Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/06/2013

HC chap. N° 18 - Vin, liberté, purgatoire, Indulgences

Rel-Purgatoire - Sainte Clemente Basilique de Rome.jpg

Représentation Purgatoire, Basilique Sainte Clémente

 

Pour certains de mes semblables, je tiens à préciser que je ne fais partie d’aucune SECTE quel qu’elle soit, d’aucune RELIGION quel qu’elle soit, et je suis encore moins un « Prophète », mais un humain comme vous, aussi imparfait, avec mes défauts, mes  qualités, et mon caractère.

Je ne recherche que la « vérité » la « Vraie », sachant que jamais je ne la trouverai, car les humains ont détruit ce qui ne leur convenait pas. Mais une chose me rassure, quand je regarde tout ce qui vie autour de moi, de l’humain à la bestiole, avec cette diversité de faune et de flore, du soleil à la pluie, avec ces orages, tornade, ces milliers de vent, etc., alors je me dis que la gestion est merveilleuse, et la « Vérité » la « Vraie » est là, devant mes yeux.

De plus, je m’efforce de mettre en pratique ce onzième « Commandement » de Jésus le Nazaréen, ce qui n’est pas toujours facile, car il m’arrive parfois de l’oublier sous l’emprise de la colère :

« Tu aimeras ton prochain comme toi-même »

Mais aussi :

« Aime ton frère (semblable) comme ton âme ; veille sur lui comme sur la pupille de ton œil. » --- Papyrus Oxyrhynque I ---

Je vais continuer sur « L’Hypocrisie Chrétienne » (H.C.), avec des enseignements écrits dans votre « Livre BIBLE »

------------------------------------------------------------------

Je tiens à préciser qu’il est important pour vous de lire le chapitre précédent avant de lire le nouveau chapitre. La compréhension sera meilleure pour vous.

 

Dernière phrase du chapitre précédent

 

Saül de Tarse qui est le Disciple Paul  écrit dans sa Lettre aux Romains, 3 : 29-30

« Ou alors EL-SHADDAÏ ( Dieu ) pour vous ) est-il le Dieu des Juifs seulement, et non point des païens ? Certes, également des païens ; puisqu'il n'y a qu'un seul Dieu, qui justifiera les circoncis en vertu de la foi comme les incirconcis par le moyen de cette foi. »

Voici un autre verset que les Témoins de Jéhovah, jamais ne vous citeront :

Jacques 4 : 12

« Il n'y a qu'un seul Législateur et Juge, celui qui peut sauver ou perdre. Et toi, qui es-tu pour juger le prochain ? »

Maintenant je vais jouer l’ « Enseignant », mais à ma manière uniquement avec des textes « Bibliques » que je vous laisserais chercher, ce qui vous permettra de « tomber » sur des textes qui vous plairont car ils iront dans votre pensé, votre sens de réflexion, car aucun humain ne raisonne comme son semblable, mais tous ceux qui cherchent, se trouvent sur un chemin parallèle qui mène vers EL-SHADDAÏ et la « VIE ».

 

 

Hypocrisie Chrétienne …

 

Chapitre N° 18

 

Vin, liberté, purgatoire, indulgences

 

Pour terminer sur l’hypocrisie chrétienne je vais me servir de ce livre « Bible », Ancien et Nouveau testament qui est en premier un livre d’histoire dans le sens d’historicité, mais aussi de conte, et pour nous être humain un livre qui contient les Lois et Préceptes d’EL-SHADDAÏ plus les « Enseignements » de son unique enfant, son garçon, le Bien-Aimé, Jésus le Nazôréen que la chrétienté nomme Jésus-Christ dans le sens de croix, pour l’adoration de celle-ci par ses ouailles.

Le VIN :

 « Avec le vin ne fais pas le brave, car le vin a perdu bien des gens.

La fournaise éprouve la trempe de l'acier, ainsi le vin éprouve les cœurs dans un tournoi de fanfarons. ( autre texte : dans la querelle des orgueilleux )

Le vin c'est la vie pour l'homme, quand on en boit modérément. Quelle vie mène-t-on privé de vin? Il a été créé pour la joie des hommes.

Gaîté du cœur et joie de l'âme, voilà le vin qu'on boit quand il faut et à sa suffisance.

( autre texte : Allégresse du cœur et joie de l’âme, voilà le vin bu en son temps et à sa mesure )

Amertume de l'âme, voilà le vin qu'on boit avec excès, par passion et par défi.

L'ivresse excite la fureur de l'insensé pour sa perte, elle diminue sa force et provoque les coups.

( autre texte : L’ivresse accroît la fureur du stupide jusqu’au scandale, elle diminue la force et entraîne des blessures.)

Au cours d'un banquet ne provoque pas ton voisin et ne te moque pas de lui s'il est gai, ne lui adresse pas de reproche, ne l'agace pas en lui réclamant de l'argent. »

Ceci sont les versets 25 à 31

Tiens un texte d’Isaïe, 5 :

« Malheur à ceux qui sont des héros pour boire du vin et des champions pour mélanger la boisson, qui acquittent le coupable pour un pot-de-vin, et refusent au juste la justice. »

Autre livre, autres textes v :1, puis autre chapitre v :20-21, 29-35

« Raillerie dans le vin! Insolence dans la boisson! Qui s'y égare n'est pas sage.

Ne sois pas de ceux qui s'enivrent de vin, ni de ceux qui se gavent de viande, car buveur et glouton s'appauvrissent, et la torpeur fait porter des haillons.

Pour qui les  malheurs ?

Pour qui les hélas ?

Pour qui les querelles ?

Pour qui les plaintes ?

 Pour qui les coups à tort et à travers ?

 Pour qui les yeux troubles ?

Pour ceux qui s'attardent au vin, qui vont en quête de boissons mêlées.

Ne regarde pas le vin, comme il est vermeil !

 Comme il brille dans la coupe !

 Comme il coule tout droit !

Il finit par mordre comme un serpent, par piquer comme une vipère.

Tes yeux verront d'étranges choses, ton cœur s'exprimera de travers.

Tu seras comme un homme couché en haute mer, ou couché à la pointe d'un mât, « On m'a battu, je n'ai point de mal ! On m'a rossé, je n'ai rien senti ! Quand m'éveillerai-je ?... J'en demanderai encore ! » »

Oui, mais voici un autre texte du Nouveau testament : v 23

« Cesse de ne boire que de l'eau. Prends un peu de vin à cause de ton estomac et de tes fréquents malaises. »

Autre chapitre, autre verset 8 :

« Les diacres, eux aussi, seront des hommes dignes, n'ayant qu'une parole, modérés dans l'usage du vin, fuyant les profits déshonnêtes. »

Vous constaterez, vous mes semblables, que le vin fut créé pour la joie de l’humain, pour lui réconforter le cœur, mais que cet humain, a encore une fois, la liberté de choisir son comportement avec cette douce et merveilleuse boisson qui est cultivée sur la Terre entière, sur tous les Continents.

La LIBERTÉ  HUMAINE.

Depuis longtemps je vous écris que vous êtes responsable de vous-même, que vous avez le « Libre-Choix », voici ci-dessous une preuve écrite dans votre livre « Bible », versets 11 à 20, que certains chrétiens enseignants sur Internet devraient s’inspirer.

« Ne dis pas :

« C'est à cause du Seigneur EL-SHADDAÏ  que je me suis écarté », car ce qu'il déteste, il ne le fait pas.

Ne dis pas :

« Lui-même m'a égaré »,car il n'a que faire du pécheur.

Le Seigneur EL-SHADDAÏ  déteste toute abomination, on ne peut à la fois s'y abandonner et le craindre.

Lui-même a créé l'homme au commencement et l'a laissé à son propre conseil.

Si tu le veux, tu peux observer les commandements, rester fidèle dépend de ton bon vouloir.

Il a placé auprès de toi le feu et l'eau ; selon ton choix tu peux étendre la main.

Aux hommes sont proposées la vie et la mort : à chacun sera donné selon son choix.

Car grande est la sagesse du Seigneur EL-SHADDAÏ; il est fort et puissant et voit toutes choses, ses regards sont tournés vers ceux qui le craignent, lui-même connaît toutes les œuvres des hommes.

Il n'a prescrit à personne d'être impie, il n'a accordé à personne la permission de pécher. »

Le verset 15 ( Si tu le veux, …. vouloir ) est bref dans la version grecque, mais dans la version originelle hébraïque voici ce verset qui est beaucoup plus explicite.

« Si tu veux, tu garderas le commandement et l’intelligence pour faire sa volonté ; si tu as foi en lui, toi aussi tu vivras. »

Par ces écrits ci-dessus nous ne pouvons pas accuser EL-SHADDAÏd’être la cause du mal, selon l’habitude des humains de toutes confessions, juifs, chrétiens, musulmans, bouddhistes, païens. Déjà, il y a un peu plus de deux mille ans, les juifs hellénistes réfutaient ainsi que les grecs, cette vue courante.

D’autre part, le fait qu’EL-SHADDAÏ «  n’a pas besoin du pécheur », semble impliquer qu’il a besoin de justes ce qui est une magnifique nouvelle remplie de perspective.

L’Apôtre Jacques, entre-autre, dans son Epître se sert de ce texte pour reprendre ses semblables.

Epître de Jacques 1 : 13-15

« Que nul, quand il est tenté, ne dise : « Ma tentation vient d’EL-SHADDAÏ. ( Dieu ) » Car EL-SHADDAÏ ( Dieu ) ne peut être tenté de faire le mal et ne tente personne.

 Chacun est tenté par sa propre convoitise, qui l'entraîne et le séduit.

Une fois fécondée, la convoitise enfante le péché, et le péché, arrivé à la maturité, engendre la mort. »

Veuillez me pardonner, mais je vais faire une petite interruption de tous ces conseils bibliques pour écrire sur l’historicité des changements de cette religion « Chrétienne ». En effet, je cherchais  pour vous, certains textes bibliques,  ma curiosité m’a poussé plus loin et je me suis trouvé avec des textes étonnants que je vais vous écrire ci-dessous car ils vont vous étonner, et vous prouver combien ce que j’écris sur « l’hypocrisie chrétienne » est d’une réalité flagrante.

Qu’elles sont loin les paroles de Jésus le Nazaréen ! …

Qu’il est loin tout son « Enseignement » ! …

Ce qui  me rend triste c’est que c’est l’histoire réelle de cette religion, que vous Chrétiens vous niez, alors que ces faits sont historiques.

En effet, je vais écrire sur ce que le « Christianisme » nomme « INDULGENCE  »

Dans l'Église catholique romaine, l’indulgence (du latin indulgere, « accorder ») est la rémission totale ou partielle devant Dieu de la peine temporelle encourue en raison d'un péché déjà pardonné.

Selon la doctrine catholique, le péché est effacé par le sacrement du pardon (confession). Mais ce sacrement n'enlève pas la peine temporelle due au péché, qui se traduit généralement par un temps de purgatoire si elle n'est pas d'abord purgée sur terre par des actes de foi et de charité (actes de réparation).

Sa pratique, héritée du droit romain, remonte au  IIIème siècle.

 Il s'agit alors de réintégrer dans le giron de l'Église les chrétiens ayant apostasié pendant les persécutions. Au XIIème siècle, elle reçoit une définition juridique dans les décrétales pontificales : une distinction est clairement établie entre l'absolution, réservée à Dieu, et l'indulgence, qui permet la réconciliation avec l'Église.

L'indulgence est obtenue en contrepartie d'un acte de piété (pèlerinage, prière, mortification) effectué à cette fin dans un esprit de repentir.

Suite à la grande peste qui eut lieu dans toute l’Europe en 1347 ou 1351 et qui dura cinq ans faisant plus de vingt-cinq millions de victimes, sans compter toutes les autres épidémies, la peur de la mort et de l'enfer  eurent comme conséquence le développement du culte marial, des saints, des reliques et les pratiques des « indulgences. »

 Le but est de gagner son paradis sur la terre même au prix d'un séjour au purgatoire[]. À la fin du XVe siècle, les indulgences sont un moyen de plus en plus en vogue pour réduire le nombre des années passées par une âme au purgatoire après sa mort.

N’oubliez pas que le « PURGATOIRE »est une invention humaine, mais pour vous fidèles lectrices et lecteurs, vous le savez puisque je vous l’ai déjà écrit ultérieurement.

Pour les nouveaux venus voici un petit rappel.

Le mot désignant le lieu purgatoire était inconnu avant le XIème  siècle mais pas ce qu'il désigne. Un des premiers documents à mentionner ce nom est une lettre du bénédictin Nicolas de Saint-Alban au cistercien Pierre de Celle en 1176

Une explication concise de la doctrine catholique sur le Purgatoire a été présentée par le cardinal Julien Cesarini aux pères Orientaux Orthodoxes assemblés au Conseil de Ferrara-Florence, lors de la Session VI, en juin 1438

Un développement de la doctrine sur le Purgatoire se retrouva par la suite dans les canons du Concile de Trente, Session XXV, qui tire l’idée de Purgatoire « des Écritures saintes [I Co 3, 12-17 et II Ma 12, 43-45] et de la tradition ancienne des Pères enseignée dans les Conciles. »

Étant d’un naturel curieux j’ai lu ces fameux chapitres et versets cités ci-dessus. Là, on s’aperçoit de la fertilité de l’esprit humain, car il faut être ingénieux pour trouver un « esprit de purgatoire.»

Tiens, je vous pose ces fameux versets !

Ancien Testament, II Maccabées XII : 43-45

Avant je vous invite à lire ce chapitre XII de II Maccabées pour être par l’esprit dans le contexte de l’histoire, ce qui vous donnera une meilleur compréhension de ces trois derniers versets.

« Puis, ayant fait une collecte d'environ 2.000 drachmes, il l'envoya à Jérusalem afin qu'on offrît un sacrifice pour le péché, agissant fort bien et noblement d'après le concept de la résurrection.

Car, s'il n'avait pas espéré que les soldats tombés dussent ressusciter, il était superflu et sot de prier pour les morts, et s'il envisageait qu'une très belle récompense est réservée à ceux qui s'endorment dans la piété, c'était là une pensée sainte et pieuse. Voilà pourquoi il fit faire ce sacrifice expiatoire pour les morts, afin qu'ils fussent délivrés de leur péché. »

Nouveau Testament, I Corinthiens III : 12-17

Comme pour les versets ci-dessus toujours le contexte et l’histoire. En effet, Quand Moïse redescendit du Mont Sinaï il brillait encore de la gloire d’EL-SHADDAÏ et ses semblables avait du mal à le regarder, voilà pourquoi Moïse c’était recouvert d’un voile, le temps que cette brillance s’estompe.

« En possession d'une telle espérance, nous nous comportons avec beaucoup d'assurance, et non comme Moïse, qui mettait un voile sur son visage pour empêcher les fils d'Israël de voir la fin de ce qui est passager...

Mais leur entendement s'est obscurci. Jusqu'à ce jour en effet, lorsqu'on lit l'Ancien Testament, ce même voile demeure. Il n'est point retiré ; car c'est le Christ qui le fait disparaître.

Oui, jusqu'à ce jour, toutes les fois qu'on lit Moïse, un voile est posé sur leur cœur.

C'est quand on se convertit au Seigneur que le voile est enlevé.

Car le Seigneur, c'est l'Esprit, et où est l'Esprit du Seigneur, là est la liberté. »

Que ne fait pas faire le dogme avec l’esprit humain ! …

Sauf erreur de ma part, il me semble que Paul écrit en comparant la matière avec le comportement et l’esprit humain. Il connaît aussi les paroles d’EL-SHADDAÏ, Dieu pour vous, qui dit en parlant de son peuple, je cite :

« Je les épurerai comme on épure l’or précieux. »

Allez lire ces versets, et vous-même vous comprendrez que cette idée de « PURGATOIRE » est vraiment une affabulation grossière des textes bibliques.

Sans être médisant, les « Témoins de Jéhovah », « Adventiste du 7ème Jour », « Évangéliste » et autres, affabulent beaucoup sur les versets bibliques, comme ces « Grands Théologiens Chrétiens » que l’on peut lire sur le « Net ».

La suite dans un autre chapitre, alors en attendant prenez soins de vous et portez-vous bien !

Salutations cordiales !

Sig : JP.G. dit « GRAND-LOUP » ou « GRANDELOUPO »

02:10 Écrit par Grandeloupo dans Hypocrisie Chrétienne | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.