Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/05/2013

HC Chap N° 15 - Dissimulation chrétienne

Rel-Bi -  Manuscrit Texte Biblique AT en vieil hébreux.jpgPour certains de mes semblables, je tiens à préciser que je ne fais partie d’aucune SECTE quel qu’elle soit, d’aucune RELIGION quel qu’elle soit, et je suis encore moins un « Prophète », mais un humain comme vous, aussi imparfait, avec mes défauts, mes qualités, et mon caractère.

Je ne recherche que la « vérité » la « Vraie », sachant que jamais je ne la trouverai, car les humains ont détruit ce qui ne leur convenait pas. Mais une chose me rassure, quand je regarde tout ce qui vie autour de moi, de l’humain à la bestiole, avec cette diversité de faune et de flore, du soleil à la pluie, avec ces orages, tornade, ces milliers de vent, etc., alors je me dis que la gestion est merveilleuse, et la « Vérité » la « Vraie » est là, devant mes yeux.

Annexe des « Couleuvres »

Je vais me servir uniquement de l’AT et  NT pour vous prouver toute l’hypocrisie et le mensonge des Dirigeants de cette religion, le « Christianisme », ainsi que leurs fidèles ouailles.

Quand je lis sur le « NET » tout ce qu’écriventces « Chrétiens » avec des « bénédictions » de leur Jésus-Christ et de leur dieu « DIEU » mis dans toutes les sauces sans respecter aucun de leurs enseignements, il y a de quoi pour un « PAÏEN » comme moi, puisque je ne suis plus chrétien, être écœuré à en vomir.

Je ne suis pasl’Ennemi des chrétiens, au contraire, je suis ( suivre ) cet Enseignement de Jésus le Nazaréen :

« Tu aimeras ton prochain comme toi-même »

Mais aussi :

« Aime ton frère (semblable) comme ton âme ; veille sur lui comme sur la pupille de ton œil. » --- Papyrus Oxyrhynque I ---

Voilà pourquoi j’écris, pour prévenir mes semblables qu’ils sont dans une religion idolâtre, hypocrite, mensongère, etc afin qu’ils dessillent leur Esprit et leur cœur pour qu’ils suivent les Lois et Préceptes de l’Unique et véritable Dieu du nom D’EL-SHADDAÏ et des Enseignements de son Fils le Bien-Aimé, Jésus le Nazaréen.

J’écris pour les humains au cœur sincère, pour qu’eux aussi puissent se reposer dans la joie et l’allégresse dans une « DEMEURE » car comme l’a dit Jésus de Nazareth :

« Il y a beaucoup de « DEMEURES » dans la maison de mon Père » ( Jn XIV : 2 )

Ma religion ? …

Ma Conscience, avec comme Juge Suprême EL-SHADDAÏ et comme assesseur son Fils Jésus le Nazaréen

Vous, mes semblables, vous n’êtes pas obligé de me lire pour vous transformer et vous apercevoir par vous-même combien ai-je raison car vous avez le « LIBRE-CHOIX », vous êtes responsable de vous ! …, alors pour moi cela ne change rien.

Ce que j’écris ci-dessous, je le fais uniquement pour vous, car j’aime mes semblables, tous sans aucune exception !

------------------------------------------------------------------

Je tiens à préciser qu’il est important pour vous de lire le chapitre précédent avant de lire le nouveau chapitre. La compréhension sera meilleure pour vous.

--------------------------------------------------------------

 

Dernière phrase du chapitre précédent

 

Pour éviter toutes équivoques avec vous, mes semblables lectrices et lecteurs, je cite une autre source qui affirme ce que j’écrivais sur Énoch précédemment : encyclopédie Wikipédia

« Une reprise trop importante par Jésus et par les auteurs des lettres de Paul et surtout par l’auteur de l’Apocalypse des phrases du livre d’Enoch remet en cause l’intégrité du Nouveau Testament car nous avons affaire à des plagiats !

 Le livre d’Enoch remet donc en cause le caractère divin du canon des Ecritures, et en sachant cela, la théologie fondamentaliste des Ecritures s’écroule tel un château de cartes. »

Voilà la cause de l’élimination du livre d’Énoch au IVème siècle, car ce « Livre » était déplaisant pour ceux qui prenaient autorités sur leurs semblables.

Cet interlude étant terminé, je continue l’ « Écriture » ! …

 

Hypocrisie Chrétienne …

 

Chapitre N° 16

 

Les dissimulations Chrétiennes

 

De sources archéologiques sûres, nous savons que certains textes des Écrits d’Isaïe et d’Énoch possédaient le « NOM » complet du Créateur de l’Univers.

Grâce à la découverte, dans les grottes de Qumran, d’un rouleau de cuivre du prophète Isaïe, nous savons que le nom du Père de Jésus le Nazaréen  comporte soixante-douze lettres.

Ce rouleau de cuivre de Qumram sur lequel était inscrit les noms du divin qui comporte, fait étrange, soixante-douze lettres, [ comme les 72 traducteurs des Textes de la Loi hébraïque de l’île de Pharos qui écrivirent la « Septante, LXX » sous le règne du roi égyptien Ptolémée Philadelphe ou fut construit le Phare d’Alexandrie, et les 72 Disciples de Jésus le Nazaréen ] fut aussitôt « caché » par les rabbins.

Un autre fait très étonnant, qui confirmera ce que je vous écrirais, dans un  des rouleaux de la Loi hébraïque, les noms du divin étaient écrits en or. Quand la chose vint au-devant des « sages », ils décidèrent que le rouleau devait être « caché », c’est-à-dire conservé à l’écart et ne pas être utilisé pour la lecture.

La prononciation linguistique exacte est perdue aujourd’hui car l’écriture est de l’hébreu très ancien, voir pour certains archéologues de l’araméen très peu connu. Ces chercheurs pensent que ce « Nom » peut ressembler à ce style : exemple : « Sa Majesté Sérénissime, Albert II, Prince de Monaco. »

Pour éviter que les archéologues et autres responsables religieux se déchirent les Textes, le « NOM » fut déclaré « incommunicable et imprononçable » par les hautes autorités rabbiniques.

Quant à la suite du Nouveau Testament, dans les épîtres de Paul, dont seulement sept sont authentiques, les autres ayant été écrit de son vivant en empreint de son « nom », car le nom d’un homme que l’on nommait « Apôtre » avait plus de poids, soit après sa mort avec toujours la même raison, ce ne sont que des conseils généraux pour la communauté des « nazôréens » de la ville en question. Mais aussi des prophéties sur « le Temps de la Fin » ou « des Derniers Jours », voir Révélation ou Apocalypse comme le livre de Jean.

Cette apocalypse ressemble étrangement à la vision de Daniel, mais aussi à celle d’Énoch. Sans aucun doute je reviendrai un jour sur cette « Révélation » ou « Apocalypse ».

Je me demanderai toujours pourquoi ces Dirigeants du Christianisme, Cardinales, Pape, Popes ont rejeté ces livres que l’on sait aujourd’hui authentique, comme l’Épître de Barnabé. ( il ne faut pas oublier que pendant plus d’une année c’est lui qui a enseigné Saül de Tarse nommé communément « Paul. » )

Mais il y a aussi toutes les Lettres ou Épitres d’Ignace d’Antioche ( 35 – 113 de J-C. )qui se donnait ce surnom de « Théophore » ( c'est-à-dire, qui « porte Dieu » en lui ), avait été probablement un disciple des apôtres Pierre et Jean.

Sur la quinzaine d'épîtres qui nous sont parvenues sous le nom d'Ignace d'Antioche, seules sept sont aujourd'hui considérées comme authentiques.

Je cite :

« Cependant, les problèmes d'authenticité ne concernent pas seulement le nombre d'écrits, mais aussi leur contenu.

Les lettres, nous sont parvenues en différentes langues. Quelques manuscrits grecs présentent les lettres à Polycarpe, aux Ephésiens, Magnésiens, Tralliens, Philadelphiens, et Smyrniotes, un autre la Lettre aux Romains.

Cette lettre « aux Romains » se trouve aussi insérée dans un manuscrit syriaque.

Une version latine, faite sur le grec, de ces lettres est aussi connue, ainsi qu'une version arménienne, faite sur une traduction syriaque. Enfin, la Lettre aux Smyrniotes est aussi connue par une version copte.

L'ensemble de ces versions a permis de rétablir le texte des Épîtres dans un degré de probabilité d’authenticité tout à fait remarquable. »

Comment se fait-il que ces Épitres reconnues authentiques ne soient pas insérées dans la Bible ?

Il est anormal de dire et d’écrire que les Lettres et Épitres de Paul, ( Saül de Tarse ), sont inspirées alors que tout le monde savait que certaines « Lettres » n’étaient pas de lui, et que seulement sept sont authentiques, comme les Lettres et Épitres d’Ignace d’Antioche.

Comme je l’ai déjà dit Paul n’était pas un « Apôtre », car, entre autres, il n’a jamais pu faire comme les Apôtres, des guérisons, miracles, exorcismes, etc …

Il est intéressant de connaître les « Écrits » de Polycarpe de Smyrne, particulièrement sa « Lettre » aux Philippiens, mais ce qui est encore mieux, ce sont les écrits de Papias d’Hiérapolis, Évêque de cette cité en Phrygie.

Je comprends pourquoi la religion chrétienne a évincé cet Évêque écrivain.

Papias était un contemporain de Polycarpe de Smyrne. Il n’a pas fréquenté l’apôtre Jean lui-même, mais il a rencontré les milieux où était encore en pratique l’enseignement oral des douze Apôtres.

Parenthèse :

--- « La Kabbale (Qabalah « réception »)- קבלה en hébreu), est une tradition ésotérique [ voir explication quelques lignes plus loin ] du judaïsme, présentée comme la « Loi orale et secrète » donnée par YHWH --[ EL-SHADDAÏ ]-- à Moïse sur le Mont Sinaï, en même temps que la « Loi écrite et publique » ---

La tradition de cette Loi, d'abord orale, fut ensuite couchée par écrit dans la Bible ( le Tanakh ), puis commentée au fil des siècles.

Le premier courant juif, qui date de l'Exil à Babylone[], fut celui du judaïsme pharisien, qui lisait la « Torah écrite » ( le Tanack ) à travers le prisme de la « Torah orale » ( le Mishna ) que la tradition pharisienne disait reçue de la bouche même de Moïse lors du don de la Torah, et dont l'exégèse orale fut transmise au judaïsme rabbinique.

« Moïse reçut la Torah au Sinaï, et la transmit à Josué, et Josué la transmit aux Anciens, et les Anciens aux Prophètes, et les Prophètes la transmirent aux hommes de la Grande Assemblée. »

Cette tradition orale était courante car beaucoup d’humain ne savait pas lire, donc il existait cet enseignement oral. Comme preuve il y a dans la tradition de l’Ancien Testament pour la Loi, le « Lire » qui est une écriture, et « L’écrit » qui est une autre écriture

Papias reçoit cet enseignement oral appelé « Kabbale ou Cabbale »,qui signifie « réception »,il s'agit donc de la sagesse du recevoir, le terme est parfois interprété comme « tradition ».

La compréhension intime et la maîtrise de la Kabbale rapprochent spirituellement l'homme d’EL-SHADDAÏ, ce qui confère à l'homme un plus grand discernement sur l'œuvre de la Création par EL-SHADDAÏ ( Dieu ).

« Cette sagesse n'est ni plus ni moins que l'ordre des racines, descendant à la manière d'une cause et de sa conséquence, selon des règles fixes et déterminées, s'unissant au nom d'un but unique et exalté. »

Cette parenthèse étant finie je reprends le fil de l’écriture.

L’œuvre de Papias, « L’explication des paroles du Seigneur » est perdue à part quelques bribes et lambeaux ici et là. Mais grâce à Irénée de Lyon (130–202 ) ainsi qu’a Eusèbe de Césarée (265–340 ) nous connaissons une partie de son œuvre car ils la prennent en référence.

Papias est la preuve irréfutable que les successeurs immédiats des Apôtres faisaient un enseignement oral, bien avant les écrits.

Il disait :

« Je ne me plaisais pas auprès de ceux qui font mémoire de commandements étrangers, mais auprès de ceux qui rappellent les commandements donnés par le Seigneur à la foi et nés de la vérité elle-même. »

Papias a fourni quelques renseignements sur les évangiles de Marc et de Matthieu. – ( « Les exégèses des discours du Seigneur » au nombre de cinq livres )-

Irénée de Lyon fait mention de ces livres et écrit textuellement :

« Papias, lui aussi auditeur de Jean et compagnon de Polycarpe, homme ancien – presbytre – a témoigné par écrit dans le quatrième de ses livres. En effet il existe cinq livres composé par lui. »

Irénée de Lyon, contrairement à Eusèbe de Césarée, approuvait la thèse du millénaire écrit par Papias. Malgré son désaccord profond sur cette pensée Eusèbe écrivit ceci :

«  …il a dit qu'il y aura mille ans après la résurrection des morts et que le règne du Christ aura lieu corporellement sur cette terre. Je pense qu'il suppose tout cela après avoir compris de travers les récits des apôtres, et qu'il n'a pas saisi les choses dites par eux en figures et d'une manière symbolique… »

« Il viendra des jours où des vignes croîtront, qui auront chacune dix mille ceps, et sur chaque cep dix mille branches, et sur chaque branche dix mille bourgeons, et sur chaque bourgeon dix mille grappes, et sur chaque grappe dix mille grains, et chaque grain pressé donnera vingt-cinq métrées de vin. Et lorsque l'un des saints cueillera une grappe, une autre grappe lui criera : Je suis meilleure, cueille-moi et, par moi, bénis le Seigneur ! De même le grain de blé produira dix mille épis, chaque épi aura dix mille grains et chaque grain donnera cinq chénices de belle farine ; et il en sera de même, toute proportion gardée, pour les autres fruits, pour les semences et pour l'herbe. Et tous les animaux, usant de cette nourriture qu'ils recevront de la terre, vivront en paix et en harmonie les uns avec les autres et seront pleinement soumis aux hommes (trad. A. Rousseau). »

Les Témoins de Jéhovah se servent de ce texte ci-dessus, s’en en faire référence, surtout dans leur fascicule « La Tour de Garde », et quand ils vous expliquent à votre porte « La Nouvelle Terre »

Papias parlait aussi de Matthieu.

« Sur Matthieu il dit ceci : Matthieu réunit donc en langue hébraïque les logia (de Jésus) et chacun les interpréta comme il en était capable. »

Les études actuelles sur l’évangile de Matthieu rejoignent ce que disait Papias.

Le premier évangile de Matthieu a été écrit en logia de Jésus et en araméen, puis copié et traduit en diverses traductions grecques en n’en changeant le sens avec des retranchements, abrogations et des rajouts.

Il ne faut pas oublier que le christianisme de la fin du IVème et Vème siècle commençait déjà à se structurer et que les RESPONSABLES religieux, c'est-à-dire l’Évêque de Rome et celui de Byzance, appelé Constantinople, firent détruire un nombre incalculable d’écrits Judéo-chrétiens par le feu en déclarant ces « textes » hérétiques, car ils ne leur convenaient pas, n’étant pas dans le sens de leurs pensées personnelles.

L’ « Enseignement » de Jésus le Nazôréen était oublié et c’est l’enseignement des hommes qui faisait foi.

Mais pour cela, il faudra que vous patientiez quelques jours, alors, en attendant, prenez soins de vous et portez-vous bien.

Cordiales salutations !

Sig : JP.G. dit « GRAND-LOUP » ou « GRANDELOUPO »

09:42 Écrit par Grandeloupo dans Hypocrisie Chrétienne | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.