21/04/2014

La Pâque Épilogue - Lectrices, Lecteurs

L'Échelle de Jacob.jpgÉchelle de Jacob

 

La Pâque le Lundi 14 Avril 2014

 

Lectrices et Lecteurs

 

Épilogue

 

Voilà maintenant sept jours que nous avons célébré la Pâque, et j’espère que vous tous qui me lisez, pour certains depuis plusieurs années et pour d’autres il y seulement quelques semaines, vous avez célébré cette Pâque dans la joie, avec l’amour d’EL-SHADAÏ et de son fils Jésus le Nazaréen.

 Vous êtes venus parce qu’un ami, collègue, ou simplement familiale vous a parlé de mes écrits et que par curiosité vous êtes venu lire, puis par le cœur et l’esprit, car vous êtes à la recherche du véritable « Dieu ».

Ce jour, Dimanche toute la chrétienté va fêter « les Pâques » qui sont pour eux la résurrection de leur Jésus-Christ et ils vont faire comme les anciens babyloniens se signer devant le crucifix où une autre image taillée représentant un humain cloué sur une croix. Ce n’est pas un jour de libération, ni de renouveau pour eux, ils restent dans les Ténèbres !

Mes semblables, je conviens qu’il est dur pour nous d’aimer, de vénérer, d’adorer un « Dieu » que l’on ne peut représenter, un « Dieu » sans nom.

Erreur nous sommes peut être aujourd’hui comme il y a cinq mille ans, à l’ère d’Abraham puisque comme lui, nous nommons notre Dieu du nom d’EL-SHADDAÏ, « Dieu au dessus des Montagnes », mais comme lui soyons intègre avec notre Dieu SHADDAÏ, restons lui fidèle jusqu’à notre mort.

EL-SHADDAÏ est un Dieu sans visage où plus réellement un Dieu aux mille visages puisque quand nous croisons notre prochain dans la rue nous avons l’image de notre Dieu. Pourquoi lui façonner une statue, nous saurions dans l’obligation d’en fabriquer mille différentes et cela ne serai pas assez pour le représenter ?

Pensez à l’échelle de Jacob, c’est ce que nous faisons tous les jours. Nous montons à cette échelle en direction de ce Dieu seul, unique, celui que nous nommons EL-SHADDAÏ, car notre Dieu porte un « NOM » et que son nom est « SAIN » et « Saint », et en montant il nous arrive d’échapper un échelon et nous redescendons trois, quatre échelons plus bas, et nous nous reprenons et recommençons à monter notre échelle.

Ce Dieu sans visage pourvoie à nos besoins, il nous donne le manger, le vêtement, le toit pour nous protéger des intempéries, que désirez en plus si déjà nous avons tout cela ? …

Si vous avez lu l’Ancien Testament attentivement, vous avez dû vous apercevoir que la pauvreté ne devait pas exister sur la Terre. Cette pauvreté est venue par l’humain et à cause de l’humain !...

Alors aidons notre semblable, mais celui-ci doit donner de lui-même pour vous, si vous l’aider, car il n’est pas bon pour l’humain que ce dernier ne gagne pas ce qu’il mange. En effet il n’est pas bon que l’un vive au dépend de l’autre.

Je vous encourage vous mes semblables à prier EL-SHADDAÏ, mais aussi à vous regarder dans une glace tel que vous êtes afin de vous laver de vos fautes pour ne plus les commettre, c’est comme cela qu’il faut faire. Ne faites pas comme ces humains, Témoins de Jéhovah, et autres qui viennent à votre porte pour vous enseigner la Bible et qui sont incapable de la mettre en pratique. Nous les « Gentils », comme ils nomment, ils devraient nous aimer et non le contraire, ils se jugent entre eux alors qu’EL-SHADDAÏ dit : « Qui es-tu toi pour juger ton semblable »

N’oubliez jamais, je dis bien jamais que l’humain individuellement est responsable de lui, car c’est lui tout seul qui choisit son action ou sa pensé, en bien, en mal, personne ne le torture, ne le menace, donc seul il agit, comme bon lui semble, ne soyez pas comme Ève ou Adam, car volontairement ils ont transgressé une loi d’EL-SHADDAÏ, ne commettez pas volontairement la faute, le péché !

Aimons tous nos semblables sachant que nous aurons plus d’affinité pour certains que pour d’autres.

Pour terminer, pendant une bonne dizaine de jours je vais me reposer avant de reprendre mes écrits où je les avais laissé avant la Pâque.

Soyez fort comme le fut Abraham, afin que pour vos semblables pour soyez des parangons et prié ce Dieu unique qui a donné sont propre fils pour nous libérer du joug de la prêtrise, mais aussi pour que nous retrouvions la vie éternelle, le péché Adamique ayant été vaincu par Jésus le Nazaréen qui fut ressuscité par la volonté de son Père géniteur EL-SHADDAÏ, afin qu’il devienne le médiateur, l’assesseur des humains, entre ce dernier, car qui connait mieux l’humain que lui pour avoir vécu sur la Terre, et son Père.

Cette lecture est finie. Il reste vous et votre conscience pour venir vers ce Dieu que je nomme El-Shaddaï, ce Dieu unique qui, si vous le méritez, vous ressuscitera au temps voulu pour que vous viviez dans la joie et le bonheur éternellement.

Voilà un but magnifique pour vivre sur cette Terre qui fut créée dans la splendeur, pour le plaisir de l’humain en toutes choses, en suivant librement les Lois de ce Dieu Shaddaï et les Enseignements de son Fils Jésus le Nazaréen.

Portez-vous bien !

Salutations cordiales !

Sig : JP.G. dit « Grand-Loup » ou « GRANDELOUPO »

01:09 Écrit par Grandeloupo dans Fêtes de toute la Chrétienté | Lien permanent | Commentaires (0)

13/04/2014

La Pâque, chap. N° 8 - Le Pain, le Vin, l'Alliance

Repas comme la Cène - en Gaule.jpg

Repas de la Cène

 

La Pâque le Lundi 14 Avril

 

Enfin nous voilà arrivé au jour de Pâque. Lundi 14 Avril entre les deux soirs nous allons, selon notre région, commémorer le repas de la Pâque en pensant que les Enseignements de Jésus le Nazaréen et les Lois et Préceptes de son Père notre unique Dieu, sont notre « manne » venu du ciel, et le vin est le sang de l’alliance entre les humains et EL-SHADDAÏ.

Nous sommes son « Nouveau Peuple » car c’est nous qui avons choisit notre Dieu, pas de Prêtre, pour nous guider, car nous avons notre Pasteurs et quel Pasteurs ! Il n’yen a pas de plus grand, de plus sérieux car il nous mène vers les verts pâturages de son Père EL-SHADDAÏ.

Comme il sera écrit dans le développement ci-dessus avec notre cœur, sincérité, sans rien en échange, sauf l’amour, nous allons demain soir fêter la Pâque avec allégresse et la joie au cœur de savoir que nous ne serons pas seuls pour cette soirée.

Pour vous mes semblables au milieu du repas je demanderai à mon Maître EL-SHADDAÏ et à son Fils Bien-Aimé d’être votre armure, votre bouclier pour vous protéger des attaques sournoises et répétées de Sammaël qui n’apprécie pas que vous abandonniez son monde idolâtre pour Celui qui l’a bannit des Cieux.

Une certitude c’est que demain soir, à votre table et avec vous seront assis EL-SHADDAÏ et son Fils Bien-Aimé et que pensant à vous au milieu du repas visualisant la cène j’aurais la gorge serrée

Soyez tous bénis par El-Shaddaï !

 

 

Dernières phrases du chapitre précédent

 

Ève par convoitise, vanité et orgueil, baissa une branche de l’Arbre, prit un fruit, et le mangea. Puis dans le même élan, elle reprit un fruit, couru vers son mari Adam et avec des paroles de forfaitures fit manger le fruit à son époux.

Tous les deux étaient parfaits, pas de torture, pas de menace, ils étaient libres !

Voici leur défense devant EL-SHADDAÏ :

Ève : « C’est l’animal le plus sensé du Jardin qui m’a dit que je pouvais manger du fruit sans danger »

Adam : « C’est la femme que tu m’as donné qui par de belles paroles m’a dit que je pouvais manger du fruit sans danger »

Ils avaient le libre choix puisqu’ils connaissaient la sentence ! Quelle lâcheté devant l’action accomplie, ce n’est pas moi, c’est la faute à … Tout juste si ce n’est pas EL-SHADDAÏ qui est fautif !

C’est à cause de cette transgression volontaire que nous mourrons, mais c’est par la vie parfaite de Jésus le Nazaréen sur la Terre que nous allons pouvoir vivre éternellement. Voilà pourquoi son Père EL-SHADDAÏ l’a ressuscité d’entre les morts et que son corps n’a pas goûté les affres de la mort

 

Chapitre N° 8

 

Le Pain, le vin et l’Alliance

 

Venons-en au repas de la Pâque avec les paroles symboliques que Jésus le Nazaréen prononça ce jour là.

N’oublions pas que Jésus le Nazaréen a tout au long des « Écritures » été considéré comme le petit bétail et le soir du repas de la Pâque avec ses Apôtres, accompagnés de leur famille, Pierre, Philippe et sans doute d’autres comme André étaient mariés et que la Pâque devait se fêter en famille, c’était une obligation par la Loi, Jésus fit comprendre à l’assemblé que comme le jeune taureau, l’agneau, ou un autre petit bétail, lui aussi allait à l’abattoir.

Toujours garder à l’esprit qu’à ce repas il y avait aussi une viande rôtie, donc si Jésus à pris le pain en le rompant, c’est que ce pain symboliquement représentait quelque chose comme la nourriture spirituelle, mais en même temps remplaçait le petit bétail que représentait Jésus, et aussi il brisait les chaines de la prêtrise, tout comme le vin qui représentait le sang, le sang de la « Nouvelle Alliance » entre l’humain et El-Shaddaï, ce vin étant la vie pour le « Nouveau Peuple » d’El-Shaddaï.

Maintenant que je viens d’écrire le résumé des actions de Jésus le Nazaréen, je vais tenter le développement de cette soirée et des heures qui vont suivre jusqu’au sacrifice et après, la victoire par le Talion de la Lumière sur les Ténèbres.

Je sais exactement ce qui est arrivé, mais je ne sais pas comment m’exprimer correctement sans faire trop de répétition, afin que cette lecture ne soit pas trop rébarbatif pour vous, car je serai désireux de vous offrir le contraire soit, une lecture agréable et surtout compréhensive.

Jusqu’à la destruction total du second Temple de Jérusalem, les Apôtres qui étaient encore vivants ainsi que les Disciples de Jésus le Nazôréens, essayaient si ils n’étaient pas trop éloignés les uns des autres, à passer la Pâque ensemble.

Après la destruction de ce Temple, et la dispersion des hébreux dans toutes le Nations une page se fermait. En effet le « Peuple choisit d’El-Shaddaï » n’existait plus, et la circoncision de chair n’avait plus lieu d’exister et de plus cette action était considérée comme une mutilation, ce qui était interdit par la Loi de l’Empire de Rome.

Du point de vue spirituel, à partir de l’an 70 de l’EC, la fête de la Pâque, prenait une autre signification. Israël était fini et n’existait plus en tant que pays. La religion hébraïque portait le nom de « Judaïsme » et c’est du Judaïsme que la religion chrétienne prendra ses racines, même si le « Pape » tout comme le « Pope » nie énergiquement cette vérité.

Hénoch, Moïse, deux grands « Serviteurs » d’EL-SHADDAÏ ont vu la destruction du second Temple de Jérusalem, il serait par conséquent inadmissible que Jésus le Nazaréen ne soit pas au courant de cette destruction. Il est sûr et certain que quand Jésus le Nazaréen se retirait pour converser avec son Père géniteur, notre Dieu SHADDAÏ, ce que nous, nous appelons prier, que ce dernier ne lui ait pas prédit la destruction du Temple dans les années soixante-dix.

Jésus le Nazaréen est vivant et demande à un de ses Disciples d’aller chez un ami afin qu’ils préparent la Pâque.

Le soir venu, au coucher du soleil, Jésus le Nazaréen  avec ses Apôtres et certains Disciples qu’il aimait bien, accompagnés de leur famille, femme et enfants, sa mère Marie qui vécut toute sa vie avec les Lois et Principes de ton Père géniteur, s’attablèrent pour participer à ce souper. Respectueux des Lois de son Père, Jésus le Nazaréen et toute la communauté commencèrent le repas entre les deux soirs, après le coucher du soleil. Au milieu du repas Jésus le Nazaréen prenant le pain sans levain … le mieux, lisons l’Apôtre Matthieu :

Matthieu XXVI : 26-30

Or, tandis qu'ils mangeaient, Jésus prit du pain, le bénit, le rompit et le donna aux disciples en disant : « Prenez, mangez, ceci est mon corps. »

Puis, prenant une coupe, il rendit grâces et la leur donna en disant : « Buvez-en tous car ceci est mon sang, le sang de l'alliance, qui va être répandu pour une multitude en rémission des péchés.

Je vous le dis, je ne boirai plus désormais de ce produit de la vigne jusqu'au jour où je le boirai avec vous,( Marc -- jusqu'au jour où je boirai le vin nouveau --) de nouveau, dans le Royaume de mon Père. »

Après le chant des psaumes, ils partirent pour le mont des Oliviers.

Jésus le Nazaréen vient de prononcer cette maxime alors qu’il sait que le Temple comme la ville où il a été construit, vont être rayé de la carte car Jérusalem sera complètement détruit en l’an 70 et la population dispersée dans tout l’Empire Romain car à Rome comme à Constantinople on ne voulait plus entendre parler des hébreux et de la Palestine.

Quant à ce repas, où en plein milieu de celui-ci, alors que les convives ont certainement déjà mangé ce pain azyme, Jésus prend un morceau de pain, le rompt, le donnant à ses Disciples, c’est-à-dire à ses Apôtres, mais aussi aux Disciples qui étaient assis à la table leur disant « Mangez ceci est mon corps, puis avec le vin buvez ceci est mon sang »

Que peux bien signifier ces actions ainsi que les paroles de Jésus le Nazôréen ?

Il y a plusieurs significations !

La Pâque comme nous allons la fêter dans peu de jours représente pour nous, comme à l’ère de Moïse une libération d’un esclavage, si à l’époque de Moïse l’esclavage était corporel, le notre jusqu’à la fin du XXème siècle était spirituel. En effet rien ne pouvait ce faire sans la religion et, à notre naissance dans les mois qui suivaient, nous étions marqués au fer rouge du sceau de Sammaël avec ce signe de croix sur le front le jour du baptême. Comme je vous l’ai déjà écrit le « Baptême » de Jean le Baptiste par immersion qui signifiait qu’on se lavait de notre ancienne vie pour revêtir la robe de notre nouvelle vie exempte du péché volontaire, devait être le signe de la « nouvelle alliance », mais ce baptême est vite devenu le baptême de l’idolâtrie, et cela Jésus le Nazaréen le savait.

Jésus le Nazaréen à ce repas faisait des actions prophétiques ainsi que ses paroles. En rompant le pain, il brisait nos chaînes que nous avons portées pendant dix-huit siècles comme des moutons, mais en même temps, comme El-Shaddaï dans le désert du Sinaï faisait tomber la manne pour nourrir son « Peuple », Jésus le Nazaréen venu du ciel était le pain de notre nourriture spirituelle par ses Enseignements par Paraboles.

« Que ceux qui ont des oreilles entendent !

« Que ceux qui ont des yeux voient ! »

Par l’intermédiaire de son Fils unique engendré et non créé comme l’humain, EL-SHADDAÏ nous ouvre les oreilles et les yeux afin de comprendre tous ces « Signes ».

Par cette nourriture saine nous pouvons atteindre la vie éternelle.

Le pain sans levain représente la vie, mais aussi la nourriture première de l’humain, ainsi que le vin en tant que boisson travaillé par celui-ci. Le pain est travaillé sur toute la terre depuis des millénaires, depuis que l’humain est sur la Terre, ainsi que le vin.

Si nous préparons notre pâte à pain le matin de bonne heure, et que nous la faisons cuire que l’après midi, la pâte façonnée aura fermenté naturellement donc aura fait du levain, c’est la nature qui veut se processus, voilà pourquoi notre pain fabriqué pour la Pâque nous le ferons cuire tout de suite. Je me suis un peu écarté de ce que j’écrivais, mais j’ai profité de ce que nous parlions du pain nourricier pour vous prévenir.

Je réitère, tout au long de son ministère Jésus le Nazaréen distribuait la « Manne » à l’humain, le pain quotidien, que son Père EL-SHADDAÏ nous distribuait par l’intermédiaire de son Fils.

Je suis un menteur, un hurluberlu ? Certes pas !

Écoutons les paroles de Jésus le Nazaréen !

Jean VI : 31-35, 37-38, 44-45--- Les versets qui sont avant ceux-ci expliquent le miracle de la distribution du pain avec le poison à cinq mille hommes sans compter les femmes et les enfants, puis il y a le rappel de la distribution de la manne par El-Shaddaï à son peuple dans le désert du Sinaï.

« Nos pères ont mangé la manne dans le désert, selon ce qui est écrit :

« Il leur a donné à manger du pain venu du ciel. »

Jésus leur répondit :

« En vérité, en vérité, je vous le dis, non, ce n'est pas Moïse qui vous a donné le pain qui vient du ciel ; mais c'est mon Père qui vous le donne, le pain qui vient du ciel, le vrai ; car le pain d’El-Shaddaï, c'est celui qui descend du ciel et donne la vie au monde. »

Ils lui dirent alors : « Seigneur, donne-nous toujours ce pain-là. »

Jésus leur dit : « Je suis le pain de vie. Qui vient à moi n'aura jamais faim ; qui croit en moi n'aura jamais soif. »

« Tout ce que me donne le Père viendra à moi, et celui qui vient à moi, je ne le jetterai pas dehors ; car je suis descendu du ciel pour faire non pas ma volonté, mais la volonté de celui qui m'a envoyé. »

« Nul ne peut venir à moi si le Père qui m'a envoyé ne l'attire ; et moi, je le ressusciterai au dernier jour.

Il est écrit dans les prophètes :

 « Ils seront tous enseignés par EL-SHADDAÏ. Quiconque s'est mis à l'écoute du Père et à son école vient à moi. »

Par ces versets Jésus le Nazaréen nous fais bien comprendre qu’il n’est pas un Dieu, mais que comme un Fils, il fait la volonté de son Père El-Shaddaï. Important, en plus il nous enseigne de suivre les Lois et enseignements de son Père en plus des siens car par la volonté de son Père, Jésus son Fils, donc notre Roi, nous ressuscitera. Par les autres versets ci-dessous vous allez comprendre le sens du repas de la Pâque.

Jean VI : 51, 54-57

« Je suis le pain vivant, descendu du ciel. Qui mangera ce pain vivra à jamais. Et même, le pain que je donnerai, c'est ma chair pour la vie du monde. »

« Qui mange ma chair et boit mon sang a la vie éternelle et je le ressusciterai au dernier jour.

Car ma chair est vraiment une nourriture et mon sang vraiment une boisson.

Qui mange ma chair et boit mon sang demeure en moi et moi en lui.

De même que le Père, qui est vivant, m'a envoyé et que je vis par le Père, de même celui qui me mange, lui aussi vivra par moi. »

Par ces versets nous pouvons saisir la puissance de l’Enseignement de Jésus le Nazaréen. Si nous prenons ces phrases au premier degré, nous sommes des cannibales puisque nous mangeons de la chair humaine et en second nous buvons son sang. Le second est encore plus grave puisque la Bible interdit de manger un animal avec son sang, alors ! …

Cherchons plutôt le sens spirituel de ces versets qui étrangement donnent une explication claire des gestes de Jésus au repas de la Pâque, car à ce souper il ne fait qu’un rappel de ce qu’il vient de dire à ces Apôtres et Disciples.

Je réitère, tout ce que Jésus le Nazaréen accomplit il ne le fait que part la volonté de son Père, avec un rappel souvent indirect, des prophéties.

En premier nous célébrons la Pâque pour remercier El-Shaddaï, notre Père, qui nous a envoyé la manne c’est-à-dire le pain journalier en la personne de son fils pour que nous ayons notre nourriture spirituelle par les Enseignements de ce dernier qui vont nous rendre meilleur surtout si nous mettons dans notre cœur d’aimer nos semblables comme nous- mêmes.

Par la coupe de vin, que Jésus le Nazaréen a offert en disant « ceci est mon sang, buvez en tous », comme humain et représentant l’humanité entière, il passait une « Nouvelle Alliance » avec son Père, une « Alliance éternelle », une « Alliance perpétuelle »qui, jamais ne pourra être effacée, comme l’Alliance qu’El-Shaddaï avait faite au pied du Mont Sinaï avec son « Peuple » qu’il avait, Lui, choisit, une promesse qu’il avait fait à la descendance d’Abraham, mais que les humains ont bafoué régulièrement.

Par Jésus le Nazaréen la « Prêtrise » est décimé comme la destruction du Temple de Jérusalem en l’an 70 de l’EC., comme la ville.

L’Autel est l’intérieur de l’humain, avec le cœur et le dedans du cerveau, l’esprit. L’humain qui va remplacer le « Grand Prêtre » sera le responsable de la cérémonie, car à partir de ce jour le Temple telle que nous le concevons n’existe plus.

Le Temple c’est l’humain !

Souvenez-vous je vous ai écrit ci-dessus l’autel spirituel, car les « Prêtres » après avoir égorgé le petit bétail, prenaient son sang et badigeonnaient le tour de l’autel du sacrifice pour la rémission des péchés.

Quand Jésus le Nazaréen et les Apôtres burent le vin c’est comme-ci ils badigeonnaient l’autel spirituel avec le sang du petit bétail, mais là, c’était l’autel intérieur de l’humain pour le pardon de ses fautes, et en même temps c’était la « Nouvelle Alliance » marqué par le sang représenté par le vin, et le vin devenait la « vie ».

Ce lundi 14, jour de Pâque pour nous, en espérant que vous allez être nombreux à fêter ce jour, car c’est un jour de joie, un jour de libération en tout, car quand nous allons boire le vin, symboliquement nous allons nettoyer notre conscience. Oui, je dis bien purifier, épurer cette conscience, car individuellement, chacun de nous demandera à El-Shaddaï, en dehors du pardon de nos fautes, l’aide qu’il a besoin pour suivre ses Lois et Préceptes et avoir la compréhension des enseignements de Jésus le Nazaréen.

Ne pensez surtout pas que vous mangez la chair de Jésus le Nazaréen, que vous allez boire son sang, car involontairement votre esprit va aller vers le cannibalisme, mais pensez que tous les jours vous recevez le pain nourricier, et le vin de l’Alliance, car sans pain l’humain meure de faim. Le pain nourriture première pour l’humain et là le pain est l’enseignement de Jésus le Nazaréen et celui de son Père géniteur qui est notre Père Céleste, notre créateur.

Le vin est cette « Nouvelle Alliance » entre nous humains et notre Dieu SHADDAÏ, cette Alliance, qui sera perpétuelle, car ce n’est pas lui qui nous a choisit, non !, c’est nous volontairement par notre esprit et avec notre cœur que nous l’avons choisit comme notre seul et unique Dieu. Voilà pourquoi tous les jours nous lui demandons notre « manne », car nous somme ses enfants, et jusqu’à notre mort nous lui serons fidèle.

Une certitude nous ressusciterons sur cette Terre qui sera vraiment un Paradis pour nous et Jésus le Nazaréen sera notre Roi en tant qu’humain et avec nous il mangera du pain et boira du vin.

Les seules paroles véridiques que Jésus a dites après avoir rompu le pain et but le vin sont celles-ci.

Matthieu XXVI : 29

« Je vous le dis, je ne boirai plus désormais de ce produit de la vigne jusqu'au jour où je le boirai avec vous, de nouveau, dans le Royaume de mon Père. »

Nous allons former le « Nouveau Peuple d’EL-SHADDAÏ », nous serons ses « brebis » et notre « Pasteur » sera Jésus le Nazaréen, car nous mettrons en pratique en plus de tous les autres enseignements et Lois, ce onzième commandement :

« Tu aimeras ton prochain comme toi-même »

« Aime ton frère (semblable) comme ton âme ; veille sur lui comme sur la pupille de ton œil. »

Si seulement nous mettions en pratique rien que ce onzième commandement de Jésus le Nazaréen, ce serait merveilleux, formidable, car admirons l’enchainement, si tu aimes ton prochain comme toi-même, tu ne convoiteras pas sa femme, ni tous ces biens matériels, tu ne le voleras pas, tu ne l’insulteras pas, tu ne seras pas hypocrite envers lui, tu l’aideras dans ses tâches si il a besoin de toi, etc …

Et nous crierons avec force et conviction :

« Notre Père, EL-SHADDAÏ,Toi qui est dans les Cieux de l’Univers, que ton nom soit sanctifié sur la Terre comme dans les Cieux, aide nous à être tes enfants, pardonne notre imperfection car chaque jour nous transgressons tes Lois et oublions les enseignements promulgués par ton Fils bien aimé, Jésus le Nazaréen, notre assesseur qui s’assoit à ta droite.

 Nous voulons être ton « Peuple » avec ton Fils comme « Pasteur » voilà pourquoi nous célèbrerons la « Pâque » comme une « Nouvelle Alliance », entre Toi, EL-SHADDAÏ, l’unique Dieu et nous humains imparfait, créé à ton image par ta volonté. Nous savons que nous sommes aujourd’hui libres comme l’oiseau et que volontairement nous te choisissons comme notre Dieu, nous engageant avec sincérité, sans hypocrisie à suivre tes Lois et Préceptes ainsi que les Enseignements de ton fils Bien-Aimé, notre médiateur, notre assesseur entre Toi EL-SHADDAÏ et nous humains imparfaits. Par ton Souffle Sain apporte-nous intelligence et compréhension des « Écritures » afin que nous ne soyons pas ingrats comme nos ancêtres envers Toi.

Je réitère j’espère que vous serez nombreux à ce repas de la Pâque, car je serai avec vous par l’esprit, mais ce que je suis sûr c’est que ce Dieu Unique EL-SHADDAÏ et son Fils Bien-Aimé Jésus le Nazaréen seront à votre table, avec vous, pour manger cette Pâque.

Aujourd’hui est un grand jour pour vous mes semblables.

Pour tous les humains qui sont désireux de faire partie de l’Alliance avec ce Dieu unique, le véritable et seul Dieu SHADDAÏ, ce jour 14 Avril est un jour de preuves et de reconnaissances.

En effet, ce soir ou plutôt demain soir, tous mes semblables vont prouver à ce Dieu qu’ils respectent ses Lois et Préceptes, et qu’ils acquiescent les Enseignements de son Fils Jésus le Nazaréen.

Ce jour, ce soir, après le coucher du soleil dans notre région d’habitation, entre les deux soirs, c’est-à-dire après le coucher du soleil et avant la nuit noire, nous aurons consommés le repas « Pascal ».

L’après-midi, nous aurons façonné notre pain sans levain, préparé la viande du petit bétail à rôtir, et choisi notre vin rouge.

Ce soir en rompant le pain nous penserons que grâce à la perfection de Jésus le Nazaréen, le Fils Bien-Aimé d’EL-SHADDAÏ, la mort à été vaincu et que nous vivrons sur cette Terre éternellement au « Temps Défini » par ce Dieu unique.

En buvant ce vin nous remercierons EL-SHADDAÏ de son amour pour nous car il a laissé les humains torturés sont Fils uniquement pour supprimer le premier péché de l’humain qui l’a entraîné vers la mort.

Je réitère je ne pense pas que le sacrifice de Jésus le Nazaréen est pour la rémission de nos fautes une fois par an.

Toute l’année EL-SHADDAÏ nous pardonne nos fautes et nous corrige si nous allons vers Lui.

Ce Dieu seul et unique, notre Père spirituel au Cieux, EL-SHADDAÏ, a convenu avec nous ses « Enfants », nous qui formons son « Nouveau Peuple », une « ultime Alliance » en mettant dans notre cœur ses Lois et Préceptes plus les Enseignements de son Fils engendré, Jésus le Nazaréen, et nous volontairement, sincèrement, librement acceptons tout ce qui vient d’être écrit.

EL-SHADDAÏ ne nous a pas choisi, non, c’est nous humains qui librement, sans torture, sans menace, mais avec la sincérité de notre cœur qui l’avons choisi comme étant notre seul et unique « Dieu », et nous n’avons pas besoin d’images, de statues représentative puisque lorsque nous nous regardons dans une glace, c’est son image que nous voyons !

Cette vérité est flagrante indémontable, c’est pour cela que nous l’avons choisi comme notre Dieu.

Qu’il soit toujours dans votre cœur ! Prenez soins de vous et portez-vous bien !

Salutations cordiales

Sig : JP.G dit « Grandeloupo »e

09/04/2014

La Pâque, chap. N° 7 - Nos chaînes d'esclave rompues

Repas comme la Cène - en Gaule.jpg

Repas comme à la Cène

La Pâque le Lundi 14 Avril

 

Déjà le milieu de la semaine ! La Fête de la Pâque pour nous « Enfants » d’EL-SHADDAÏ est le lundi 14 Avril entre les deux soirs. Nous commencerons à manger cette Pâque vers 19h30mn, après le coucher du soleil selon notre région de France et nous terminerons vers 22h30mn, 23 h quand la nuit noire sera installé.

Notre discussion sera portée sur notre libération du joug religieux, puisque en parfaite conscience nous n’avons plus besoin de « Prêtres », nous n’avons plus besoin d’un humain qui nous représente devant un « Dieu », libre, complètement libre sommes-nous !

Jésus le Nazaréen par son exemple de vie sur la Terre, lui notre parangon, nous a apporté la vie éternelle sur cette Terre.

Donc lundi nous mangerons une viande rôtie, non bouillie avant, avec un pain sans levain, le tout accompagné d’un peu de vin rouge.

Je réitère pour le pain

Un peu de farine selon le nombre de personne, de l’eau, du sel, un œuf ou deux, un peu de beurre. Nous mélangeons le tout pour en faire une grosse boule de pâte qui ne colle pas aux doigts, puis nous divisons cette grosse boule en plusieurs petites, nous les aplatissons au rouleau à pâtisserie ou avec une bouteille pour faire des galettes de trois, quatre centimètres d’épaisseur, au four à 180°C, quand la galette dore sur le dessus théoriquement c’est bon, nous avons notre pain sans levain pour le soir.

 

Dernières phrases du chapitre précédent

 

Son propre Fils savait qu’en venant sur la Terre, cet humain allait le tuer, sinon il n’aurait jamais conté cette « Parabole »

Luc XX : 9-15

---« Jésus le Nazaréen se mit alors à dire au peuple la parabole que voici :

« Un homme planta une vigne, puis il la loua à des vignerons et partit en voyage pour un temps assez long.

Le moment venu, il envoya un serviteur aux vignerons pour qu'ils lui donnent une part du fruit de la vigne. Mais les vignerons le renvoyèrent les mains vides, après l'avoir battu.

Il recommença, envoyant un autre serviteur, et celui-là aussi, ils le battirent, le couvrirent d'outrages et le renvoyèrent les mains vides.

Il recommença, envoyant un troisième, et celui-là aussi, ils le blessèrent et le jetèrent dehors.

Le maître de la vigne se dit alors :

«Que faire ?

Je vais envoyer mon fils bien-aimé, peut-être respecteront-ils celui-là. »

Mais, à sa vue, les vignerons faisaient entre eux ce raisonnement :

 «Celui-ci est l'héritier. Tuons-le, pour que l'héritage soit à nous. »

Et, le jetant hors de la vigne, ils le tuèrent. » »-----

Tout ce que j’écris est une réflexion et un raisonnement personnel qui me touche profondément, car je suis un humain, et comme lui je suis dans l’imperfection, mais j’ai ce « Libre-Choix », cette liberté absolue de mes pensées, raisonnement, réflexion, actions, donc je suis responsable de moi intégralement.

Ce n’est pas la faute d’EL-SHADDAÏ si certaines de mes actions sont bonnes ou mauvaises ! …

 

Chapitre N° 7

 Nos chaînes d’esclave sont rompues

 

Nous sommes à l’ère de Jésus le Nazaréen. Le « Peuple » d’EL-SHADDAÏest l’esclave des Nations. La Palestine est sous la domination de l’Empire Romain, Galilée, Samarie, Judée. Les hébreux livrés à eux même espèrent la venue d’un « Messie » qui les délivrera du joug romain comme leurs ancêtres ont été libérés de l’esclavage de Pharaon en Égypte. Le pays sous occupation est gouverné par les Religieux avec leur tendance. Tout est permis pour accéder au pouvoir. Il y a les Hasmonéens, les Sadducéens, puis les Pharisiens qui se font la guerre faisant et défaisant les alliances avec l’occupant. Il existe aussi cette secte importante des Esséniens qui vit en autarcie.

Comme tout pays sous occupation, il existe beaucoup de restrictions.

A la naissance de Jésus le Nazaréen que reste-t-il du « Peuple » d’EL-SHADDAÏ ?

Rien !

Il a choisi un « Peuple » qui n’a pas cessé de transgresser ses Lois, car comme tous les humains vivant sur cette Terre, grâce à leur « Esprit », faculté de réflexion, de raisonnement, ils étaient libres de choisir leur voie, mais la vanité, l’orgueil, la convoitise, l’idolâtrie étaient leur pierre angulaire. Avec les deux premiers humains de sa Création, dont nous aujourd’hui sommes les descendants, il avait eu l’expérience, malgré leur perfection.

Il y avait maintenant, à l’ère de Jésus, beaucoup d’humains qui connaissaient son Père, mais aussi ses Lois et Préceptes et qui les suivaient sans être de son « Peuple » c’est-à-dire juif.

Étant un Dieu de justice, il devait trouver anormal que des humains des « Nations » suivent ses Lois sans faire partie de son « Peuple ».

Il fallait donc créer une nouvelle « Alliance » !

Cette « Alliance » devait être l’équivalence d’Adam et d’Ève, c’est-à-dire la possibilité pour l’humain de recouvrer la perfection, et de vivre éternellement sur cette Terre.

Il avait demandé à son Fils Emmanuel, Jésus le Nazaréen sur la Terre, s’il désirait  descendre sur la Terre en tant que matière, comme les humains.

« Si tel est ta volonté, Père, je le ferai » avait-il répondu.

Jean 8 :42  -- Comme souvent je vous l’écris, je remplace ce nom vulgaire de « Dieu » par son nom EL-SHADDAÏ, nom qui fut le sien pour les humains d’Abraham jusqu’à Moïse.

Jésus leur dit :

 « Si EL-SHADDAÏ ( Dieu pour vous ) était votre Père, vous m'aimeriez, car c'est d’EL-SHADDAÏ que je suis sorti et que je viens.  Je ne viens pas de moi-même, mais lui m'a envoyé. »

Confirmation que Jésus le Nazaréen fut engendré et non créé comme l’humain, il le dit lui-même : « c’est d’El-Shaddaï que je suis sorti »

Là je n’invente rien, il suffit de lire le chapitre 17 de l’évangile de Jean.

EL-SHADDAÏ par l’intermédiaire de ses Prophètes n’avait-il pas annoncé cette venue ?

Isaïe 42 : 1-5

« Voici mon Serviteur que je soutiens, mon élu en qui mon âme se complaît. J'ai mis sur lui mon esprit, il présentera aux nations le droit.

Il ne crie pas, il n'élève pas le ton, il ne fait pas entendre sa voix dans la rue, il ne brise pas le roseau froissé, il n'éteint pas la mèche qui faiblit, fidèlement, il présente le droit. Il ne faiblira ni ne cédera jusqu'à ce qu'il établisse le droit sur la terre, et les îles attendent son enseignement.

Ainsi parle le Seigneur EL-SHADDAÏ, Yahvé, qui a créé les cieux et les a déployés, qui a affermi la terre et ce qu'elle produit, qui a donné le souffle au peuple qui l'habite, et l'esprit à ceux qui la parcourent. »

Isaïe 52 : 13-15

« Voici que mon Serviteur prospérera, il grandira, s'élèvera, sera placé très haut.

De même que des multitudes avaient été saisies d'épouvante à sa vue, - car il n'avait plus figure humaine, et son apparence n'était plus celle d'un homme - de même des multitudes de nations seront dans la stupéfaction, devant lui des rois resteront bouche close, pour avoir vu ce qui ne leur avait pas été raconté, pour avoir appris ce qu'ils n'avaient pas entendu dire. »

Quel esprit doit avoir EL-SHADDAÏ pour cet « Humain » qu’il a créé à son image, celle de son Fils Bien-Aimé, à la ressemblance de tous les incorporels vivants dans l’immensité des Cieux ?

Avoir façonné la plus merveilleuse machine de l’Univers, la plus complexe, lui avoir laissé une liberté complète pour être comme « Lui », un « Dieu », capable de créée, d’inventée, fabriquée, modelée, sculptée, de l’avoir fait au départ parfaite, et regarder le résultat de cette liberté aujourd’hui, doit, dans le cœur de cet Être Suprême, être une immense déception, un chagrin incommensurable, une envie sans doute de tout détruire !

Mais il existe toujours sur la Terre des humains qui, sans trop le connaître, le vénèrent, l’adorent par le cœur et l’esprit en toute sincérité et c’est à cause d’eux qu’EL-SHADDAÏ ne détruit pas la race humaine !

Voici ce qu’EL-SHADDAÏ a prévu pour ses humains qui le choisissent comme leur seul et unique « Dieu »

Ce Dieu magnifique disait à leur sujet à son fidèle prophète Isaïe LXI : 8

 « Car moi, EL-SHADDAÏ, qui aime le droit, qui hais le vol et l'injustice, je leur donnerai fidèlement leur récompense et je conclurai avec eux une alliance éternelle. »

Ilveut conclure une « Alliance éternelle » avec son nouveau « Peuple » sous la juridiction de son Fils le Bien-Aimé. Lui, EL-SHADDAÏ, ne choisi plus un « Peuple » parmi les Nations, mais c’est les humains des Nations qui formeront sont « nouveau Peuple ».

Un onzième commandement sera ajouté qui sera le plus merveilleux par sa grandeur d’application.

« Tu aimeras ton prochain comme la pupille de ton œil, comme toi-même ! »

En effet, si tous les humains le mettaient en pratique, la Terre deviendrait sûrement un « Paradis »

Alors le dîner de la Pâque de Jésus le Nazaréen  en compagnie de sa famille avec ses Apôtres et leur famille qu’elle en est la signification ? …

Je dis bien, famille, car qui fait la cuisine ?...

Il faut bien quelqu’un pour faire rôtir l’agneau, préparer les « Pains sans levain », faire le service de table, etc …Je ne vais pas réitérer ce que j’ai écris plus avant, mais vous devez reconnaître que je suis logique et que la « chrétienté » a une tendance à prendre ses ouailles et fidèles pour des imbéciles.

Occupons-nous maintenant du repas !

Voyons en premier ce qui est écrit sur la Bible avec les divergences et les ajouts de copiste ou d’Évêque se croyant inspiré par « Dieu », je ne dis pas EL-SHADDAÏ qui, LUI, est le véritable et unique DIEU.

Matthieu et Marc étant une plagia, j’écrirai seulement l’Évangile de Matthieu.

Nous sommes environ au milieu du repas. Je réitère, la Pâque devait être mangé en famille, voisins et amis, donc à ce dernier repas de Pâque à la table il y avait obligatoirement les Apôtres avec Judas Iscariote, mais aussi leur femme avec les enfants, quelques Disciples que Jésus la Nazaréen aimait bien avec leur famille, Marie la mère de Jésus qui devait être proche de son « Fils » ce qui faisait une belle table, son père nourricier, Joseph étant décédé vers l’an 26-27 de l’EC à un âge avancé. Quand j’écris âge avancé cela signifie que la fourchette de l’âge est fixée entre quatre-vingt-cinq ans et cent cinq ans.

Je peux certifier, sans trop me tromper que Marie de Magdala devait être avec sa famille pour la Pâque dans le village de Magdala.

Autre fait très important pour la suite des évènements, pour mes semblables qui sont à la recherche de la vérité historique, et non romancière, les convives qui étaient dans la maison pour la Pâque, devaient attendre l’aurore pour partir de la maison.

Matthieu XXVI : 26-30

Or, tandis qu'ils mangeaient, Jésus prit du pain, le bénit, le rompit et le donna aux disciples en disant : « Prenez, mangez, ceci est mon corps. »

Puis, prenant une coupe, il rendit grâces et la leur donna en disant : « Buvez-en tous car ceci est mon sang, le sang de l'alliance, qui va être répandu pour une multitude en rémission des péchés.

Je vous le dis, je ne boirai plus désormais de ce produit de la vigne jusqu'au jour où je le boirai avec vous,( Marc -- jusqu'au jour où je boirai le vin nouveau --) de nouveau, dans le Royaume de mon Père. »

Après le chant des psaumes, ils partirent pour le mont des Oliviers.

Vous constaterez que j’ai posé le verset 30 ( Marc verset 26 ) car il a une grande importance.

Comme je vous l’ai déjà écrit, quitte à me répéter, Jésus le Nazaréen est hébreu, et est venu sur Terre pour accomplir la Loi et non l’abroger.( Mt 5 : 17-19 ) Hors la loi dit qu’il n’est pas permis de sortir de la maison du repas pascal avant le lever du jour.

Exode 12 : 22

Puis vous prendrez un bouquet d'hysope, vous le tremperez dans le sang qui est dans le bassin et vous toucherez le linteau et les deux montants avec le sang qui est dans le bassin. Quant à vous, que personne ne franchisse la porte de sa maison jusqu'au matin.

Je constate que peu de mes semblables, particulièrement tous « ces Supers Enseignants de la Bible » que je lis sur le Net, n’ont remarqué ces versets 30 ou 26.

Avec ce verset et sachant que Jésus le Nazaréen était respectueux des Lois de son Père, EL-SHADDAÏ, il ne monta au mont des oliviers avec ses apôtres que le jour de la Pâque et la nuit qu’il parle est la nuit après la nuit du repas de la Pâque.

Matthieu 26 : 31-32

Alors Jésus leur dit : « Vous tous, vous allez succomber à cause de moi, cette nuit même. Il est écrit en effet : Je frapperai le pasteur, et les brebis du troupeau seront dispersées.

Mais après ma résurrection je vous précéderai en Galilée. »

J’écris ceci pour vous faire comprendre qu’il faut bien faire attention aux « Écritures », et ne pas croire trop vite à la parole de l’humain, car avec ce texte, le fameux jour chrétien du « Vendredi Saint » n’est que fadaise et faribole.

Voyons la signification des actes et paroles du Fils d’EL-SHADDAÏ, Jésus le Nazaréen.

Comme je l’ai écrit auparavant, EL-SHADDAÏ  veut une « Nouvelle Alliance » perpétuelle avec son « Nouveau Peuple ». Il savait bien que la population de la Terre irait grandissante puisqu’il avait dit aux premiers humains : « Multipliez-vous et remplissez la Terre »

La Pâque, comme le printemps, doit être perpétuelle.

Il fallait une action importante pour remplacer l’immolation du petit bétail, mais aussi une symétrie théologique, spirituelle, de ce petit bétail.

J’écris petit bétail, car El-SHADDAÏne parle pas de l’agneau mais du petit bétail pour la Pâque, ( lire Exode 12 ) l’agneau faisant partie du petit bétail. Vous constaterez que pas un seul évangile ne parle d’agneau, et que quand, dans le Nouveau Testament, on parle de l’agneau, c’est uniquement en comparaison. ( « comme l’agneau ou la brebis que l’on mène à l’abattoir … » )

Il faut s’imaginer que le souper avec Jésus le Nazaréen, le soir, début de la Pâque , doit être une harmonie de l’« Alliance » perpétuelle entre EL-SHADDAÏ, son Père, et le « Nouveau Peuple » de celui-ci.

Au dîner Jésus prend le pain qui va remplacer le petit bétail, puis le vin qui va remplacer le sang pour la « Nouvelle Alliance »,mais il faut obligatoirement que le sacrifice de l’immolation ait lieu pour que le symbolisme deviennent une action perpétuelle de la « Nouvelle Alliance ».

N’oubliez pas qu’EL-SHADDAÏ demandait pour le sacrifice de la Pâque un petit bétail sans tache, sans tare, âgé d’un an.

Je réitère que la Pâque existait depuis les temps immémoriaux. La Pâque dans le monde de l’époque, bien avant Moïse, à l’ère d’Abram, avait une très grande importance, car les rites avec le sacrifice de la plus belle bête étaient sensés protégé la maisonnée en éloignant les « Forces du Mal » pour l’année.

Dés l’hors, pour l’humanité, il fallait aussi un être sans tare, sans tache, comme les deux premiers humains avant leur transgression, pour que le sacrifice, l’immolation soit agréable à EL-SHADDAÏ, soit une fête, la fête de la « Nouvelle Alliance avec son Nouveau Peuple »et que celui-ci en face une fête de la mémoire perpétuelle jusqu’au « Temps » du Royaume d’EL-SHADDAÏ sur la Terre.

L’humainqui devait aller à l’holocauste devait être comme le petit bétail, sain, ( et non saint comme la religion chrétienne l’écrit, car ce qui est « saint » n’est pas sans tache puisque cela signifie « vénérer, adorer » ) sans tache, sans tare ce qui signifie que cet humain ne devait pas avoir la tare de naissance de tous les humains, la tare de la transgression, l’imperfection. En plus de ce qui vient d’être écrit, il fallait que cet humain incarne le  « Grand Guerrier » contre les « Forces du mal », qu’il soit craint par celles-ci pour les « Nations Païennes. »

D’après la chrétienté, la torture de Jésus le Nazaréen et sa mort serait pour racheter les péchés des humains.

Pour cela il n’y avait pas besoin de la torture !

Cette torture et cette souffrance corporelle ne sert absolument à rien ! A moins d’avoir à faire à un « DIEU » machiavélique, qui se délecte des sévisses tortionnaires fait à son Fils unique, ce qui, vous en conviendrez, est loin d’être une preuve d’amour.

La mort était prévue, mais pas la torture, l’acharnement de haine que les humains ont eu envers cet homme, et en particulier la « Prêtrise ». Il ne faut pas oublier que tout le long du parcours, de sa prison au « Sommet du Crâne » nommé le « Golgotha », cet humain a été lapidé, fouetté avec des branchages flexibles et épineux, que les humains lui ont crachés dessus, invectivés de toutes sortes de noms, et qu’à l’arrivé au lieu de crucifixion cet homme était en sang des pieds à la tête ayant perdu énormément de sang.

Surtout qu’aujourd’hui, nous pouvons certifier que tout cela n’a servi à rien, puisque la déchéance de l’humain va grandissante. Moi-même je regarde en arrière seulement de quarante ans, et l’iniquité de cet humain a été multipliée par cinquante pourcent. Homosexualité, pédophilie, adultère, criminalité, etc tout cela est en augmentation constante et nous n’avons plus de grande guerre, ce qui prouve que c’est bien l’humain volontairement qui va vers sa perte.

Le baptême qui aurait du représenter le « Nouveau Peuple » d’EL-SHADDAÏ ne vaut plus rien.

Jésus le Nazaréen a été à l’abattoir comme le petit bétail, en sacrifice, en holocauste sur l’autel spirituel, afin de nous rappeler qu’il venait de mettre tous les humains de toutes les Nations à égalité.

Par sa vie sur la Terre il a prouvé à l’humain que la tare génétique dû aux deux premiers humains pouvait être supprimée, car il a vécu sur la Terre comme un humain, mais en gardant sa perfection, même si le vice de certains humains veulent qu’il ait eu des rapports sexuels avec la prostituée la plus connue de son époque, Marie de Magdala, et qu’il aurait même eu des enfants, ce qui est une impossibilité car ses enfants auraient été des « géants » au rapport de son ADN.

Jésus le Nazaréen a été l’équivalence d’Adam et Ève car par eux la mort de l’humain est venue et par le Fils d’EL-SHADDAÏ la mort fut vaincue, car l’humain pourra vivre éternellement comme à son origine.

Vous, mes semblables, n’oubliez jamais le comportement de ces deux humains qui étaient parfaits en corps et en « esprits ». Sans me tromper par mon raisonnement, ces deux humains avaient une intelligence phénoménale, comme la mémoire. Se sont eux qui donnèrent le nom aux plantes, arbres, fleurs, mais aussi aux animaux mâles et femelles, bêtes et bestioles.

Je certifie que le « serpent » n’existait pas, même au jardin d’Éden, la lecture biblique vous en donne la preuve infaillible !

Je suis dans l’incapacité de vous dire comment je connais ces faits, mais je les connais dans le plus profond de ma mémoire, et je ne vois pas l’avantage que je tirerai à vous mentir ou à être un hâbleur.

Je vous conte, en résumé, l’histoire des Cieux et de l’Humain. Sûrement je vous conterai un jour l’histoire des Cieux avec l’avènement du « mal »

Sammaël pris pour enveloppe l’animal le plus sensé du Jardin d’Éden, pour s’approcher d’Ève et converser avec elle. Plusieurs fois il vint la voir et l’amener devant l’arbre de la Connaissance, l’Arbre de Vie dont la senteur et la beauté était au dessus de toute la végétation du Jardin.

Par ces visites à Ève, tout doucement Sammaël lui mit en esprit l’envie de goûter au fruit de l’Arbre de Vie, celui de la Connaissance du Bien et du mal. Sentant Ève « mure » comme l’on dit en « Argo », Sammaël dans la peau de l’animal le plus sensé, vanta une dernière fois tous les mérites de l’Arbre de Vie en accompagnant cette dernière devant l’Arbre de la Connaissance du bien et du mal, ou l’Arbre de Vie, c’est le même, sans avant de faire jurer Ève de donner du fruit à son mari, Adam. Tous les deux arrivèrent devant l’Arbre de Vie en discutant et, l’animal le plus sensé disparue.

Ève par convoitise, vanité et orgueil, baissa une branche de l’Arbre, prit un fruit, et le mangea. Puis dans le même élan, elle reprit un fruit, couru vers son mari Adam et avec des paroles de forfaitures fit manger le fruit à son époux.

Tous les deux étaient parfaits, pas de torture, pas de menace, ils étaient libres !

Voici leur défense devant EL-SHADDAÏ :

Ève : « C’est l’animal le plus sensé du Jardin qui m’a dit que je pouvais manger du fruit sans danger »

Adam : « C’est la femme que tu m’as donné qui par de belles paroles m’a dit que je pouvais manger du fruit sans danger »

Ils avaient le libre choix puisqu’ils connaissaient la sentence ! Quelle lâcheté devant l’action accomplie, ce n’est pas moi, c’est la faute à … Tout juste si ce n’est pas EL-SHADDAÏ qui est fautif !

C’est à cause de cette transgression volontaire que nous mourrons, mais c’est par la vie parfaite de Jésus le Nazaréen sur la Terre que nous allons pouvoir vivre éternellement. Voilà pourquoi son Père EL-SHADDAÏ l’a ressuscité d’entre les morts et que son corps n’a pas goûté les affres de la mort

Pour ce jour je vous laisse à votre réflexion, votre raisonnement.

Portez-vous bien et prenez soins de votre maisonnée en accord avec les Lois d’EL-SHADDAÏ et les Enseignements de Jésus le Nazaréen !

Salutations cordiales à Tous !

 

Sig : JP.G. dit « GRANDELOUPO »

11:45 Écrit par Grandeloupo dans Fêtes de toute la Chrétienté | Lien permanent | Commentaires (0)

06/04/2014

La Pâque, chap. N°6 - Perfection de Jésus le Nazaréen

Rel-Jean le B.PNG

Jean le Baptiste

 

La Pâque le Lundi 14 Avril

 

Dans une dizaine de jour c’est Pâque pour nous, les « Enfants » d’El-Shaddaï. Cet Pâque où le responsable de cérémonie exécutera les gestes de Jésus le Nazaréen, ce que nous ferons nous aussi après lui, car en faisant ce geste nous briserons nos chaines spirituel en nous libérant de toute emprise religieuse sur nous, reniant cette idolâtrie de toutes les confessions mondiales que se soit « Musulmane, Hindou, Bouddhiste, Christianisme », reprenant notre liberté pour suivre volontairement les Lois et Préceptes d’EL-SHADDAÏ, ainsi que tous les Enseignements de Jésus le Nazaréen.

EL-SHADDAÏ nous sommes tes « Enfants », fière de l’être, alors avec allégresse nous allons pouvoir te prier sachant que tes ennemis ne vont pas rester là, à nous regarder, mais vont nous attaquer de toute part. Tu es notre bouclier et ils vont s’user les dents dessus.   

Pour le pain sans levain voici une recette.

Un peu de farine que vous mélangez a un peu d’eau, une pincée de sel, pour faire une pâte qui ne colle pas aux doigts. Vous pouvez ajouter un œuf ou deux, ou bien des fines herbes ou autre chose, sauf du levain ou de la levure.

Votre boule de pâte faite, vous faites des petites galettes en étalant la pâte au rouleau.

Au four à 200 degré et vous veillez pour que vos galettes ne soient pas trop cuites.

Pour le repas de la Pâque, pain sans levain, vin rouge, viande rôtie.

 

Dernières phrases du chapitre précédent

 

Aujourd’hui en l’an 2014, écrivant pour la Pâque, je suis dans l’obligation de reconnaître que les versets bibliques posés ci-dessous sont malheureusement d’actualités.

Malachie III : 14-15

« Vous dites :

« C'est vanité de servir EL-SHADDAÏ, et que gagnons-nous à avoir gardé ses observances et marché dans le deuil devant EL-SHADDAÏ Sabaot ?

Maintenant nous en sommes à déclarer heureux les arrogants, ils prospèrent, ceux qui font le mal, ils mettent EL-SHADDAÏ à l'épreuve et ils s'en tirent ! » »

Job XXI : 14-17

« Eux, pourtant, disent à EL-SHADDAÏ : « Écarte-toi de nous, connaître tes voies ne nous plaît pas!

Qu'est-ce que Shaddaï pour que nous le servions, quel profit pour nous à l'invoquer ? »

 Ne tiennent-ils pas leur bonheur en main, et EL-SHADDAÏ n'est-il pas écarté du conseil des méchants ?

Voit-on souvent la lampe des méchants s'éteindre, le malheur fondre sur eux, la Colère divine distribuer des souffrances ? »

Job XXII : 17

« Car ils disaient à EL-SHADDAÏ :

 « Éloigne-toi de nous! Que peut nous faire Shaddaï ? » »

En effet tout cela aujourd’hui nous sommes en droit de le penser, car quel espoir se dessine devant nous ?

 

Chapitre N° 6

 

Perfection de Jésus le Nazaréen

 

Sommes-nous entrés dans les prophéties d’Hénoch, de Moïse, qui reçurent leurs prophéties pour le premier par les Anges d’EL-SHADDAÏ, pendant soixante jours et nuits, et pour le second d’EL-SHADDAÏ lui-même pendant quarante jours et quarante nuits, sans compter les rappels d’Ézéchiel, Isaïe, Daniel, Jérémie, et du plus grand de tous qui fut aussi le dernier, le Fils unique engendré d’EL-SHADDAÏ, Jésus le Nazaréen ?

Pourquoi ce Dieu seul, ce Dieu unique, EL-SHADDAÏ, envoya-t-il sur la planète Terre son Fils unique engendré, non créé comme l’humain, pour sauver ce dernier qui fut d’une ingratitude remarquable ?

Ce Dieu doit avoir un cœur énorme pour aimer cet humain oublieux, stérile, son amour pour cet Être à son image, à son reflet en tout, est immense jusqu’à demander à son Fils de venir sur la Terre en tant qu’humain pour redonner la vie éternelle à ce dernier, malgré tous les risques que cela encours.

Comme annoncé par les prophéties, Jésus le Nazaréen est né comme tous les humains, après avoir été formaté dans un ventre féminin, le seul à posséder le mystère et la matrice du développement de l’enfantement, car comme l’oiseau, la poule, cet œuf est, si l’on peut dire, couvé dans la partie abdominale de la femelle.

Jésus le Nazôréen doit naître d’une femme dont le corps est parfait sans tache, donc d’une femme ne possédant pas la tare héréditaire de la première transgression humaine. La Bible sur ce fait spécifique est muette, même pas une allusion, une vraie tombe ! …

Comme à mon habitude, en premier je vais réfléchir comme un « Païen », mais avec une logique indémontable.

Grâce aux sciences modernes, tout n’est pas mauvais dans la science, nous savons qu’un enfant à un cinquante, cinquante de ses géniteurs, c’est-à-dire un ADN pour moitié de la mère, de moitié pour le père. Cela est une certitude scientifique !

Donc Jésus le Nazôréen a un ADN pour moitié de sa mère, donc imparfait, et l’autre moitié de son Père, donc parfait mais en plus, un ADN inconnu, puisque le spermatozoïde mâle vient de l’ADN céleste. Ma réflexion et ma logique sont tellement évidentes qu’il est difficile de me prouver le contraire. Cela fait de Jésus le Nazaréen un « Être » imparfait, donc il ne peut être équivalent à Adam et Ève, qui eux étaient parfaits.

Je viens de vous prouver que Jésus-Christ, Jésus le Nazaréen pour moi, est un charlatan car il est mort bêtement par la torture romaine, n’offrant à l’humain rien en échange.

Aucun texte de la Bible canonique du Nouveau Testament ne nous prouve la perfection de Marie la mère de Jésus le Nazaréen !

Rien, pas une ligne, pas un mot !

Si nous voulons être sauvés, il est impératif que Jésus le Nazôréen naisse parfait de corps sans la tare Adamique. Si ce n’est pas le cas alors la race humaine est maudite, plus honnie que la plus exécrable bestiole et alors pourquoi avoir créé cette race à l’image, au reflet de ce Dieu unique, cela n’a pas de sens, et d’un illogisme phénoménal !

Comme toujours l’humain a évincé des « Livres » qui le dérangeaient en les déclarants apocryphes, qui signifient que ces écrits ne doivent pas être dévoilés.

Ces écrits apocryphes nous divulguent la perfection du corps de Marie, quant à l’âge de trois ans, EL-SHADDAÏ, devant le peuple rassemblé au Temple de Jérusalem, supprima la tare Adamique à cette enfant qui esquissât des pas de danse sur les marches de l’Autel interdit au peuple et réservé uniquement aux Prêtres du Temple.

De ce corps parfait pouvait naître un être parfait puisque la semence venait du Père Céleste, donc Jésus le Nazaréen avait un ADN par sa mère parfait comme son Père et les desseins de ce dernier pouvaient se réaliser.

Maintenant, je certifie que Jésus le Nazaréen est né parfait de corps et qu’il est resté parfait en « Esprit » et que par ses actions sur la Terre, il a prouvé qu’il était vraiment le Fils Bien-Aimé d’EL-SHADDAÏ. Par lui, l’être humain peut retrouver sa perfection comme à l’origine, là tout est logique, nous prouvant combien EL-SHADDAÏ aime l’humain, sa plus belle création.

Les prophéties se sont réalisées et Jésus le Nazaréen, son fils unique, non créé mais engendré, est né une seconde fois en temps que matière humaine avec tout ce que cela comporte comme risques pour son Père géniteur EL-SHADDAÏ.

En effet, cet unique Enfant, afin d’accomplir la volonté de son Père, accepta librement de venir sur Terre pour sauver la race humaine.

Voyons les Écritures !

Matthieu XXVI : 26-29

« Or, tandis qu'ils mangeaient, Jésus prit du pain, le bénit, le rompit et le donna aux disciples en disant :

 « Prenez, mangez, ceci est mon corps. »

Puis, prenant une coupe, il rendit grâces et la leur donna en disant :

 « Buvez-en tous ; car ceci est mon sang, le sang de l'alliance, qui va être répandu pour une multitude en rémission des péchés.

Je vous le dis, je ne boirai plus désormais de ce produit de la vigne jusqu'au jour où je le boirai avec vous, nouveau, dans le Royaume de mon Père. » »

Jean XIX : 36

« Car cela est arrivé afin que l'Écriture fût accomplie : Pas un os ne lui sera brisé. »

Lettre aux Hébreux par le Disciple Saül de Tarse dit Paul. IX : 15, X : 16

« Voilà pourquoi il est médiateur d'une nouvelle alliance, afin que, sa mort ayant eu lieu pour racheter les transgressions de la première alliance, ceux qui sont appelés reçoivent l'héritage éternel promis. »

« Telle est l'alliance que je contracterai avec eux après ces jours-là, dit le Seigneur EL-SHADDAÏ,

« Je mettrai mes lois dans leur cœur et je les graverai dans leur pensée. » »

Tous les historiens affirment que Pierre était l’Évêque d’Antioche jusque en l’an 59-60 où il partit pour Rome. Donc il ne fut l’Évêque de Rome que quatre ans et ce n’est pas le premier Évêque de cette ville il s’ensuit que ce ne peut pas être le premier « Pape » de la chrétienté.

Chercher l’erreur ! … !

Avant mon explication personnelle sur le sacrifice de Jésus le Nazaréen, je vais être ce que je suis, un « Païen » pour la chrétienté, et je vais réfléchir comme tel.

« Prenez et manger ceci est mon corps »

« Prenez et buvez ceci est mon sang »

Je ne peux accepter et accéder à votre religion chrétienne car vous êtes des cannibales. En effet vous mangez de la chair humaine et vous buvez du sang humain.

Vos Prêtres font cela tous les jours et vous, vous ne valez guère mieux puisque c’est ce que vous faites le Dimanche à la messe quand vous communiez.

Vous mangez bien le corps de Jésus le Nazaréen, votre Jésus-Christ, et buvez bien son sang ! …

Je ne suis pas un menteur ! …

Ce que je viens d’écrire est bien l’explication de vos Dirigeants !

Vous-mêmes, chrétiens, c’est bien ce que vous écrivez, affirmez sur le Net !

Donc j’ai raison vous êtes des cannibales !

Même nos « Dieux » païens n’acceptent pas le cannibalisme ! Alors vous êtes pire que toutes les religions de la Terre !

A moins que toutes vos explications soit erronées, ce que personnellement je pense, car dans votre religion il y a tellement d’inventions comme la « Trinité », le « Saint Esprit » qui serait un troisième Dieu, La Messe, le Purgatoire, le Confessionnal, etc …

Voyons maintenant ma réflexion sur ce sacrifice de Jésus le Nazaréen et sur ses paroles. Ce raisonnement, comme il se doit, n’engage que ma façon personnelle de comprendre les Écritures. Comme à chaque fois j’essaierai d’être le plus logique possible, mais sur ce point je ne me fais pas trop de soucis car EL-SHADDAÏ veille mon esprit et me reprend si nécessaire, car ce Dieu unique, me donne un « esprit SAIN », il n’y a pas de faute d’orthographe.

La fête de la Pâque est la plus importante pour EL-SHADDAÏ car, en dehors de la première alliance qu’il avait faite avec Abraham confirmé avec le fils de ce dernier du nom d’Isaac, elle est perpétuelle.

A cette première alliance il y avait le choix de son Peuple avec une manière certaine de le reconnaître, mais il n’y avait pas de Pâque.

Avec Moïse la Pâque et l’Alliance deviennent beaucoup plus importante. En effet puisque c’est le Dieu unique EL-SHADDAÏ qui délivre « Son Peuple » de l’esclavage Égyptien. Il ne faut pas oublier que ce « Peuple » est devenu un peuple au pays d’Égypte après, quatre cents ans avant, une grande disette en Palestine à l’époque de Joseph et de son père Jacob. C’est la descendance de Jacob qui fit ce « Peuple » en Égypte.

C’est dans ce pays d’Égypte que la Pâque fut instituée par EL-SHADDAÏ le quatorzième jour du premier mois de l’année, le mois de Nissan, où le soir il fallait manger la viande rôtie d’un petit bétail dont on n’aura pas brisé les os que l’on aura saigné et avec le sang on aura badigeonné les linteaux de la porte pour la reconnaissance et la protection, accompagné d’un pain sans levain.

Puis dans le Sinaï il y eu cette seconde alliance avec le « Peuple » et EL-SHADDAÏ où Moïse aspergea le peuple avec le sang d’un jeune taureau sans tache.

 Par la suite, à la Pâque les prêtres badigeonnaient les montants de la porte du Temple pour la rémission des péchés.

Comme à son habitude l’humain transforma cette fête sacrée pour EL-SHADDAÏ, en une fête banale, ou le sens premier avait disparu.

À la naissance de Jésus le Nazaréen le « Peuple » d’EL-SHADDAÏ n’existait plus puisque les israélites, « Peuple d’EL-SHADDAÏ » avait été dispersé sur la surface de la Terre.

La preuve flagrante de ce que je viens d’écrire est Jean le Baptiste, qui demandait à ses semblables de se baptiser dans le Jourdain afin de faire partie du « Nouveau Peuple »d’EL-SHADDAÏ, puisque cette action représentait la « circoncision spirituelle ».

. En l'an 27, Jean le Baptiste s'installe sur les bords du Jourdain, où il commence à pratiquer le « baptême de repentir pour la rémission des péchés » par immersion dans l'eau prophétisé par Isaïe.

Isaïe XL : 3-5

« Une voix crie :

 « Dans le désert, frayez le chemin d’EL-SHADDAÏ, dans la steppe, aplanissez une route pour notre Dieu.

Que toute vallée soit comblée, toute montagne et toute colline abaissées, que les lieux accidentés se changent en plaine et les escarpements en large vallée. Alors la gloire d’EL-SHADDAÏ se révélera et toute chair, d'un coup, la verra, car la bouche d’EL-SHADDAÏ a parlé. »

Voici les paroles de Jean quand il baptisait ses semblables dans le Jourdain

Matthieu III : 10-12

« Déjà la cognée se trouve à la racine des arbres ; tout arbre donc qui ne produit pas de bon fruit va être coupé et jeté au feu.

Pour moi, je vous baptise dans de l'eau en vue du repentir ; mais celui qui vient derrière moi est plus fort que moi, dont je ne suis pas digne d'enlever les sandales.

Il tient en sa main la pelle à vanner et va nettoyer son aire. Il recueillera son blé dans le grenier, quant aux bales, il les consumera au feu qui ne s'éteint pas. »

Je tiens à vous prévenir que j’ai supprimé cet ajout « lui vous baptisera dans l'Esprit Saint et le feu. » qui est un vulgaire ajout de copiste, car Jésus le Nazaréen n’a jamais baptisé personne.

Matthieu III : 13-17

Alors Jésus arrive de la Galilée au Jourdain, vers Jean, pour être baptisé par lui.

Celui-ci l'en détournait, en disant :

« C'est moi qui ai besoin d'être baptisé par toi, et toi, tu viens à moi ! »

Mais Jésus lui répondit :

« Laisse faire pour l'instant, car c'est ainsi qu'il nous convient d'accomplir toute justice. »

Alors il le laisse faire.

Ayant été baptisé, Jésus aussitôt remonta de l'eau, et voici que les cieux s'ouvrirent. Il vit l'Esprit d’EL-SHADDAÏ descendre comme une colombe et venir sur lui.

Et voici qu'une voix venue des cieux disait :

« Celui-ci est mon Fils bien-aimé, qui a toute ma faveur. »

J’espère que vous avez lu attentivement ces versets car il n’est pas question « d’Esprit Saint » mais de « l’Esprit d’EL-SHADDAÏ » c’est à dire de « l’Esprit d’Intelligence » qui est matérialisé par quelque chose de visible à l’humain, car « l’Esprit » ne se voit pas, alors il fallait bien matérialiser ces ondes par une chose qui descend comme une colombe, mais qui n’est pas une colombe.

Ce « Baptême » aurait dû être une alliance avec le nouveau peuple d’EL-SHADDAÏ, malheureusement l’humain, encore une fois, a détourné cet acte en le transformant en signe d’idolâtrie marquant au front par le signe de la croix ses enfants en offrande au Roi de cette Terre SAMMAËL, celui que vous nommez « Dieu »  qui en réalité est « Satan » car il est vraiment pour le moment le « Dieu » de la Terre.

EL-SHADDAÏ est obligé de respecter son engagement en laissant à SAMMAËL le « TEMPS défini », car il a donné une arme terrible à l’humain contre ce « Dieu SAMMAËL », le « Libre-choix » pas de torture, pas de menace, la liberté complète pour l’humain.

Alors pourquoi avoir laissé torturer son propre Fils, son Être le plus cher, celui qui est venu de ses entrailles, celui qui fait partie de son « sang », sachant que cet humain est irréductible et qu’il va trucider l’Être qui n’a pas de prix tellement l’amour est grand pour lui ?

Son propre Fils savait qu’en venant sur la Terre, cet humain allait le tuer, sinon il n’aurait jamais conté cette « Parabole »

Luc XX : 9-15

---« Jésus le Nazaréen se mit alors à dire au peuple la parabole que voici :

« Un homme planta une vigne, puis il la loua à des vignerons et partit en voyage pour un temps assez long.

Le moment venu, il envoya un serviteur aux vignerons pour qu'ils lui donnent une part du fruit de la vigne. Mais les vignerons le renvoyèrent les mains vides, après l'avoir battu.

Il recommença, envoyant un autre serviteur, et celui-là aussi, ils le battirent, le couvrirent d'outrages et le renvoyèrent les mains vides.

Il recommença, envoyant un troisième, et celui-là aussi, ils le blessèrent et le jetèrent dehors.

Le maître de la vigne se dit alors :

«Que faire ?

Je vais envoyer mon fils bien-aimé, peut-être respecteront-ils celui-là. »

Mais, à sa vue, les vignerons faisaient entre eux ce raisonnement :

 «Celui-ci est l'héritier. Tuons-le, pour que l'héritage soit à nous. »

Et, le jetant hors de la vigne, ils le tuèrent. » »-----

Tout ce que j’écris est une réflexion et un raisonnement personnel qui me touche profondément, car je suis un humain, et comme lui je suis dans l’imperfection, mais j’ai ce « Libre-Choix », cette liberté absolue de mes pensées, raisonnement, réflexion, actions, donc je suis responsable de moi intégralement.

Ce n’est pas la faute d’EL-SHADDAÏ si certaines de mes actions sont bonnes ou mauvaises ! …

Ce Dieu seul et unique, notre Père spirituel au Cieux, EL-SHADDAÏ, a convenu avec nous ses « Enfants », nous qui formons son « Nouveau Peuple », une « ultime Alliance » en mettant dans notre cœur ses Lois et Préceptes plus les Enseignements de son Fils engendré, Jésus le Nazaréen, et nous volontairement, sincèrement, librement acceptons tout ce qui vient d’être écrit.

EL-SHADDAÏ ne nous a pas choisi, non, c’est nous humains qui librement, sans torture, sans menace, mais avec la sincérité de notre cœur qui l’avons choisi comme étant notre seul et unique « Dieu », et nous n’avons pas besoin d’images, de statues représentative puisque lorsque nous nous regardons dans une glace, c’est son image que nous voyons !

Cette vérité est flagrante indémontable, c’est pour cela que nous l’avons choisi comme notre Dieu.

Qu’il soit toujours dans votre cœur ! Prenez soins de vous et portez-vous bien !

Salutations cordiales

 

Sig : JP.G dit « Grandeloupo »

16:52 Écrit par Grandeloupo dans Fêtes de toute la Chrétienté | Lien permanent | Commentaires (0)

31/03/2014

La Pâque, chap. N°5 - Astarté, Reine des Cieux

Maîtresse & Reine des Cieux Ishtar - Eshnunna - Astarté - Mus.Louvre.jpg

 

Astarté, Reine des Cieux

 

La Pâque le Lundi 14 Avril

Bientôt nous allons célébrer la Pâque, le lundi 14 Avril entre les deux soirs c’est-à-dire entre le couché du soleil et la nuit noire, qui j’en conviens, est difficile à situer à cause de la pleine lune. En général, en France, entre les deux soirs se situent entre 18h30mn et 23h. Pour bien faire, vous faite comme moi, je regarde sur Internet l’éphéméride qui me donne l’heure du coucher de soleil ou j’habite. Donc entre cette heure et 23 heures, il faut avoir consommé la Pâque, c’est-à-dire avoir mangé une viande rôtie qui, si elle possède un os celui-ci ne sera pas brisé, avec un pain confectionné par nous-mêmes sans levain, et ceci sera accompagné d’un verre de vin rouge.

Il ne faut pas oublier que ce soir là, le chef de famille ou l’humain responsable spirituellement de l’assemblée, fera les gestes que Jésus le Nazôréen a fait il y a deux mille ans environ, en rompant la galette de pain sans levain. Il donnera les explications de ses gestes et surtout le sens spirituel de ses actions, ce que je vous donnerai juste avant la Pâque dans le dernier chapitre.

 

Dernière phrase du Chapitre précédent

 

Socrate de Constantinople dit le Scolastique historiographe chrétien, tout comme Théodoret 393-460, un historiographe est une personne qui lit et écrit l’histoire, avec Sozomène 375-450 et Évagre le Scolastique 536-594, tous deux historiens chrétiens reconnaissent dans leurs écris l’incohérence des jours de jeûne pour la Pâques comme pour le jour même de Pâques. La haine est tellement grande contre les juifs que les théologiens, historiographes et autres écrivains, tous chrétiens vont jusqu’à nier le jour de Pâque juif oubliant que celui qu’ils vénèrent comme un « Dieu », je nomme Jésus-Christ, est juif ainsi que ses Apôtres et Disciples. A cela nous nous apercevons de la détérioration spirituelle de cette religion et que ce sont les dogmes des humains qui font force de Lois, Jésus le Nazaréen est aux oubliettes avec ses Enseignements.

 

Chapitre N° 5

 

Astarté Reine des Cieux

 

Je cite toujours des textes d’humain beaucoup plus érudit que moi, et qui ont une certaine notoriété pour leur honnêteté.

Gieseler,( Johann Ludwig Karl, 1792-1854 historien de l’Église Chrétienne, Protestant Allemand, il publia ses premiers travaux (Historisch-kritischer Versuch über die Entstehung u. meurent frühesten schriftlichen der Schicksale Evangelien--Historique et essai critique sur l'origine et le devenir des premiers évangiles écrits ), parlant de l'Église d'Orient au IIème siècle, à propos des coutumes pascales, dit:

« Dans cette fête de Pâques, en souvenir de la mort de Christ, les chré­tiens d'Orient mangent du pain sans levain, probablement comme les Juifs, pen­dant huit jours. Il n'y a point de trace d'une fête annuelle en souvenir d'une résur­rection, célébrée tous les dimanches. (cf. Église catholique, sect. 53, p. 178, note 35).

 Quant à l'Église d'occident à une période plus rapprochée, époque de Constantin le Grand, on se livrait pendant 15 jours à des exercices religieux sur la fête de Pâques, bien que la période du jeûne ne soit pas bien indiquée.( cf.Origines Ecclés. vol. IX, p. 94)

Les solennités de Pâques ont lieu les semaines avant et après le dimanche de Pâques, la semaine de la Passion et celle de la Résurrection. Les anciens parlent de Pâques, de la Passion et de la Résurrection comme d'une solennité de 15 jours. La loi de l'empire ordonnait 15 jours de fête, et les commandait à toute l'Église. »

« Scaliger,1540-1609, cite une loi de Constantin le Grand, ordonnant deux semaines de fête pour Pâques, et la suspension de toutes les affaires légales. »(Bingham, IX, p. 95).

Les Deux Babylone :

« Avant toute écriture, il faut connaître l’importance de la déesse « Astarté » dans tout le Bassin Méditerranéen et l’Asie Mineure.

Astarté est une déesse d'origine phénicienne présentant un caractère belliqueux. Dans la mythologie égyptienne sous les Ramessidesdynastie des « Ramsés », elle est la fille de Rê et une compagne de Seth. À califourchon sur son cheval, elle accompagne et protège le Pharaon.

Astarté est « Athtart »chez les Ougarites, déesse le l’amour, de la guerre et de la fertilité, comme chez les Hourrites ou elle se nomme « Shaushka », mais elle a le nom de « Ashtart » en langue punico-phénicienne. Pour les Babyloniens c’est la déesse « Ishtar » épouse de Tammuz et « Inanna » épouse de Dumuzi pour les Sumériens.

Sa descendance est Aphrodite en Grèce, Turan en Étrurie, région de la Toscane en Italie, Vénus à Rome. A Carthage en Afrique du Nord elle est « Tanit » déesse de la fertilité.

Elle forme le couple suprême avec « BAAL » et est toujours associé à lui.

Les noms Baal et Tammuz représentent le même Dieu babylonien, puisque associés à la grande déesse Astarté. Même le livre sacré de la chrétienté, la « BIBLE », fait référence à ces deux personnages. Je cite :

I Samuel XII : 10

« Ils crièrent vers EL-SHADDAÏ :

« Nous avons péché, dirent-ils, car nous avons abandonné EL-SHADDAÏ et servi les Baals et les Astartés. Maintenant, délivre-nous de la main de nos ennemis et nous te servirons ! »

I Samuel VII : 3-4

« Alors Samuel parla ainsi à toute la maison d'Israël :

« Si c'est de tout votre cœur que vous revenez à EL-SHADDAÏ, écartez les dieux étrangers du milieu de vous, et les Astartés, fixez votre cœur en EL-SHADDAÏ et ne servez que lui : alors il vous délivrera de la main des Philistins. »

Les Israélites écartèrent donc les Baals et les Astartés et ne servirent qu’EL-SHADDAÏ. »

Dans Jérémie Astarté -- Ishtar -- est nommé la « Reine des Cieux »

Jérémie VII : 18

« Les fils ramassent le bois, les pères allument le feu, les femmes pétrissent la pâte pour faire des gâteaux à la Reine du Ciel, puis on verse des libations à des dieux étrangers pour me blesser. »

Jérémie XIVL : 16-17

«En ce qui concerne la parole que tu nous as adressée au nom d’EL-SHADDAÏ, nous ne voulons pas t'écouter, nous continuerons à faire tout ce que nous avons promis offrir de l'encens à la Reine du Ciel et lui verser des libations, comme nous le faisions, nous et nos pères, nos rois et nos princes, dans les villes de Juda et les rues de Jérusalem : alors nous avions du pain à satiété, nous étions heureux et nous ne voyions point de malheur.»

Ézéchiel VIII : 14

« Il m'emmena à l'entrée du porche du Temple d’EL-SHADDAÏ qui regarde vers le nord, et voici que les femmes y étaient assises, pleurant Tammuz. »

Par ces écrits, nous pouvons certifier que la « Reine des Cieux », Astarté,portait bien son nom et qu’elle était vénérée par toutes les « Nations », même au VIème siècle de J-C.

Je reprends les écrits.

« A la fin, lorsque le culte d'Astarté gagna la prépondérance, -- la primauté, la supériorité -- on prit des mesures pour faire observer le jeûne Chaldéen de six semaines ou quarante jours dans tout l'empire romain d'Occident et d’Orient. La voie fut préparée par un Concile tenu à Aurélia à l'époque de Hormisdas évêque de Rome, vers l'année 519, qui décréta que le carême serait solennelle­ment observé avant Pâques.(Dr. Meredith Hanmers, Chronographie, jointe à sa traduction d'Eusèbe, p. 592. Londres, 1636.)

 Ce fut certainement avec l'intention de faire exécuter ce décret que le calendrier fut peu d'années après modifié par Denys-le-Petit. Mais il ne pouvait pas être observé d'un seul coup. »

Nous sommes au VIème siècle, et les enseignements de Jésus le Nazaréen sont dans les oubliettes. Ce qui compte le plus pour l’Église Chrétienne, c’est d’avoir un pouvoir politique qui lui donnerait richesses et autorité absolue. Pour ce faire  l’Église doit faire des concessions avec les coutumes et croyances païennes.

De plus, en rapport avec les écrits ci-dessus, il ne faut pas oublier que le christianisme est la religion de l’Empire Romain, par déduction une religion d’État, donc une religion politique.

Toujours les « Deux Babylone »

« Voilà l’histoire de « Pâques ». Les coutumes populaires qui caractérisent encore l'époque où on la célèbre confir­ment amplement le témoignage de l'histoire sur son caractère Babylonien. Les galettes chaudes marquées d'une croix le Vendredi Saint, et les œufs coloriés de Pâques, figuraient dans les rites chaldéens, exactement comme aujourd'hui. Les galettes connues aussi par leur même nom de « buns » étaient en usage dans le culte de la Reine des Cieux, la déesse Ishtar, aux jours même de Cécrops, fondateur d'Athènes, -- Il interdit les sacrifices humains pour les dieux, et remplaça ceux-ci par des gâteaux -- c'est-à-dire vers 1500 avant l'ère chrétienne. »

« Une espèce de pain sacré, dit Bryant, qu'on avait l'habitude d'offrir aux dieux, était d'une haute antiquité et s'appelait boun. »

Diogène Laerce, IIIème siècle de J-C., parlant de cette offrande faite par Empédocle, 490-435 av. J-C., décrit les différents éléments dont elle était composée, et ajoute:

« II offrit un des gâteaux sacrés appelés boun, qui étaient faits de fleur de farine et de miel. »

Le pro­phète Jérémie fait remarquer ce genre d'offrandes quand il dit :

 « Les enfants apportaient du bois, les pères allumaient le feu, et les femmes pétrissaient la pâte pour offrir des gâteaux à la Reine des Cieux. »

«  Aujourd'hui à la fête d'Astarté, on n'offre pas des gâteaux chauds en forme de croix, on les mange, mais cela ne laisse aucun doute sur leur origine. L'origine des œufs de Pâques est tout à fait aussi claire. Les anciens Druides portaient un œuf comme emblème sacré de leur ordre.(cf. Mythologie, vol. I, p.373 - Laertius p.227 - Davies, les Druides p. 208 )

Dans les Dionysiaques, ou mystères de Bacchus, tels qu'on les célébrait à Athènes, la consécration d'un œuf formait une partie de la cérémonie nocturne.

Autrefois les œufs étaient en usage dans les rites religieux des Égyptiens et des Grecs, et on les suspendait dans les temples pour des cérémonies mystiques. »

Autre, je cite :

 « L’origine des œufs de Pâques est basée sur la tradition des races indo-européennes… pour elles, les œufs étaient un symbole du printemps… Depuis les temps de la chrétienté, ils se virent attribuer une interprétation religieuse, devenant le symbole de la pierre du sépulcre duquel sortit le Christ pour Sa nouvelle vie après Sa résurrection » (Francis X. Weiser, Handbook of Christian Feasts and Customs, p. 233).

Les deux Babylone :

« On peut distinctement suivre la trace de l'usage de ces œufs depuis l'Égypte jusqu'aux bords de l'Euphrate.

Les poètes classiques sont remplis de la fable de l'œuf mys­tique des Babyloniens et voici l'histoire qu'en fait l'égyp­tien Hyginus, le savant secrétaire de la Bibliothèque Palatine à Rome, à l'époque d'Auguste, homme habile dans toute la sagesse de sa patrie :

« On dit qu'un œuf de dimensions extraordinaires tomba du ciel dans l'Euphrate. Les poissons le poussèrent au rivage, là les colombes vinrent se fixer dessus, le couvèrent, et Vénus en sortit bientôt. Elle fut appelée la déesse Syrienne, c'est-à-dire Astarté. »

De là vint l'emploi de l'œuf comme symbole d'Astarté, c'est pour cela que dans l'île de Chypre, l'un des sièges favoris du culte de Vénus ou d'Astarté, l'œuf était représenté comme étant d'une grosseur extraordinaire. »

L'Église Romaine adopta cet œuf mystique d'Astarté et le consacra comme un symbole de la résurrection du Christ. Une formule de prière fut même désignée pour être faite à ce sujet par le pape Paul V, Camille Borghèse ( 1550--1621 ) élu pape le 16 mai 1605 sous le nom de Paul V, qui faisait ainsi prier à Pâques ses superstitieux partisans :

 « Bénis, ô Dieu, nous t'en supplions, cette création qui est la tienne ces œufs qui sont l'œuvre de tes mains afin qu'ils deviennent une nourriture fortifiante pour tes servi­teurs, qui les mangent en souvenir de notre Seigneur Jésus-Christ. »

N’oubliez surtout pas que le nom « Astarté » signifie « Pâques »dans la religion chrétienne.

 En effet, comme déjà écrit plus avant, Astarté était l’un des cultes païens les plus puissant et « l’Église Chrétienne de Rome » dû faire des concessions pour « aspirer » ce culte dans son girond. Donc, cette Église garda les rites païens de ce culte, avança légèrement les dates pour faire coïncider les fêtes d’Astarté et de Tammuz avec la mort et la résurrection de Jésus-Christ, en changeant le nom « Astarté » en « Pâques. » 

Ceci est un exemple typique, parmi tant d’autres, de la façon dont les coutumes et symboles païens sont  « christianisés », attribuer un nom à consonance chrétienne sur une tradition païenne. Cela est fait autant pour tromper que pour permettre aux gens de se sentir « à l’aise » après avoir adopté des coutumes qui ne se retrouvent pas dans la Bible.

Voici quelques exemples :

La fête de Saint-Georges en avril a remplacé l’ancien festival païen de Parilia.

La fête de Saint Jean-Baptiste en juin a pris la place de la fête païenne de l’eau de la mi-été.

 La fête de l’Assomption de la Vierge en août a déplacé la fête de Diane.

La fête des morts, qui suit l’Halloween et la Toussaint, en novembre est la continuation, comme son nom l’indique, d’un ancien festival païen en l’honneur des morts.

« La nativité du Christ elle-même a été placée au solstice d’hiver en décembre parce qu’il était désigné comme moment de la naissance du dieu soleil Mithra, dieu Romain, Sol Invinctus, période de fête de « Natalis Invicti »

  Nous  pouvons  présumer, sans être accusé d’être téméraire ou irrationnel, que l’autre fête principale de « l’Église chrétienne » — la célébration de Pâques — ait pu être, de la même façon et pour les mêmes raisons, adaptée à partir d’une célébration similaire du dieu phrygien Attis parèdre d’Astarté -- Ishtar-- et de Tammuz lors de l’équinoxe du printemps… »

«  C’est une coïncidence remarquable… que les fêtes chrétiennes et païennes de la naissance, de la mort et de la résurrection soient célébrées au même moment… Il est difficile de considérer la coïncidence comme purement accidentelle » (The Golden Bough, Vol. I, pp. 306-309).

Pour résumer ce qui est écrit ci-dessus. L’Église chrétienne avait pour habitude d’absorber les fêtes païennes en leur collant un nom « chrétien », pour en faire des fêtes religieuses « chrétiennes. » Cela était fait avec l’intention de rendre le « Christianisme » plus acceptable et plus familier aux adorateurs païens que l’Église voulait attirer.

Comment les choses en sont-elles venues à cela ?

Ces écrits confirment l’hypocrisie de cette  religion, et m’encouragent à vous écrire pour dévoiler toute cette sournoiserie religieuse qui vous éloigne de la réelle vérité, en vous entraînant dans un « Enfer » spirituel.

Le carême provient du paganisme et non de la Bible !

Pour en terminer avec ce « carême », dont l’origine païenne ne fait aucun doute, ce sont encore les humains qui, par orgueil et vanité ont rejeté les écrits de Jésus le Nazôréen, qui en aucun cas ne dit qu’il fallait respecter un jeûne avant « la Pâque », car « les Pâques » n’existaient pas encore, et par haine contre les hébreux ont inventé leur Pâques avec la résurrection de leur Jésus-Christ.

La Pâque doit être pour nous aussi une délivrance, même en ces premières décennies du XXIème siècle. Oui mais, de quelle délivrance s’agit-il ?

Depuis 1948 le pays d’Israël a retrouvé sa terre en Palestine, mais il n’est plus le « Peuple » choisit par EL-SHADDAÏ. Les hébreux de toute la Terre vinrent s’installer dans leur nouveau pays, mais sur le plan spirituel, ils sont toujours dans l’attente d’un « Messie ».

EL-SHADDAÏ passa avec son « Peuple » qu’il a choisit une alliance au Mont Sinaï qui à la naissance terrestre de son unique enfant, était rendu caduc son « Peuple » choisit l’ayant rejeté Lui et ses Lois.

Il envoya son fils unique sur la Terre, avec le consentement de celui-ci, pour sauver la race humaine voilà de cela deux mille ans.

Quatre siècles après le décès de son fils Jésus le Nazaréen, les « Enseignements » de ce dernier étaient dans les oubliettes.

Aujourd’hui en l’an 2014, écrivant pour la Pâque, je suis dans l’obligation de reconnaître que les versets bibliques posés ci-dessous sont malheureusement d’actualités.

Malachie III : 14-15

« Vous dites :

« C'est vanité de servir EL-SHADDAÏ, et que gagnons-nous à avoir gardé ses observances et marché dans le deuil devant EL-SHADDAÏ Sabaot ?

Maintenant nous en sommes à déclarer heureux les arrogants, ils prospèrent, ceux qui font le mal, ils mettent EL-SHADDAÏ à l'épreuve et ils s'en tirent ! » »

Job XXI : 14-17

« Eux, pourtant, disent à EL-SHADDAÏ : « Écarte-toi de nous, connaître tes voies ne nous plaît pas!

Qu'est-ce que Shaddaï pour que nous le servions, quel profit pour nous à l'invoquer ? »

 Ne tiennent-ils pas leur bonheur en main, et EL-SHADDAÏ n'est-il pas écarté du conseil des méchants ?

Voit-on souvent la lampe des méchants s'éteindre, le malheur fondre sur eux, la Colère divine distribuer des souffrances ? »

Job XXII : 17

« Car ils disaient à EL-SHADDAÏ :

 « Éloigne-toi de nous! Que peut nous faire Shaddaï ? » »

En effet tout cela aujourd’hui nous sommes en droit de le penser, car quel espoir se dessine devant nous ?

Ce qui est écrit ci-dessus est malheureusement le reflet de la dépravation humaine. Alors réfléchissons et recherchons le véritable Dieu !

Portez-vous bien, prenant soins de vous ainsi que de votre maisonnée !

Salutations cordiales à tous !

 

Sig : JP.G. dit « GRANDELOUPO »

15:33 Écrit par Grandeloupo dans Fêtes de toute la Chrétienté | Lien permanent | Commentaires (0)