mis.

A cause de la Préparation des Juifs, comme le tombeau était proche, c'est là qu'ils déposèrent Jésus. »

Je viens de vous poser tous les textes évangéliques sur les évènements qui eurent lieu après la mort de Jésus le Nazaréen sur la croix. Maintenant c’est à nous de réfléchir, raisonner pour être dans la vérité du déroulement post-mortem de Jésus. Marc nous dit que Joseph vient chercher le corps de Jésus le Nazaréendans la soirée, le jour de la « Préparation » veille du « Sabbat » ce qui semble impossible si l’on considère que Jésus le Nazaréen soit resté soixante-douze heures dans la tombe comme Jonas qui restât le même temps dans le ventre du gros poisson, soit la valeur de trois jours et trois nuits.

Matthieu lui ne parle que du soir venu donc nous pouvons déjà certifié que le corps de Jésus le Nazaréen fut remis à Joseph un soir, ce qui fait penser après le coucher du soleil et si c’est après le coucher du soleil, c’est au commencement d’un nouveau jour. Un rappel, Marie de Magdala le premier jour de la semaine, elle alla au tombeau où Jésus le Nazaréen avait été déposé, il faisait encore sombre, et elle trouva le tombeau vide.

Ce que je vais écrire maintenant vient de mon raisonnement, de ma réflexion personnelle, et cela n’engage que moi, mais vous mes semblables en lisant les versets bibliques des différents évangélistes peut-être avez-vous une autre idée, un autre calcul.

Jésus le Nazaréen est mort par la torture romaine le surlendemain du jour de la Pâque le lendemain étant une journée sabbatique puisque c’était un grand jour, un jour sabbatique puisque c’était le début des jours du « Pain sans Levain » exactement comme pour nous en cette année 2014 où le jour de la Pâque fut lundi soir entre les deux soirs le lundi toute la journée étant le jour de « Préparation », le « Sabbat » exceptionnel commençant le lundi soir jour de Pâque et aussi jour du « Pain sans Levain ».

De source historique nous savons que Caïphe le Grand Prêtre de Jérusalem fit arrêter Jésus le Nazaréen la nuit alors que la Loi juive l’interdit, mais mieux encore pendant un jour de Sabbat exceptionnel avec des accusations mensongères. Ce fait historique confirme mes écritures ci-dessus sur le jour du « Pain sans Levain ».

Ce qui fait que Jésus le Nazaréen fut crucifié quarante-quatre heures après le coucher du soleil le jour de Pâque, soit le mercredi à quinze heure, heure où Jésus le Nazaréen rendu son esprit à son Père.

Deux évangiles nous parlent du « soir venu » et nous savons, toujours parmi les écrits du Nouveau Testament, que Jésus le Nazaréen est resté dans la tombe comme le temps prophétique de Jonas dans le ventre du gros poisson, soit soixante-douze heures, qui représentent trois jours et trois nuits, simplement que Marc nous donne le détail du jour de la Préparation veille du « Sabbat. »  Si c’était vraiment ce jour là, jour de la « Préparation » veille du « Sabbat », Jésus le Nazaréen ne serait pas resté trois jours et trois nuits dans le tombeau puisque le premier jour de la semaine les femmes arrivent au tombeau au levé du soleil et mieux encore, Marie de Magdala qui les a toutes devancées, arrivant au tombeau juste avant le lever du jour, elle trouve le tombeau ouvert et vide, soit environ cinq heure du matin puisque le soleil se lève à 6h d’après l’éphéméride.

Sans trop me tromper, je pense que Marc, tout comme Matthieu et Jean pensaient à la veille du jour de la « Préparation » qui était la veille du Sabbat.

Comme déjà écrit Jésus décède sur la croix aux alentours de quinze heures. Á ce moment là, la crainte et l’effroi tombe sur tous les être vivants, à commencer par l’humain, car tremblement de terre au point de faire exploser la roche, tonnerre, éclairs, grondements dans le ciel, le Temple dans lequel le rideau du Saint-des-Saints se déchire de haut en bas, tous ces phénomènes durant plusieurs minutes, de quoi faire réfléchir les humains de Jérusalem !

Je continue à chercher et à écrire pour vous !

EL-SHADDAÏ ne nous a pas choisi, non, c’est nous humains qui librement, sans torture, sans menace, mais avec la sincérité de notre cœur qui l’avons choisi comme étant notre seul et unique « Dieu », et nous n’avons pas besoin d’images, de statues représentative puisque lorsque nous nous regardons dans une glace, c’est son image que nous voyons !

Cette vérité est flagrante indémontable, c’est pour cela que nous l’avons choisi comme notre Dieu.

Qu’il soit toujours dans votre cœur ! Prenez soins de vous et portez-vous bien !

Salutations cordiales

 

Sig : JP.G dit « Grandeloupo »

05:26 Écrit par Grandeloupo dans Fêtes de toute la Chrétienté | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.